Samedi - 04 Décembre 2021

Stéphane Cambos / Manager Sportif de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud


Quand les Dieux du Rugby se penchèrent sur son berceau gersois et qu’ils lui posèrent LA question fondamentale : « Well my guy… Concerning Rugby, will it be With or Without You ? », il leur répondit sans hésitation aucune : « With Me ! ». Alors vous comprendrez que dans ces conditions, le temps est long quand on est gamin et que l’on doit attendre ses 6 ans pour avoir (enfin !!!) la permission maternelle de jouer au Rugby.

Mais ne vous faites pas trop de souci pour lui, car depuis qu’il a chaussé ses premiers crampons à La Roche-sur-Yon il y a bien longtemps, Stéphane Cambos, aujourd’hui Manager sportif de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud, vit une belle histoire avec le ballon ovale… Une histoire dont il écrivit les premiers chapitres dans le Sud-ouest, comme joueur, à Auch et à Agen, et qu’il continua d’écrire, vous le saurez bientôt, comme joueur-entraîneur dans le « Noooord ! »… à Epernay, au cœur de la région Champenoise. Et c’est riche de ce parcours qu’en 2007 sa route et celle de l’US Tyrosse se croisèrent, pour écrire, encore et encore, de bien belles pages de Rugby sur le livre de sa vie… Merci Stéphane !

Envoyez un message à Stéphane Cambos


ICO-ville-2 Côté Rugby


Bonjour Stéphane, quel est ton plus lointain souvenir personnel de Rugby ? C’était quand et où ?

Mon plus lointain souvenir, c’est quand j’ai commencé à jouer. C’était en 1977, à La Roche-sur-Yon, en Vendée, où mes parents enseignants avaient été mutés. J’avais 6 ans et c’était une libération pour moi, car ma mère ne voulait pas que je commence le Rugby avant 6 ans ! Pour patienter, j’avais donc du faire une année de football avant… .

Et depuis, ça a été quoi, dans les grandes lignes, ton histoire avec la balle ovale ? Et quels en sont tes meilleurs souvenirs jusqu’à présent?

Après la Vendée, je suis arrivé au FC Auch en benjamins, où j’ai joué dans toutes les catégories, jusqu’en équipe première, entraînée à l’époque par Jacques BRUNEL et menée par Serge MILHAS. Puis à 21 ans j’ai signé à Agen, qui me proposait un jeu très ambitieux, et surtout la possibilité d’évoluer parmi tous les internationaux de l’époque (SELLA, BENETTON, BENAZZI, CAMPAN, DALMASO, …). Gamin, j’avais vécu avec mon père la grande finale de 1982, et celle de 1984… Alors Agen était une évidence pour moi. Ma plus grande fierté est d’avoir porté le « 12 » aux côtés du mythique « 13 » de Philippe SELLA.

N’ayant pas réussi à m’imposer complètement, j’ai alors choisi de revenir dans mon club formateur, et j’ai donc retrouvé tous mes amis auscitains. De cette période de ma vie de joueur, je me souviens des moments mémorables passés avec Jacques FOUROUX, qui était tout à la fois notre président, notre entraîneur, notre conseiller familial… A la fois gestionnaire à la « Guy Roux » et animateur de soirées au restaurant « Lafitte » à Auch… En tout cas un homme exceptionnel, qui nous a brillamment fait remonter en top 16. A 26 ans, suite à la réussite à un concours du Ministère des Sports, je suis parti sur… Reims, où j’ai très vite basculé dans une vie d’entraîneur-joueur.

Et pendant 8 saisons, je me suis vraiment régalé à transmettre une culture « Rugby »

sur une terre vinicole, Epernay (capitale du Champagne !), où beaucoup de choses étaient à faire en la matière… Et tout ça dans une ambiance extrêmement chaleureuse ! Mes meilleurs souvenirs de cette époque sont là aussi liés aux montées successives du club, et aux entraînements sous la neige…


logos

Fronton des clubs qui ont façonné la « Rugby story » de Stéphane avant son arrivée à l’US Tyrosse…


Puis en 2007 c’est l’arrivée dans les Landes, où j’intègre l’US Tyrosse, qui me confie à l’époque dans un premier temps l’entraînement de ses Crabos, avant de prendre par la suite l’entraînement des seniors. Et depuis, à ce jour, j’ai vécu avec eux 3 demi-finales pour la montée en Pro D2, et 2 quarts de finale.

Mais mon meilleur souvenir est sans aucun doute la saison que nous venons de vivre (2013/2014), émaillée de scénarios incroyables, de moments d’émotion indescriptibles… Une « histoire d’hommes » comme on dit !… Parce que du côté de l’entraineur, je te promets, il y a la partie « visible » du terrain, ça on le sait, mais il y a aussi la partie invisible de l’iceberg, faite d’émotions extrêmes et de passion dévorante… J’ai fini la saison carrément « rincé » et usé, presque autant que les joueurs, peut-être même plus, mais avec un tel sentiment de fierté d’avoir vécu ça !

Tu es Manager-entraineur de l’UST depuis 2 saisons, tu as auparavant été entraîneur pendant 4 saisons, autant dire que tu connais bien ce club… Quelle perception « du-dedans » en as-tu ? Y-a-t-il selon toi des choses ici qui n’existent nulle part ailleurs ?

Tyrosse-rugby-logoNon je ne crois pas, c’est en fait un mélange de choses que l’on peut retrouver dans certains clubs. Ce qui me plaît ici, c’est le devoir de mémoire: la culture, l’histoire, le respect des anciens qui sont nés à la fougère et qui resteront fidèles jusqu’à la fin.

Il y a toujours des personnes qui se portent garants de cet état d’esprit, qui se transmet par les familles tyrossaises de génération en génération, toujours dans la pure tradition du club. Néanmoins, le club a bien compris qu’il devait s’ouvrir à la modernité et à l’évolution sportive actuelle, et fort de son passé et de sa culture, il est tout entier tourné vers l’avenir et ses nombreux défis.

En quoi consiste ton rôle de Manager-entraîneur sportif, et comment est organisée l’équipe technique dont tu as la responsabilité ?

Ma première fonction de Manager est d’amener une vision sportive pour le club. Le projet mené s’articule sur 3 axes :
– La performance de l’équipe première, vitrine et locomotive du club.
– La formation du joueur: créer une filière de formation performante pour tous les joueurs tyrossais.
– La formation des éducateurs et entraineurs de l’US Tyrosse.

Stéphane Cambos, Manager Sportif de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud

Stéphane (à droite), ici avec Frédéric Garcia : La vie d’entraîneur est faite d’émotions extrêmes

Pour le premier objectif, j’ai constitué un staff composé de professionnels et de bénévoles. Pour moi le caméraman est aussi important que l’entraîneur de la conquête. Mon rôle là aussi est d’apporter une vision, de fixer des objectifs à chacun et de coordonner l’excellent travail de l’ensemble des membres du staff. Pour les autres objectifs, ceux liés à la formation, je suis un « guide méthodologique », qui veille à l’avancement du projet coordonné par Adel FELLAH, Responsable du Centre de Formation. Tout ceci bien évidemment est réalisé sous la responsabilité de la présidence du club.

L’US Tyrosse Rugby Côte Sud est un ténor de la Fédérale 1, et depuis 2010 elle n’est vraiment qu’à quelques toutes petites encablures de la PRO D2 (niveau où elle a déjà évolué de 2000 à 2006)… Pourquoi est-ce si difficile de « passer » ?

Parce que nous sommes souvent 8 équipes très proches à vouloir monter et qu’il n’y a chaque année que 2 heureux élus !

Il me semble que cela devient même de plus en plus difficile car le niveau ne cesse d’augmenter chaque année. Le secteur dans lequel nous souffrons le plus contre les grosses écuries, c’est dans la densité physique, mais nous le compensons par la stratégie, le cœur, et tout ce qui va avec.

L’année où il aurait été le plus « simple » de monter, c’était en 2011 contre Béziers, qui avait une équipe très moyenne. L’année dernière est sûrement celle où l’équipe a réussi le mieux à élever son niveau de jeu lors des phases finale. En ¼, la double confrontation contre Nevers a été d’un très bon niveau, et je crois que les garçons ont vraiment mérité leur victoire.

En dehors de l’UST et de tous ses joueurs, quels sont tes clubs et tes joueurs préférés ?

Ma propre culture du jeu a été influencée par l’école agenaise (en tant que joueur), mais aussi par l’école toulousaine (j’ai fait mes études à Toulouse), avec toute la génération du Stade qui ne perdait jamais en phases finales (l’époque des CARBONNEAU, CASTAGNAIDE, CALIFANO). Et puis je suis resté ami avec Yannick BRU, avec qui j’évoluais en juniors à Auch. Le joueur qui m’a le plus marqué, incontestablement, c’est Philippe SELLA. C’était pour moi le joueur le plus complet : physiquement, offensivement et défensivement.

J’aimais aussi beaucoup Fabien GALTHIE, celui qui à 20 ans, était déjà un « tracassé talentueux » de ce jeu. Jean-Baptiste ELISSALDE et Philippe CARBONNEAU sont certainement les joueurs de Rugby les plus doués que j’ai pu côtoyer : un traitement cognitif de l’information à l’état pur pour le premier, et un instinct hors pair pour le second. Enfin, pour citer un avant, Abdelatif BENAZZI avait quinze ans d’avance physiquement sur les autres, donc il faisait très mal… Et aujourd’hui, le joueur que je trouve le plus complet, c’est Matt GITEAU.


ICONE-VIDEOMatt GITEAU


Pour toi, le plus important dans le Rugby, c’est quoi ?

C’est d’abord le plaisir de jouer, de se retrouver, à Tyrosse ou à l’autre bout du monde car, comme beaucoup de rugbymen, j’ai eu la chance de beaucoup voyager, dans le monde entier. Je le répète souvent aux joueurs : le plus important, c’est l’état d’esprit : il faut aimer souffrir avec ses amis, pour pouvoir combattre son ennemi ensemble.

Tyrosse-rugby

 


ICO-ville-2 Côté Ville


De quelle région es-tu originaire ?

Je suis né dans le Gers, d’une mère Landaise et d’un père Lot- et- Garonnais. J’ai donc vécu mon adolescence à Auch, et j’ai fait mes études à Toulouse.

Tu passes une bonne partie de ton temps sur le territoire Tyrossais et sa région… Quels en sont les lieux que tu apprécies particulièrement ?

A Tyrosse, c’est à « La fougère » que je passe énormément de temps: sur le terrain, en salle de réunion , au pub… . J’habite sur la commune d’Hossegor, ce qui me permet de profiter de tous les atouts du bord de l’océan. Comme beaucoup ici, je me rends souvent au « QG » de La Place des Landais (un haut lieu de l’animation hossegorienne) pour manger une glace chez « Clos ».

Hossegor

Hossegor offre une qualité de vie exceptionnelle…

J’apprécie aussi particulièrement le lac et certains restaurants, le trinquet de Soorts, qui jouxte l’école de ma fille. J’aime la quiétude de la côte landaise, qui m’offre un cadre de vie idéal pour la vie de famille dont je rêvais.

As-tu d’autres régions de cœur ?

champagne

La Champagne, une terre vinicole accueillante

J’ai été très bien accueilli en région Champagne, ma fille y est née… Et je peux te dire que le film des « Ch’tis », je l’ai vécu avant qu’il ne sorte au cinéma, mais avec des bulles fines en prime !

Quelle a été ta formation et, outre ton poste de Manager à l’UST, quelle activité exerces-tu ?

Je suis cadre du Ministère des Sports, et j’œuvre aujourd’hui principalement pour le développement du sport et dans la formation d’adultes, pour la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations) des Landes et le CREPS d’Aquitaine. J’ai une maîtrise STAPS et un DESS de Psychologie, que j’ai passé lorsque j’étais à Epernay.

Dans tes moments de loisirs, quelles sont tes activités préférées ?

J’adore toutes les activités sportives, et notamment aquatiques. J’ai déjà pratiquement tout expérimenté, de la plongée au parapente, mais avec l’âge, je m’oriente de plus en plus vers la montagne. Au niveau culturel, j’avoue être plus attiré par le côté social des choses. La complexité humaine et ses diversités dans le monde m’interrogent en permanence… Lorsque je n’entraînerai plus je prendrai certainement le temps de faire un tour du monde.

Bon, et pour terminer ce bon moment Stéphane… Tu sais que tu n’y coupes pas… Tu nous dois une chanson…

Oui, je sais, et ce sera « With or Without You » de U2.


ICONE-VIDEOU2

 


ICONE-WEB

Site Internet de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud


Envoyez un message à Stéphane Cambos


Interview par Frédéric Poulet
Photos : Portrait par FP ; Photos terrain : Clin d’œil ; Paysages Hossegor et Champagne: Fotolia


ICONE-ESPACE

Un commentaire
  1. Peyrefitte

    23/09/2014 à 08:39

    Portrait toujours aussi piquant…
    Finalement, on ne peut que se rallier à cet aphorisme: “Tout ce que la vie exige de l’homme se trouve dans le rugby”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *