Samedi - 16 Octobre 2021

Gap // Économie


Première commune des Hautes-Alpes devant Briançon (12.000 habitants) et Embrun (6.500 habitants), Gap est le chef de file de la Communauté d’Agglomération du Pays Gapençais, créée en 2014 et regroupant 3 communes (Gap, La Freissinouse, Pelleautier). La Communauté d’Agglo totalise 42.000 habitants, soit 30 % de la population totale des Hautes-Alpes. Elle est présidée par Roger DIDIER, Maire de Gap.

Le tissu économique Gapençais est essentiellement composé de TPE, orientées sur leur marché local. Il s’agit d’une économie principalement tournée vers les services, diversifiée, sans activité phare à proprement parler, même si l’activité touristique, tirée par les stations de ski, représente un poids important.

Des activités agricoles restent encore bien présentes sur l’ensemble le territoire

bien que comme partout ailleurs, la tendance est à une diminution constante du nombre d’agriculteurs. L’industrie est elle peu présente et a, à l’instar du niveau national, beaucoup de mal à préserver ses emplois. Le relatif isolement géographique de Gap a induit un développement économique de nature endogène, sans connexions fortes avec l’extérieur, à l’exception de quelques entreprises qui ont su ouvrir leur savoir-faire en direction d’autres territoires. Ce marché local est largement stimulé par la présence de nombreuses administrations et d’infrastructures liées au statut de capitale administrative, commerciale et de services des Hautes-Alpes, mais aussi par la situation de Gap au centre d’une zone fortement touristique.

Ainsi, l’engouement suscité par les sports et loisirs de pleine nature contribue fortement à l’attractivité de Gap (les bois, forêts, espaces agricoles, espaces naturels divers constituent la moitié de la commune), créant un espace récréatif, et il existe bel et bien un développement économique, malgré la barrière de l’enclavement de la ville.

Le territoire communal compte six zones d’activités commerciales et artisanales principales (zones Tokoro, Justice, Fauvins, Patac, Eyssagnières, Lachaup), ainsi qu’un Parc Technologique, Micropolis, technopole des Alpes du Sud orienté sur les technologies de l’information et de la communication, qui associe entreprises, centres de recherche et de formation.

Au niveau départemental, Hautes-Alpes Développement, l’agence de développement économique du département des Hautes-Alpes, a identifié quatre principales filières offrant un fort potentiel de développement :


Filière aérienne

Elle s’appuie sur 4 aérodromes (Gap-Tallard, Saint-Crépin, Chevalet à Aspres-sur-Buëch, la Bâtie-Montsaléon), qui disposent d’une palette d’activités unique en Europe : hélicoptère, vol à voile, ULM, aviation certifiée, parachutisme, vol libre. Elle bénéficie également d’un tissu d’entreprises locales spécialisées dans l’aviation légère (Héli-Challenges, Hélicoptères de France, Hélices MTA Aviation, Hélices Halter, Icarius Aerotechnics, Beringer, etc…), et d’un très important effet réseau et innovation impulsé conjointement par le Pôle d’Excellence Rural Excell’air et le Pôle de Compétitivité PEGASE en région PACA. Enfin, la plateforme de formation Polyaéro ouvrira à la rentrée 2016 sur l’aérodrome de Gap-Tallard, pour former aux métiers de l’aéronautique légère (hélicoptères et avions de petite capacité).


Filière des énergies renouvelables

Avec 300 jours d’ensoleillement par an, de très grandes ressources en bois, et la présence du barrage de Serre-Ponçon, le département des Hautes-Alpes offre un environnement exceptionnel pour le secteur des énergies renouvelables (solaire, valorisation de la biomasse, hydroélectricité). Cette filière s’appuie sur les réseaux du Pôle d’excellence rural “Bois des Hauts Pays du Büech”, et des Pôles de compétitivité Capenergies (PACA) et Tenerrdis (Rhône-Alpes), et sur des acteurs présents sur l’ensemble de la chaîne de valeur : Exploitants forestiers, scieurs, fabricants de bois déchiqueté et de plaquettes bois, bureaux d’études, architectes et conseils, sociétés spécialisées dans l’installation et la maintenance d’équipements énergétiques (solaire, chaudières bois, géothermie, etc.).


Filière agroalimentaire

Les Hautes-Alpes disposent d’un tissu de PME et d’entreprises artisanales qui fabriquent et commercialisent une large gamme de produits de terroir, issus de l’agriculture, de son histoire et des ressources naturelles de la montagne. Cette filière s’est notamment structurée dans le Champsaur-Valgaudemar autour du Pôle d’excellence rurale agro-alimentaire “Le Goût de notre terre”.

Au total, ce secteur économique haut-alpin est tiré par le haut par :

– Une filière lait intégrée, avec plus de 27.000 tonnes de lait par an et plusieurs fromageries qui transforment ce lait de montagne en fromages de terroir (Laiterie du Col Bayard, Fromagerie Ebrard, Fromagerie de Laragne, SICA des Alpages de Fontantie, Fromagerie de la Durance).

– Une valorisation de la ressource « eau », avec la Société des Eaux de Chorges, qui produit plusieurs millions de litre d’eau de montagne sous la marque « La Roche des Ecrins », d’une qualité et d’une pureté reconnues.

– Des entreprises artisanales de qualité, à l’origine de productions typiques des Hautes-Alpes, comme par exemple : Chatelain (confiturerie artisanale), Lamorlette (boucherie-charcuterie), les Salaisons du Champsaur (fabrication de charcuterie), les Croquants du Queyras (fabrication de biscuits secs artisanaux), les Tourtons du Champsaur (fabrication de tourtons et ravioles du Champsaur), la Brasserie L&L Alphand et la Brasserie des Grands Cols (fabrication de bières artisanales), les Tartes l’Epi d’Or (tartes artisanales du Champsaur).

– D’autres entreprises, reconnues sur leurs marchés, comme Maffren-Canteperdrix, basée dans le sud du département, fabricant de bonbons et confiseries (nougats, calissons, pâte d’amande, caramels, etc…). Elle commercialise ses produits sous différentes marques (« Le Verger du Roy », « Canteperdrix », « Confiserie des Alpes », « Confiserie du Léman »).

– Un fort attachement à des produits de qualité, avec de nombreuses sociétés qui se sont spécialisées dans les produits issus de l’agriculture biologique, certaines se positionnant aujourd’hui comme des leaders en France et en Europe : Les établissements Rostain, basés à Neffes, ont acquis une dimension nationale dans la fabrication de produits de charcuterie et de conserves biologiques. La société Altiflore localisée dans le Champsaur-Valgaudemar, bénéficie d’une notoriété internationale et est aujourd’hui le leader français dans la culture biologique, la cueillette et la transformation de l’argousier.


Filière TIC (Technologies de l’Information et la Communication)

Le département des Hautes-Alpes est à l’intersection des pôles microélectroniques alpins et méditerranéens comme le pôle de compétitivité mondial SCS (Solutions Communicantes Sécurisées), basé à Rousset et le pôle de compétitivité mondial Minalogic, spécialisé sur les nanotechnologies, basé à Grenoble.

Avec un environnement préservé et attractif, des infrastructures de communication performantes (ADSL, satellite, très haut débit), un parc d’activité technologique, Micropolis, site privilégié pour l’accueil des entreprises de l’électronique et des technologies de l’information, le département dispose de réels atouts pour développer votre activité dans ce secteur d’activité tout en profitant d’une qualité de vie exceptionnelle.

Hautes-Alpes Développement a travaillé, en partenariat avec la Communauté de communes du Dévoluy et l’IRAM, à la mise en place d’une plateforme européenne scientifique sur le site du Plateau de Bure, le laboratoire ASTEP, qui réunit des qualités uniques en Europe pour le test de circuits microélectroniques, et qui acquiert par cette action une notoriété mondiale parmi les acteurs de ce marché. De plus, l’agence de développement économique organise chaque année le Forum OCOVA (Objets Communicants et Valorisation), en partenariat avec le pôle de compétitivité SCS, ARCSIS et la Ville de Gap.

L’événement est devenu un rendez-vous incontournable pour les experts des objets communicants : cartes à puce, téléphone portable, assistants personnels, terminaux GPS, etc.


ICO-wikipedia Sources Wikipédia &  Hautes-Alpes-Développement  / Photo Wikimedia Aups


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *