Mardi - 28 Septembre 2021

Ile de La Réunion // Histoire


« Dina Morgabin », qui signifie « l’île de l’Ouest », fut le premier nom donné à La Réunion par les Arabes, bien avant 1450.
En 1498, Vasco de Gama arrive dans l’Océan Indien, remonte le canal du Mozambique, explore Madagascar, l’île de Mozambique et va jusqu’à Calicut, en Inde. C’est avec cette première grande expédition que la colonisation européenne de l’Océan Indien commence.


1502 – 1664 : De la découverte au peuplement

Portugais, Anglais, Hollandais et Français s’engagent dès lors dans l’aventure coloniale, « découvrent » des îles inhabitées et s’y installent, utilisant une main-d’œuvre esclave provenant d’Afrique et de Madagascar.

pedro mascarenhas

Pedro Mascarenhas

Pedro de Mascarenhas croise en 1513 au large de l’archipel formé par La Réunion, l’île Maurice et Rodrigues, lui donnant son nom: Archipel des Mascareignes.

En 1613, le navire Pearl, de retour de Ceylan, fait escale à La Réunion, encore inhabitée. Son capitaine, Samuel Castelton, baptise l’île « England’s forest », et la décrit comme un lieu paradisiaque avec des cours d’eau et quantité d’animaux : tortues, tourterelles, perroquets, ibis de La Réunion (ou solitaire), anguilles, canards, oies, tous extrêmement facile à tuer.

La France prend possession de L’île le 29 juin 1642 au nom du roi de France, et lui donne le nom d’ « Ile Bourbon ».

Le 10 novembre 1663, le « Saint-Charles » mouille à la Grotte des Premiers Français dans la baie de Saint-Paul. Deux français s’y installent avec 10 « serviteurs » malgaches, dont 3 femmes. L’Ile Bourbon devient colonie à part entière et aussi la première base française de l’océan Indien.


1665 – 1764 : La Compagnie des Indes

Pendant un siècle, la Compagnie des Indes administre directement l’île Bourbon

qui lui est concédée par le Roi de France. Elle crée les premiers quartiers et accorde les premières concessions. La colonisation commence avec l’arrivée des premiers colons français, accompagnés d’une main-d’œuvre malgache, « les serviteurs », qui n’est pas encore officiellement asservie.

L’île compte une trentaine de personnes en 1665, 150 en 1674, puis, de plus en plus prise en considération à Versailles, l’Ile Bourbon, escale sur la Route des Indes, est de plus en plus fréquentée, si bien que sa population est de 734 personnes en 1704.

culture café réunionEn 1715, le sultan du Yemen offre 6 plants de Moka à la Compagnie des Indes, à partir desquels va s’organiser toute une filière de production de café, qui va amener la prospérité sur l’Ile Bourbon, mais qui s’accompagne aussi d’un fort courant d’importation d’esclaves.

En 1738, Saint-Denis devient le chef-lieu de l’île, au détriment de Saint-Paul, et en 1754, l’Ile Bourbon est peuplée de 3.376 blancs et de 13.517 esclaves.


1764 – 1788 : La période royale

En 1764, le Roi rachète les Mascareignes à la Compagnie des Indes après qu’elle eut fait faillite, et l’île connaît alors pendant 30 ans dans une période économique très faste, grâce à l’exportation des épices (introduites en grande partie par le gouverneur Pierre Poivre) et du café.

En 1767, l’Ile Bourbon compte 70.000 habitants, dont les 2/3 sont des esclaves.


1789 – 1815 : La période révolutionnaire et impériale

Arrive alors une période trouble pour l’île, qui subit les contrecoups des guerres de la Révolution et de l’Empire.

Le 8 avril 1794, l’Ile Bourbon devient « l’Ile de La Réunion », à la suite de la réunion des révolutionnaires qui ont chassé le Roi. Elle refuse officiellement l’abolition de l’esclavage en 1796, et devient hors-la-loi vis-à-vis de la métropole, l’assemblée coloniale imposant à l’île une véritable dictature.

En 1801 La Réunion revient sous le contrôle de la France après la prise de pouvoir de Bonaparte, mais la loi du 20 mai 1802 maintient l’esclavage. En 1806 l’Ile de La Réunion devient « l’Ile Bonaparte ».

Des catastrophes naturelles précipitent l’abandon du café, et l’île se tourne alors vers la canne à sucre, dont les débouchés en métropole s’accroissent considérablement.

L’île est occupée par les britanniques de 1810 à 1815, avant d’être finalement rendue à La France. Elle redevient « l’Ile Bourbon ».


1815 – 1848 : De la Restauration à l’abolition de l’esclavage

edmond albius

Edmond Albius

Plus de 45.000 esclaves sont introduits à Bourbon entre 1817 et 1831, en grande partie via la traite clandestine qui est tolérée malgré son interdiction. En métropole, la traite est énergiquement combattue et les lois Mackau (1845) adoucissent le régime des esclaves.

En 1825, le premier déplacement d’Europe à La Réunion par bateau à vapeur prend 113 jours, et en 1840 Edmond Albius découvre la fécondation artificielle de la vanille.

Sarda Garriga

Sarda Garriga

En 1848, l’île compte 103.490 habitants, et avec la proclamation de la IIème République, l’Ile Bourbon redevient l’Ile de La Réunion. Et le 20 décembre de cette même année, Sarda Garriga, commissaire de la République, proclame l’abolition de l’esclavage à La Réunion, 60.000 esclaves recouvrant ainsi la liberté.


1849 – 1946 : De l’abolition de l’esclavage à la départementalisation

L’île reste une colonie française jusqu’en 1946.

Suite à l’abolition de l’esclavage, un nouveau système d’asservissement des hommes est organisé : l’engagisme, qui va être à la base d’une nouvelle organisation économique et sociale de l’île : L’engagisme consiste à proposer à des travailleurs étrangers à la colonie, un contrat de travail d’une durée de 5 ans renouvelable. L’engagé est alors au service d’un engagiste généralement propriétaire terrien.

Ainsi, plus de 100.000 “engagés” Malgaches, Indiens (Zarabes du nord et Malabars du sud), Chinois et Africains (Cafres) seront introduits dans la colonie par les propriétaires d’anciens esclaves pour remplacer ceux-ci sur les plantations.

En 1860, la traversée en bateau depuis l’Europe se fait en une cinquantaine de jours, et l’île compte 180.000 habitants. En 1878 commencent les travaux pour la construction du port et du chemin de fer.

timbre réunion 1907L’année 1900 voit apparaître la première automobile dans l’île, et en 1923, La Réunion exporte les produits suivants : sucre, vanille, manioc, géranium, ylang-ylang, vétyver, café, cacao, thé, tabac, chouchou, aloès, maïs, fruits et légumes.

Une liaison Le Port-Marseille en paquebot est inaugurée en 1925, et en 1936 s’établit la première liaison aéropostale Le Bourget – Gillot, effectuée en 9 jours.

Le 19 mars 1946, la colonie est intégrée dans l’État français et devient département français d’outre-mer. Il s’ensuit une rapide modernisation de l’île : éducation, santé, croissance économique, expansion démographique…


ICO-wikipedia Sources Wikipédia / Photo Wikipédia – Domaine public


 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *