Vendredi - 25 Juin 2021

Jérôme Mazars / International de Touch Rugby


Ce sera donc le Mont Tongariro, situé sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande, que cet homme aura choisi pour planter le décor de son portrait Puissance 15…

Les montagnes, Jérôme Mazars les connaît bien, car c’est à Grenoble et dans sa proche banlieue, du côté de Fontaine et d’Echirolles, qu’il fera ses premiers pas en Ovalie. Forgé aux côtés des rudes gaillards du FC Grenoble, c’est ensuite à Vaulnaveys, puis à Seyssins qu’il pratiquera le jeu à XV… Oui mais voilà !!!… Entre temps le garçon aura croisé la route d’un rugby d’un genre nouveau, venu tout droit d’Australie et de l’Hémisphère Sud… Le « Touch Rugby », et ce sera une révélation ! A tel point qu’à 25 ans à peine, Jérôme totalise déjà la bagatelle de 55 sélections nationales… Dès lors, il lui fallait aller « in situ » remonter les pas de cette pratique dans laquelle il excelle… La Coupe du Monde 2015 de Touch Rugby en Australie fut une excellente occasion… Merci, et bravo Jérôme !

 

Bonjour Jérôme, tu es jeune, et pourtant, le rugby et toi, c’est déjà une longue histoire… Tu nous racontes comment elle a commencé ?


Echirolles, Isère (38)


asfrugbyJe suis né et j’ai grandi en Isère, à Echirolles, dans la banlieue grenobloise, et c’est avec les « marmousets » de l’AS Fontaine que j’ai commencé le Rugby, à l’âge de 6 ans, avec comme éducateur… Francis Mazars, mon père. Petit club de Promotion d’Honneur, petit terrain, l’AS Fontaine était le club du moment de mon père, et c’est aux côtés de Romain et Sébastien Taofifenua, aujourd’hui respectivement à Bordeaux et Toulon, et déjà à l’époque au-dessus du lot physiquement, que je fais mes grands débuts.

Il faut dire que beaucoup d’éléments me prédisposaient à la pratique de ce sport : un père rugbyman, un parrain rugbyman, j’étais baigné dans un univers de rugbymen… Et l’entrée en Ovalie fut donc pour moi quelque chose de « naturel »… Sans trop m’être posé de questions au préalable. J’étais alors plus préoccupé, à cet âge là, par le fait d’aller rejoindre mes copains pour m’amuser et apprendre de nouvelles choses avec eux : courir, se coordonner, savoir se mettre en ligne ou en colonne, identifier les couleurs, savoir faire ses lacets, etc… Que de réellement jouer au rugby !

Jérôme Marmousets Fontaine 98

1998 : Jérôme (accroupi, 2ème à gauche) est un « marmouset » de l’AS Fontaine… Ainsi que Romain Taofifenua (1er debout à gauche).

 

Et la suite alors, ce fut quoi ?

Je vais ensuite effectuer au fil du temps un voyage en terre grenobloise et ses environs, qui va me mener, chronologiquement, au FC Grenoble (en -11), à l’AL Echirolles (pour des raisons de proximité, en -13), à nouveau au FC Grenoble (-15), à l’AS Fontaine (retour dans mon club formateur , en -17), à l’ES Vaulnaveys (pour suivre des copains, en -19), et au RC Seyssins (pour jouer en Fédérale 2).

Jérôme -11 FCG 2002

2011 : Jérôme (3ème debout en partant de la gauche) est avec les (féroces !) -11 du FC Grenoble. Romain Taofifenua est 1er debout à droite.

logo fcg rugbyJusqu’à l’âge de 13 ans, j’étais de taille moyenne et plutôt maigre, peu vaillant et un peu « touriste » sur le terrain, et je jouais essentiellement à l’aile, disons… Tranquillement, mais sûrement ! Et puis le passage au FCG en -15 va me permettre de développer le courage, la technique et la compréhension nécessaire pour devenir un joueur plus impliqué dans le jeu… Mais pas assez physique pour rester au plus haut niveau. Je choisis alors de ne pas faire du rugby mon métier, et de privilégier les études… Et puis je me rends compte que finalement, aller au lycée qui se trouve à 500 mètres de chez moi est bien plus pratique que d’aller tous les matins au Pôle Rugby, situé lui à plus de 40 minutes !

logo échirolles rugbyArrivé au Lycée, je suis les copains, je joue pour le plaisir, et les bases techniques apprises au FCG ainsi que le respect, la détermination et la croissance, me permettent de jouer 2ème ou 3ème ligne et de peser sur les matchs joués par les équipes Jeunes dans lesquelles j’évolue. Au fil du temps, le logo vaulanveyscapitanat, que l’on me confie régulièrement, m’inculque le devoir de donner l’exemple, me responsabilise et me fait grandir sur le terrain… Et quelques blessures reçues de droite et de gauche me font aussi me rendre compte que pouvoir courir et jouer est une chance, et qu’il faut en profiter.

 

Jérôme Juniors Vaulnaveys 2008

2008 : Jérôme (1er joueur en haut à droite) est Junior à l’Etoile Sportive de Vaulnaveys

En 2008, j’ai 17 ans, et débute pour moi l’ère universitaire… Pascal Lautier, mon ancien éducateur de l’AL Echirolles, me propose de rejoindre sa petite équipe de Touch, composée de ses 4 fils et de quelques-uns de ses amis… Au début, il ne s’agit que de quelques entraînements, quelques week-ends de tournois à Montpellier ou dans la région pendant les vacances d’été, et puis, très vite, un tournoi à Strasbourg avec l’Équipe d’Isère (Tournoi interrégional) et la consécration avec la proposition d’une sélection en Equipe de France.

Rugby à XV l’hiver, Touch l’été, ainsi va s’organiser ma vie rugbystique…

A XV, je décide de rejoindre le RC Seyssins, avec qui je ferai 4 saisons, histoire de me frotter au « moyen-haut niveau », puisque le club est alors en Fédérale 2. Je débute en Réserve, puis en « doublon » (1 mi-temps en Réserve et 1 mi-temps en Une), avant d’être enfin titulaire en Une… J’ai 19-20 ans, je suis dans une équipe composée de jeunes comme moi, et d’anciens joueurs passé par le FC Grenoble, et on se frotte à des équipes du Sud un peu « chaudes »… Alors tout ça, ça me forge! Pendant ce temps, au Touch, après avoir joué à l’AL Echirolles et au Touch Grenoble, je pars jouer avec les SMH Blues, un club basé à Saint-Martin-d’Hères (région grenobloise).

Jérome article DL Equipe Seyssins 2013

2013 : Jérôme (1er joueur debout à droite) est à coté de Florin Corodeanu dans le pack du RC Seyssins, en Fédérale 2 (Dauphiné Libéré du 11/09/13)

 

Jérome trombinoscope 2016Et puis en 2015 , je pars pour l’Australie, où se déroule en avril de cette année-là la Coupe du Monde de Touch, à laquelle je participe avec le maillot de l’Equipe de France. Dans la foulée de cette compétition, j’en profite pour prendre une année sabbatique au pays des kangourous, d’où je suis rentré il y a seulement quelques semaines. Et maintenant que je suis de retour, je suis attiré par le 7, car j’ai soif d’espace sur le terrain… Affaire à suivre !!

Les 7 dernières années que je viens de passer, durant lesquelles j’ai eu la chance de représenter la France dans la discipline du Touch au sein de l’équipe « Open Homme » (ce qui signifie qu’il n’y a pas de minimum d’âge), m’ont permis de participer à 1 Coupe d’Europe Continental (ou « Mainland Cup », qui est une Coupe d’Europe sans les pays anglo-saxons), 3 Coupes d’Europe, et 2 Coupes du Monde, en totalisant 55 sélections.

 

Dans tout ce parcours, il y a forcément des « grands moments » ou des anecdotes qui t’ont particulièrement marqué… Tu nous confies quelques morceaux choisis ?

Hand drawing of a brown busAlors je vais commencer par juin 2011… C’est ma dernière saison Juniors à l’ES Vaulnaveys, et on est qualifié pour les phases finales -19 du Championnat de France. Le même week-end, l’équipe Seniors, dans laquelle j’étais de temps en temps surclassé, est elle aussi qualifiée pour les phases finales du championnat des Alpes… Nous sommes 2 joueurs dans le même cas, Lucas Mucci et moi… Dilemme… Les coachs prennent leur décision… Nous irons tous les 2 jouer avec les Juniors, arguant du fait que nous avons toute notre vie pour jouer en Seniors… C’est pas faux ! Le dimanche matin, départ en bus pour aller affronter Feurs à La Cote Saint André, et au bout de 5 minutes de trajet, un truc de dingue… Crack !, mon ménisque externe droit se coince… Impossible de plier, ni de tendre le genou ! S’ensuit une conférence téléphonique depuis le bus entre Pixabay - 99035_640 - CCO Public DomainEmma Lenfant, dirigeante chez nous, et mon kiné, Jean-Pierre Chanffreau, installé au chaud chez lui… Rien à faire, le genou fait de la résistance !! Capitaine du jour, ce sera finalement sur une jambe, et en pleurs, que je ferai mon dernier discours dans les vestiaires, et avec beaucoup d’émotion et de frustration, je regarderai mon équipe se faire battre, assis dans la guérite, impuissant.

urgences - Pixabay - 30141_641 - CCO Public Domain (1)Pour la fin de l’histoire, de retour le dimanche soir, on m’emmène chez le kiné… Le ménisque ne veut toujours rien savoir !… Lundi, docteur… Mardi, IRM… Mercredi, Urgences… Jeudi, opération… Vendredi, sortie d’hôpital… Rééducation et hop hop hop !, 2 mois plus tard, je participe à une journée de détection au écosse - Pixabay - 154294_640 - CCO Public DomainStade Français, qui s’avère positive… Mais finalement, après réflexion (études, famille, logement,…), je déciderai de ne pas aller vivre à Paris, et puis, j’avais la Coupe du Monde de Touch qui m’attendait en Septembre  en Ecosse.

 

Jérome action touch 2

(Photo : brunoweb.org)

La 2ème anecdote que j’évoquerai concerne un match pour la 3ème place en Coupe d’Europe de Touch… C’était à Trévise, contre le Pays de Galles, en 2012… 3 à 3 au tableau d’affichage à la fin du temps réglementaire… Drops Off (prolongations)… La première équipe qui marque gagne… Je rentre sur le terrain… On joue… Roll-ball (ndlr : remise en jeu jouée en posant la balle à terre et en l’enjambant, le joueur posant la balle ne pouvant pas la ramasser et la jouer)… Je passe le ballon à Bastien Cotte-Barrot, qui court, court, court, et aplatit… Délivrance, on est 3èmes ! C’était le 16 Septembre 2012, 3 mois jour pour jour après le décès de mon grand-pèreJ’avais fait toute la compétition avec une photo de lui dans la poche, que je plaçais dans mon short avant chaque match. Après l’essai de la victoire, alors que tous les Français, joueurs et supporters, fous de joie, courent dans tous les sens, je reste un long moment les genoux à terre, les yeux mouillés, fixant la photo… Et je ne trouve rien de mieux que d’aller la montrer à ma mère (mes parents ayant fait le déplacement)… Sympa le fiston, qui vient te rappeler dans ce moment de joie que ton papa est décédé il y a 3 mois !! Instant de joie et de tristesse… La famille, le sport, les émotions, tout se mélange dans ma tête… C’est la vie quoi !

 

Jérome action jeu Seyssins

2013 : Jérôme est à la relance avec le RC Seyssins

Le 3ème moment qui me revient en cet instant, c’est un match de Fédérale 2 à Carqueiranne en 2013… Je porte le maillot du RC Seyssins, je joue 3ème ligne aile, avec à ma gauche Florin Corodeanu, 2ème ligne International Roumain, qui compte à son actif 3 Coupes du Monde, dont un match contre les Blacks au Vélodrome. En face de nous, Gregory Le Corvec, International Français, ancien joueur de l’USAP… Pendant le « flexion » de cette première mêlée, c’est là que je me dis que je ne suis pas n’importe où, que je suis quand même arrivé à atteindre un bon petit niveau dans ce satané rugby, que le travail paie, et que je suis chanceux de ce qui m’arrive… Et je me dis aussi, surtout !, que si je veux lui faire fermer son grand clapet et sa tchatche au grand gaillard qui me fait face là, et ben faut encore que je m’envoie à la muscu et que je progresse parce que… Pour le moment… J’suis pas au niveau… Allez mon gars, reste encore 75 minutes au chrono, faut s’envoyer !!

 

Tu pratiques le Touch à haut niveau… Parle-nous un peu des grandes lignes de cette discipline ovale.

Une vidéo valant mieux qu’un long discours, je te suggère de visionner celle réalisée par « Free Touch », un club parisien. Elle date de 2009, mais elle est toujours d’actualité, et je la trouve très pédagogique quant à la présentation de la discipline :


ICONE-VIDEODécrouvez la pratique du Touch rugby avec Free Touch!


Sur Facebook, tu as aussi plusieurs pages qui te permettent de suivre l’actualité du Touch en France, comme par exemple Touch France, mais également Touch Mag (un magazine mensuel virtuel sur le Touch), ou encore Touch France – Men’s Open, la page de mon équipe Hommes.

Indiscutablement, au niveau mondial, l’Hémisphère Sud règne en maître absolu sur cette discipline : Lors de la dernière Coupe du Monde, en avril 2015, l’Australie, sur ses terres, a remporté 8 des 9 catégories qui étaient en compétition. La Nouvelle-Zélande se classe 2ème, suivie du Japon, de l’Afrique du Sud, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée… Et 1ère nation européenne, nous, Français, avons obtenu la 8ème place…

Jérome selfie CDM 2015

Selfie lors d’un entraînement de Touch avec des jeunes d’une école primaire !

Après la dernière Coupe du Monde de Rugby à XV à Londres, la question de la pratique du Touch dès le plus jeune âge a été mise sur le tapis… Ce n’est peut-être pas tout à fait un hasard si les 4 nations qui sont arrivées en ½ finales sont de l’Hémisphère Sud, partie du monde dans laquelle la pratique du Touch est très répandue, et ce dès le plus jeune âge. Compte tenu de la « dureté » du rugby à XV, des impacts et des blessures qu’il engendre, je pense que le Touch est une bonne alternative pour contribuer au développement massif de la pratique du rugby en toute sécurité, auprès des jeunes garçons comme auprès des jeunes filles… Libre à ceux qui le souhaitent, ensuite, plus grands et plus aguerris, de passer au contact… Ils le feront alors avec de très bonnes bases techniques de maniement du ballon et de vitesse d’exécution.

Le Touch possède également pas mal de similitudes avec le rugby à 7, dans le style de jeu, la façon de prendre les espaces, de fixer l’adversaire, etc… Sans vouloir être trop chauvin, j’aurais tendance à dire que tous les sports de ballon ovale ont pour base le Touch !!

 

… Et présente-nous aussi le Groupe « France », dont tu fais partie.

logo touch france« Touch France » est l’organisation qui a pour mission d’encourager, de développer et de réglementer en France la pratique du Touch (appelé aussi Touch Rugby). Elle ne fait pas partie de l’IRB et n’est donc pas rattachée à la FFR, mais est affiliée à la FIT (Fédération Internationale de Touch). Pratiquement toutes les grandes nations de la Planète Rugby membres de la FIT ont passé des accords de collaboration avec leurs fédérations nationales pour pouvoir bénéficier de leur aide et de leurs infrastructures, c’est le cas entre autres depuis peu de l’Angleterre, du Pays de Galles et de l’Ecosse. Cela donne lieu par exemple à des partenariats mis en œuvre dans le milieu scolaire, notamment pour attirer les filles vers le ballon ovale, dans le cadre d’une pratique sécurisée, minimisant totalement les risques de commotions.

En France, nous avons créé un partenariat avec la Fédération de XIII. Concernant la FFR, aujourd’hui, tout est figé avant les prochaines élections. Jusque là, c’est le 7 qui est mis en avant, et une discipline de Rugby à Toucher, le Rugby à 5, spécificité française, a été créée.

Jérome essai touch

2013 : Mainland Cup (Coupe Continentale) à Vienne (Autriche)… Essai de Jérôme en finale contre l’Autriche

« Touch France » regroupe pas moins de 8 équipes internationales (Hommes, H+30ans, H+35ans, H+40ans, Femmes, F+27ans, Mixte, Mixte Séniors), soit au total plus de 120 joueurs et encadrants. Depuis maintenant 7 ans, c’est avec l’équipe « Open Hommes » que je participe aux différentes compétitions internationales. La prochaine sera la Coupe d’Europe 2016, qui se déroulera du 7 au 10 juillet prochain à Jersey, et que nous préparons activement à l’occasion de rassemblements Parisiens. Cette année, notre équipe est essentiellement composée de Parisiens, de Clermontois, de Niçois, de Toulonnais et de Grenoblois. Concernant la diffusion du Touch en France, 2 régions sont bien représentées, la région grenobloise (9 Clubs) et la région parisienne (5 Clubs). Il existe aussi des clubs à Strasbourg, Rennes, Nantes, Toulouse, Lyon, etc… Une quarantaine au total sur l’ensemble du territoire.


ICONE-VIDEOPrésentation de l’Equipe sélectionnée pour l’Euro 2016 :


 

Le rugby c’est bien, mais (malheureusement !) il n’y a pas que ça dans la vie… Quel est ton projet professionnel ?

grue-Wikimedia-Tarball69-CC BY SA 3.0Exactement, le rugby reste un sport, un loisir, et il passe donc pour moi après les études et la vie professionnelle. Après un Bac Scientifique, j’ai obtenu une Licence en Mécanique, Énergétique et Ingénierie, et, en 2015, un Master en Génie Civil et Infrastructures. En quittant le lycée, je voulais vite travailler, faire un BTS dans le Bâtiment, suivi tout au plus d’une Licence Professionnelle… Mais comme j’avais un Bac S en poche, les profs m’ont finalement convaincu de m’engager dans la voie d’études plus longues… Et puis, à force, on y prend goût, on se rend compte de la chance qu’on a de pouvoir arriver à ce niveau de formation, et que si on a un minimum d’ambition (par exemple créer une entreprise ou autre), à défaut d’expérience, il faut justifier de diplômes… Alors voilà comment j’ai continué jusqu’au BAC+5.

Sachant que l’expérience du terrain professionnel est primordiale, surtout dans ce secteur qu’est le Bâtiment, j’ai travaillé durant tous les étés comme électricien, maçon, ou encore menuisier. Durant mon Master, j’ai eu la chance de travailler pendant 1 an chez Appia Construction, en tant qu’Assistant Directeur de Projet, ce qui a été une expérience très fructueuse.

Pour la petite histoire, j’ai aussi un diplôme d’Agent de Sécurité, ce qui, depuis 7 ans, me permet de travailler au Stade des Alpes lors des matchs du FC Grenoble… J’ai commencé aux entrées, et je suis maintenant Chef de Secteur !

maîtrise oeuvreDe retour d’un long séjour dans l’Hémisphère Sud, et maintenant rentré en France, j’aimerais trouver un emploi stable, dans le domaine de la Maitrise d’Œuvre… Gérer les chantiers, les plannings, les clients, les aspects financiers, techniques, les interactions entre les différents corps de métiers, les Services Publics… Bref, ne pas être cloisonné uniquement dans une seule problématique, mais toucher à l’ensemble pour que tout se déroule le plus efficacement possible… La question est maintenant : Où me poser ?… A Grenoble ?… Dans le Sud-ouest ?… Je dois bien avouer que le Sud-ouest, pour sa culture, les gens, la météo, etc… Me tente énormément !

 

Dans la foulée de la dernière Coupe du Monde de Touch qui s’est déroulée en avril 2015 là-bas, tu viens de passer une année en Australie… Que peux-tu nous dire de ce lointain voyage ?/span>

drapeau australienExact, j’y ai passé le mois d’avril 2015 avec l’Équipe de France de Touch, mais lors du dernier match joué contre les Samoans pour la 7ème place, mon genou se tord (décidément !), et j’ai passé les mois de mai et juin à voyager sur la côte Est du pays, avant de revenir en France pour me soigner. Puis je suis reparti en Australie en septembre et, pendant 3 semaines, nourri et logé, j’ai travaillé dans une ferme où on devait s’occuper de quelques 2000 poules (soit une production de 2000 à 3000 oeufs / jour !) et d’un troupeau de 600 vaches (et 6 taureaux !). Cette expérience m’a permis de parfaire mon anglais (au début le vocabulaire manque, et puis si on veut communiquer, on s’y met, et on finit par se débrouiller) et de mieux comprendre la culture australienne.

Et puis, mon genou enfin totalement réparé, je décide de laisser de côté le XV, le XIII ou encore le Football Australien, pour ne me consacrer qu’au Touch, plus raisonnable pour amoindrir le risque de blessure… Là-bas, en Australie, début octobre, c’est le début de l’été et de la saison de Touch. Je décide alors de partir pour Newcastle, dans le New South Wales, à 3 heures au Nord de Sydney, en me disant que quitter les nombreux amis français que j’ai à Sidney m’obligera à me débrouiller seul en anglais, et donc à acquérir (enfin !) les rouages de cette langue.

Jérome Equpe France CDM 2015 Australie

Avril 2015 : Jérôme (2ème en haut en partant de la gauche) est dans l’Equipe de France Men’s Open qui dispute la Coupe du Monde de Touch en Australie.

J’arrive donc à Newcaste, ville où, pour l’anecdote, tu as autant de licenciés que dans toute la France réunie, soit 2000… 8 divisions Hommes, 6 divisions Femmes, 10 divisions Mixtes, chacune étant composées de 5 ou 6 équipes, sans compter les jeunes ! J’ai pu intégrer une équipe Hommes et une équipe Mixte, et participer à un championnat interne (au cours duquel ces 2 équipes terminerons 2èmes de leurs 1ères divisions respectives).

logo Newcastle touch rugbyPour les tournois inter-clubs, nous avions une équipe « représentative », composée des meilleurs éléments de chaque équipe du championnat interne au club, et j’ai eu la chance d’être retenu dans l’équipe de Newcastle, et de participer au Country Championship ainsi qu’à la State Cup (le plus gros tournoi interclubs au monde, qui se déroule sur 3 jours à Port Macquarie). Le Touch étant aussi un sport amateur en Australie, j’ai réussi parallèlement à trouver un job à l’hippodrome du coin, comme ouvrier dans les travaux publics… On a refait tout le système de drainage/sprinkler de la piste principale (2 kms de long !).

En Australie, tu joues au Touch avant même de jouer au XV ou au XIII, c’est vraiment une discipline sportive ultra-populaire là-bas… Même les gens avec qui je travaillais, ou encore mes colocataires, avaient tous joué, plus jeunes, à ce sport à l’école. La saison terminée, j’ai voyagé dans Sud de l’Australie et sa Great Ocean Road, j’ai passé 15 jours en Nouvelle-Zélande au moment de Noël, puis 3 semaines au Vietnam sur le chemin du retour, avant de rentrer en France à la fin du mois d’avril dernier.

Ce long séjour dans l’Hémisphère Sud a eu une vocation initiatique pour moi…

Et le réaliser a peut-être été la meilleure décision que j’ai prise de toue ma vie. Quitter son cocon familial et social est une bonne chose, et après l’expérience que j’ai vécue, je dirai même que c’est nécessaire avant de se lancer dans la « vraie » vie, et notamment la vie professionnelle. Les allemands par exemple, le font généralement juste après le Bac, à 19 ans, et ils partent à l’aventure… Quand on les croise en Australie ou en Nouvelle-Zélande, ils parlent tous super bien anglais (bien mieux que nous pauvres français !) et repartent après 6 mois ou 1 an de voyage avec une grande maturité. Le voyage forge, on apprend la valeur des choses. En s’ouvrant aux personnes et en les écoutant, on s’enrichit, on fait attention à « l’autre ».

Jérome action touch 1

(Photo : brunoweb.org)

Ayant vécu les attentats de novembre 2015 en Australie, j’ai été stupéfait de voir comment les Australiens ont été concernés par les différentes commémorations qui ont eu lieu à cette occasion. C’était bien beau de voir à la télé l’Opéra en Bleu-Blanc-Rouge, ou le Brésil, ou New York arborer nos couleurs pour la circonstance… Mais moi, là-bas, j’ai vu tous les gars du boulot avec qui je travaillais, tous ceux de mon équipe de Touch, et même dans la rue, des gens apprenant (à cause de mon accent !) que j’étais Français, venir à moi et s’excuser de ce qui se passait dans mon pays, me prendre dans leurs bras (alors que pour dire bonjour, ils ne font même pas de bise ou de serrage de main)… Pour eux, la France, vue comme un pays de liberté où tout est permis et où on a le droit de tout dire, était touchée… Ils ont voulu me dire qu’ils ont été touchés eux aussi… Et ça m’a touché, énormément.

Pour en finir sur cette expérience passée loin de mes bases, d’un point de vue plus personnel, elle m’a fait aussi fait prendre conscience de ce que j’aime vraiment… Être proche de ma famille, être là pour les Noëls, les mariages, les anniversaires… Voir grandir mon futur petit neveu (ou nièce !), voir mes grands-parents vieillir… J’ai perdu un cousin de mon âge cette année, cela m’a définitivement fait comprendre l’importance du soutien familial.

 

La première fois qu’on s’est contacté, tu m’as parlé de Madeleine, ta grand-mère, et de Florence, ta tante, toutes deux Grenobloises, et tu m’as dit que tu voulais leur adresser un clin d’œil particulier…/span>

Jérome et grand mère et tante

Jérôme, avec Madeleine et Florence !

Oui, car toutes les 2 sont des passionnées ! Madeleine, ma grand-mère, est « Mère » des Compagnons du Tour de France depuis maintenant 40 ans… C’est-à-dire que, symboliquement, dans la tradition compagnonnique, elle représente leur mère, en l’occurrence, ici, dans leur étape grenobloise. Dans la Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment, le « Jeune », après avoir obtenu son CAP (Menuisier, Charpentier, Plombier, Maçon, etc…) part du foyer parental, et change de ville chaque année pour apprendre les techniques de son métier chez différents « maîtres ». Le rôle de la « Mère » est d’accueillir les jeunes lorsqu’ils arrivent dans une ville, d’aider à pallier les problèmes de logistique (notamment le gîte et le couvert) et d’être à leur écoute pour que leur séjour se passe au mieux.

Quant à Florence, ma tante, elle aussi est fan de Rugby et plus précisément, du FC Grenoble ! Sponsor du club et passionnée, elle accueille dans son établissement (le « Saint-Jacques », restaurant et chambres d’hôtes à Echirolles, en proche banlieue grenobloise) les joueurs étrangers qui arrivent à Grenoble, en attente de leur appartement ou maison. Elle aussi est comme une « mère » pour eux… Elle se lève tôt pour préparer les petits-déjeuners, elle est disponible pour les emmener à droite et à gauche et les aider dans leurs formalités, pour leur faire découvrir la région… Bref, elle fait le maximum pour que leur séjour sous le maillot du FCG se passe du mieux possible. Dans son restaurant (situé 24 avenue de la République à Echirolles !), tu trouveras les maillots des anciens clubs des nouvelles recrues du FCG… C’est une tradition ! Dans la suite de sa maman, ma tante aime donner de son temps à des personnes qui comptent pour elle… Donner pour recevoir, c’est un gène familial !

extérieur saint-jacques

L’Esprit Rugby rôde au « Saint-Jacques » à Echirolles !

 

Jérôme, c’est Pierre Lacaze, le « faiseur » de magnifiques ballons en bois, qui t’a fait la passe depuis Mauves-sur-Loire pour que tu rejoignes la « Mêlée Puissance 15 »… Qui vas-tu y inviter à ton tour ?

ballon puissance 15

Clin d’œil à Pierre Lacaze…

J’adresse un grand « Merci ! » à Pierre pour m’avoir fait cette passe ! On s’est connus tous les 2 lors de son étape à Grenoble quand il faisait son Tour de France des Compagnons, et on allait taper dans le ballon ensemble. Je suis fier d’être dans cette mêlée, et je te remercie de m’avoir fait faire cet exercice de réflexion sur ma vie de rugbyman… Ca m’a permis de me poser des questions, ça m’a fait parler autour de moi, ça m’a fait sourire, rigoler… Et même parfois pleurer… Bref, une très bonne expérience !!

Alors maintenant, pour faire vivre le ballon, j’ai plusieurs choix, plusieurs contacts dans plein de milieux différents… Le Touch, le XV, le XIII… Et finalement, je me dis que celui qui « mixe » le mieux tout ça, c’est Erick Acker… Un français qui a vécu plus de 10 ans en Nouvelle-Zélande, qui fut au bureau de la FFR un temps, aujourd’hui Président de la FIT (Fédération Internationale de Touch) depuis plusieurs années, Parisien, coach de mon équipe Men’s Open France, ancien président de Touch France, ancien joueur de XV, ancien Coach de XV en Fédérale 2… Quelqu’un dont l’histoire de rugby est forcément passionnante !

 

Et si on se quitte en musique ou en chanson… Tu nous fais écouter quoi ?

jérôme trompettiste

… Et clin d’œil à Jérôme!

Trompettiste depuis mon plus jeune âge, j’aurais bien voulu vous faire écouter un morceau de banda… La Musique du Sud-ouest peut être dansante, chantante, ou juste une musique de recueillement, mais j’ai vu qu’il y en a déjà en pagaille sur le site Puissance 15… Aussi, je vais donc choisir une petite vidéo originale pour sortir des sentiers battus : Pendant les coupes du monde, on a la chance de partager des moments privilégiés avec des Fidjiens, des Papous, des Samoans, des Tongiens, etc… Et dans ces pays, ils n’ont pas de chansons « d’assoiffés » comme chez nous, qu’on peut chanter les soirs de match jusqu’à 2 heures du mat’ dans le club house… Non, eux, ils ont des chansons lyriques, poétiques, et ce sont d’excellents chanteurs !! Je ne te raconte pas les soirées à la fin des compétitions, tout le monde déguisé… Que du bonheur et de l’amour partagé du ballon ovale!!


ICONE-VIDEOBehind the Scenes – Fiji Bati Sing & Celebrate


 


ICONE-WEB Site Internet de Touch France


 

ICONE-CREDITS

Interview : Frédéric Poulet

Photos : Photo de “Une” de Jérôme : JM / Photos Rugby de Jérôme: Archives de Jérôme / Bus : Fotolia 80991046 / Grue : Wikimedia-Tarball69-CC BY SA 3.0

Eu égard aux droits qui leur seraient associés, nous nous engageons à enlever les illustrations présentes dans cet article, sur simple demande de leurs auteurs.


ICONE-ESPACE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *