Lundi - 02 Août 2021

Jean-Michel Gros / Une vie de rugby à Montreuil


Gamin, c’est du côté de Montreuil que cet homme a croisé la route de Bossuet et de Dauga, qui bien évidemment lui inculquèrent les Lettres et l’Esprit du Rugby…

Ces 2 là ne savaient pas alors le cadeau qu’ils venaient de faire à Jean-Michel Gros, cadeau qu’il n’a cessé depuis de partager avec quantité de générations ovales du Rugby Club Montreuillois : Joueur, Joueur-Entraîneur, Entraîneur, Président, et même devant les fourneaux du club house… en 40 ans de vie commune, Jean-Michel aura assuré multe fonctions au sein de « son » club, auquel il a fait preuve de fidélité absolue. Si aujourd’hui il a décidé de quitter le terrain, c’est pour mieux se concentrer sur une dimension essentielle de toute association : créer et entretenir le lien, et c’est brillamment qu’il remplit sa mission grâce au « Rugby Infos » du RC Montreuillois. Oui, l’histoire ovale de Jean-Michel, c’est une vie de Rugby à Montreuil… Une histoire de vrai rugby, authentique, comme on les aime… Chapeau bas et… Merci Jean-Michel !

 

Bonjour Jean-Michel… En 1974, ta vie a croisé pour la première fois celle du Rugby Club Montreuillois… Tu peux nous raconter cette rencontre ?


Montreuil, Seine-Saint-Denis (93)


panneau montreuilMa famille est originaire de Savoie, mais c’est à Paris que j’ai grandi. Gamin, je n’étais pas spécialement attiré par le rugby… Ma mère regardait le Tournoi des V Nations en blason savoierepassant devant la télé, et quand je rentrais de l’école (à cette époque on avait cours le samedi après-midi !), ça me faisait marrer de la voir s’énerver contre les adversaires du XV de France ! Moi, à cette époque, j’étais plutôt ski l’hiver et montagne l’été… J’allais garder les vaches et filer un coup de main aux foins dans la Haute-Tarentaise, le pays de mes ancêtres.

 

Au départ, je n’étais pas vraiment « sports co », et plutôt une quiche au foot…

Tu sais, le genre de gars qu’on choisit en dernier quand on fait les équipes ! Et puis un jour, au collège Georges Politzer à Montreuil, en 4ème, le prof de gym, Mr Bossuet, nous propose un cycle rugby… On partait tous de « 0 » dans ce sport, à égalité, ça m’a tout de suite plu et j’ai bien accroché. L’année d’après, des interclasses sont organisés et alors je me dis : « Si je suis sélectionné, je m’inscris dans un club »… Et j’ai été sélectionné !! Entre temps, Mr Bossuet nous avait emmenés au Parc des Princes pour assister au France-Galles de 73, le dernier match international de Walter Spanghero, qui était mon idole à l’époque, ainsi qu’à la finale logo RC MontreuilNarbonne-Béziers de 74… J’étais définitivement conquis par le rugby, et c’est comme ça qu’à 15 ans je signe ma première licence au Rugby Club Montreuillois.


ICONE-VIDEODénouement de la finale Narbonne-Béziers de 1974


 

Et 42 ans plus tard, tu es toujours fidèle au poste, en soutien des couleurs du club… Qu’avez-vous donc fait ensemble, le RC Montreuil et toi, depuis tout ce temps ?

Quand j’arrive au RC Montreuil, le club est tout jeune car il n’a alors que 4 ans d’existence… Il n’y a que des Seniors et je suis le seul Cadet ! Mon premier entraîneur s’appelle André Dauga (y’a pas de hasard, même s’il n’a rien à voir avec son illustre homonyme prénommé Benoît !), et il me dit : « Ben, si tu veux jouer mon garçon… Va falloir aller chercher des potes ! »… Me voilà donc promu recruteur et j’arrive effectivement à en prendre quelques uns dans les mailles du filet… Des pionniers avec qui je vais essuyer les plâtres… Vu qu’on n’était pas nombreux, on avait des « simili-entraînements » sur un terrain de foot stabilisé devant la Cité Le Morillon, en bas du Parc Montreau, mais on était là tout le temps !

JM Gros 1ère équipe cadette 1974-75 avec André Dauga

1974/75 : Jean-Michel (4ème joueur debout à gauche) fait partie de la 1ère équipe Cadets du RC Montreuillois, coachée par André Dauga (debout à gauche) !

Et puis, au fil du temps, d’autres gars ont « vu de la lumière » et sont venus nous rejoindre, et on a fini par monter notre première équipe Cadets avant la fin de la saison! On ne fera qu’un seul match cette année là, perdu bien sûr, mais on était tellement fiers et heureux de porter le maillot et d’avoir pu jouer pour la première fois sur de l’herbe ! Je garde de cette lointaine époque de belles amitiés, comme celle de Patrice Païno, avec qui je jouerai plus tard en Seniors, lui à l’ouverture et moi à la mêlée.

A partir de 76, on a un vrai terrain et un vrai vestiaire à nous, à Montreuil (jusque là les matchs « à la maison » se jouaient en réalité à La Courneuve), et l’école de rugby a été créée à ce moment là. J’avais 17 ans et je m’y suis investi en compagnie de l’éternel André Dauga et d’Olivier Charles, l’actuel Président du RCM. On avait une vingtaine de gamins, et tout était mélangé, des Poussins aux Minimes… Tout le monde jouait ensemble. C’est à cette époque qu’un jour on vu débarquer chez nous un gamin nommé Edouard Alric, accompagné de son père et de ses frangins…

JM Gros Réserve 78 ou 79

1978 : Jean-Michel (3ème accroupi à gauche) avec la Réserve du Rugby Club Montreuillois…

A l’issue de mes années Cadets, faute de suffisamment de combattants en Juniors, j’intègre directement le groupe Seniors du RC Montreuil, où je vais m’installer durablement en Equipe Réserve, en occupant les postes de ¾ aile (point de passage obligé !), ½ mêlée, 3ème ligne, talonneur… Au gré des besoins de l’équipe. Je mettrai quelques années à jouer en 1ère, et je ne m’arrêterai de jouer « officiellement » qu’à l’approche de la quarantaine, en 98, année de mon dernier Championnat de France (en réalité j’ai encore fait un tout petit bout de match il y a 2 ou 3 ans suite à une hécatombe dans les effectifs !). Au total, je ferai 3 phases finales de Championnat de France en tant que joueur, dont la 1ère en 82, et à peu près autant en tant qu’entraîneur.

JM Gros en seniors (fin des 70's début 80's)

… Et ballon en main, Jean-Michel est à l’attaque avec les Montreuillois dans la fin des années 70!

 

JM Gros Quart championnat de France 2003

2003 : Jean-Michel emmène le RCM en ¼ de finale du Championnat de France 2ème Série

Concernant mon cursus d’entraîneur, après l’école de rugby, je me suis occupé des Juniors à partir de 84… Des gamins de l’époque dont certains sont eux-mêmes devenus entraîneurs aujourd’hui. En 92, je prends les Seniors du club, avec qui je joue, et on fait cette année-là un ¼ de finale du Championnat de France de 2ème Série. En 2003, avec une autre génération de joueurs, nous irons à nouveau en ¼ de finale du Championnat de France de 2ème Série, et nous monterons jusqu’en Promotion d’Honneur. J’alternerai en fait mon parcours d’entraîneur entre les Juniors et les Seniors, retrouvant en Seniors des gars que j’ai déjà entraînés en Juniors. J’ai arrêté toute activité d’entraîneur l’année dernière, en 2015… Après près de 40 ans de terrain, j’ai réalisé que j’avais fait mon temps et que je devais m’en tenir là dans cette fonction.

Joueur, Joueur-entraîneur, Entraîneur… J’ai donc eu plusieurs casquettes au sein du Rugby Club Montreuillois, dont j’ai même été Président pendant 3 saisons au début des années 2000.

 

Si, parmi tous les « temps forts » que tu as connus au rugby, je te demande de nous en confier juste 3 ou 4, lesquels remontent à la surface assez rapidement ?

Je garde un sacré souvenir de ce Championnat de France 92,

où on va en ¼ de finale en 2ème Série… J’ai 33 ans, j’entraîne l’équipe et ce sont mes dernières « grosses » cartouches en tant que joueur. Il y a dans cette équipe pas mal de jeunes, des gamins que j’ai entraînés à l’école du rugby, et tu imagines donc l’émotion que j’éprouve de vivre cette aventure avec eux. Nous chuterons contre les Basques de Bardos, en loupant la pénalité de la gagne en fin de match… Mais on était heureux car c’était la première fois que, depuis sa création, le club allait si loin dans une compétition nationale.

JM Gros Quart championnat de France 92

1992 : Le RC Montreuil est en ¼ de finale du Championnat de France 2ème Série (Jean-Michel est le 2ème debout à gauche)

Le second temps fort que j’évoquerai, il se passe en 95, à l’occasion de mon jubilé. J’avais vraiment envie de marquer le coup, de jouer à 36 ans un dernier match de rugby un peu « intense » avant de décrépir… Et de faire la fête avec mes potes ! Les frères Alric étaient là, ainsi que de nombreux joueurs du Club, d’autres partis dans des clubs plus huppés, des Gallois aussi, avec qui nous étions jumelés… Un grand moment de bonheur !

JM Gros équipe du jubilé 1995

1995 : Jean-Michel (5ème accroupi à gauche), fête son jubilé pour sa 20ème saison au Rugby Club Montreuillois.

Le 3ème moment dont je te parlerai, il peut paraître plus anecdotique, mais il n’en est humainement pas moins important. Il s’est passé en 2013, j’entraînais les Juniors (dont la plupart jouent aujourd’hui en Equipe 1ère), un groupe qui se connaissait depuis plusieurs saisons, que j’avais pris « en cours de route », et dans lequel j’étais un peu arrivé comme un « intrus ». En fin de saison, on se fait éliminer de façon injuste dans les phases finales du Championnat Ile de France, et dans la suite de cette défaite, un déclic incroyable s’est passé entre ces gamins et moi… En résumé, l’injustice subie pendant les 2 premières mi-temps sur le terrain l’après-midi, nous a permis de définitivement nous « trouver » durant la 3ème… La magie du rugby !

 

drapeau pays de gallesEt pour terminer ce tour d’horizon, je dois aussi te parler de quelque chose de très important que j’ai vécu dans ce club : Adolescent, j’étais fan de l’équipe de Galles des années 70, celle des Gareth Edwards, Phil Bennett, Barry John, Mervyn Davies etc… Et c’est ce qui explique qu’en 86 j’ai emmené “mes” Juniors à Cardiff, pour leur faire partager ma passion. On a alors établi un échange avec le St Albans RFC, club de la banlieue de Cardiff, « jumelage » qui a duré de façon régulière (un an chez eux, un an chez nous, en fonction du lieu des matchs opposant les deux nations) jusqu’en 99, où on a assisté à la finale de la Coupe du Monde France-Australie qui s’est déroulée au Millenium… Un mariage a même eu lieu entre « Titi » Gallet, un logo st alban rfcjoueur Montreuillois et Cathy Greenslade, une Galloise, avec à la clef la naissance de 2 magnifiques franco-gallois, Thomas et Alex !! Depuis, cet échange s’est un peu perdu (même si une douzaine de Seniors y est retournée il y a deux ans), mais je garde des contacts avec certains amis Gallois via Facebook. (Steve Derrett, Paul Guerin, et surtout Thomas Broad) C’est d’ailleurs comme ça que nos joueurs ont pu organiser leur voyage. Ce sont vraiment de très bons amis, qui partagent les mêmes valeurs “rugby” que nous.


ICONE-VIDEOPays de Galles / Angleterre – 1977


 

Tu t’occupes désormais plus spécifiquement de la communication du club… Quelle a été ta motivation à le faire, et en quoi cela consiste-t-il ?

Je m’occupe maintenant exclusivement du journal « Rugby Infos » du RC Montreuil.

Il existe depuis les années 80, et au départ c’était une simple feuille de chou au format A4, tapée à la machine à écrire ! Ca sortait de façon plus ou moins aléatoire, et c’était très artisanal. Quand Olivier Charles a pris la présidence il y a 8 ou 9 ans, j’ai repris le flambeau, parce qu’on a tenu à mettre en place un vrai outil de communication qui aujourd’hui fédère et informe tous les acteurs du club, depuis les poussins jusqu’au Seniors, en passant par les entraîneurs, les dirigeants et les supporters. C’est un mensuel de 36 pages, très complet car il relate tout ce qui se passe dans le club. Et avec l’aide précieuse d’un papa d’un joueur de l’école de rugby, Thierry Prévost, on peut accéder aujourd’hui à un lien direct qui permet de le consulter en ligne.


ICONE-WEB Pour lire le Rugby Infos du mois


 

Le Rugby Club Montreuillois n’a aucun secret pour toi… Tu peux nous le présenter dans ses grandes lignes ?

logo RC MontreuilComme je te l’ai dit plus haut, le RC Montreuil est né en 1970, on fêtera bientôt son cinquantenaire, et son Président est Olivier Charles. Nous jouons sur le Stade Robert Barran, nos couleurs sont le « Rouge & Vert », et le plus haut niveau que le club ait atteint dans son histoire est le niveau Honneur. Entraînée par Vincent Legendre, Frédéric Toitot et Eric Santovecchio (je les ai entraînés tous les 3 quand ils étaient gamins !!), notre équipe Seniors était cette saison en 3ème Série, et on évoluera à l’étage supérieur l’année prochaine. On a dans notre équipe Seniors pas mal d’anciens Cadets et Juniors du club, qui ont fait partie de très bonnes générations en catégories Jeunes, ce qui laisse augurer un avenir prometteur et devrait nous permettre de grimper encore dans la hiérarchie ovale… Je pense qu’on est dans un bon « cycle vertueux » pour les années qui viennent !

L’Equipe 1ère du RC Montreuil, cru 2015-2016… Tous prêts à retrouver la 2ème Série la saison prochaine !

On a joué cette année la finale d’Ile de France 3ème Série, qu’on a perdue contre Paris XO, une équipe qui a fait ensuite un très beau parcours en Championnat de France, puisqu’elle vient tout juste d’être stoppée en finale (Paris XO avait été Champion de France de 4ème Série la saison dernière).

Juniors RCM 2015-2016Toutes les catégories Jeunes sont représentées au Rugby Club Montreuillois, depuis l’Ecole de Rugby (dirigée par Manuel Martinez… Lui, je le connais depuis ses 7 ans et son entrée à l’école de rugby !), jusqu’aux Juniors, et cela sans entente avec d’autres clubs, ce qui devient maintenant de plus en plus rare… On est un club très familial… Tiens, par exemple, beaucoup de gamins qui faisaient partie des pionniers de notre école de rugby en 77 font aujourd’hui partie des cadres techniques du club. Il y a une vraie culture de club entre toutes nos catégories, et une vraie vie associative entre tous les acteurs.

 

Si je te demande pourquoi tu aimes le rugby… Tu me réponds quoi ?

Je suis fils unique, j’étais donc au départ plutôt un solitaire… Et j’ai trouvé au rugby les frangins que je n’avais pas à la maison. Aller les retrouver me permettait de sortir de chez moi pour voir ce qui se passait ailleurs… Quand t’es ado, c’est important !

JM Gros et les Vieux en 2012

2012 : Jean-Michel (accroupi à gauche) avec ses « vieux » potes du RC Montreuillois… Jouer groupés… Toujours!

J’ai aussi trouvé au rugby un univers qui m’était familier depuis tout gamin… Le chant ! J’ai toujours entendu mon père chanter avec ses potes Savoyards et Italiens à l’occasion de grands moments de convivialité, et le ballon ovale m’a permis de retrouver cet esprit festif.

Et puis le rugby, c’est faire beaucoup de choses ensemble… Souffrir, gagner, perdre, chanter…. Le « Etre ensemble » est une dimension essentielle de ce sport.

 

A côté du rugby, il y a aussi « la vie de tous les jours »… Tu y fais quoi, dans cette vie là ?

Si tu me cherches dans cette vie là, c’est à l’école que tu me trouveras…

Je suis instituteur en maternelle depuis presque une trentaine d’années, après avoir fait 10 ans d’élémentaire… Ce qui fait que j’en suis au stade où des gamins dont j’ai été l’instit il y a bien longtemps m’amènent aujourd’hui leurs propres enfants !! Je m’occupe de la section des « Grands », et j’essaie de faire en sorte que les gamins viennent avec plaisir à l’école et qu’ils ne s’y ennuient pas. Dans l’environnement de banlieue qui est le nôtre, on essaie aussi au quotidien de leur inculquer des règles de vie, de leur montrer ce qu’on peut faire, et ce qu’on ne peut pas faire… C’est important et ça les rassure aussi.

Même si l’âge fait que maintenant je joue moins qu’avant avec eux dans la cour de récréation parce que j’ai un peu mal au dos, j’ai toujours autant de plaisir à côtoyer et à vivre au milieu de ces enfants, à les écouter et à contribuer à leur éducation… Comme j’ai coutume de le dire, certains d’entre eux sont tellement « attachiants » !!!

 

Si je viens te voir à Montreuil, quels sont les incontournables de ta région que tu me fais découvrir ?

rue de Montreuil - Wikimedia - Olybrius - CC BY SA 4.0

Dans les rues de Montreuil…

La première chose que je ferai, c’est de t’emmener au Stade Barran, qui est un point central de ma vie Montreuilloise. Il y a là-bas quantité de photos au club house qui retracent toute la vie du RCM, et on pourra manger sur place en compagnie des Seniors et des dirigeants du club, et déguster les bons petits plats préparés par Marie-Claude, notre cuisinière, et… Moi-même !

 

Sinon, il y a pas mal de choses à voir dans la ville… Il y a d’abord le « Bas-Montreuil », qui va de la Mairie jusqu’à la Porte de Montreuil… Historiquement, c’était un quartier plutôt industriel, et aujourd’hui tu y trouves quantité de lofts, avec pas mal d’artistes qui sont venus s’y installer. En même temps tu y trouves une population assez cosmopolite, avec par exemple le Foyers Bara, qui rassemble des migrants Africains, et qui est assez emblématique de leur mode de vie, avec beaucoup de solidarité. Ici, toutes les communautés sont assez ouvertes les unes aux autres.

Murs à pêches - Wikipedia - Claude Villetaneuse - Domaine Public

Les murs à pêches de Montreuil, au début du XXème siècle

Et puis tu as le « Haut-Montreuil », moins urbanisé, qui était le quartier plus « agricole », plus calme de la ville, avec entre autres ses fameux « murs à pêches », qui datent de l’époque où Montreuil fournissait la Cour du Roi en pêches… Il fallait bien protéger ces précieux fruits !

Montreuil jouit d’une vie associative très riche… Et chaque année, la « Fête de la ville » est un moment d’échanges incontournable, où chacun présente ses travaux et ses projets.

 

C’est Edouard Alric, qui depuis Bobigny la voisine, t’a lancé le ballon « Puissance 15 »… Tu l’as joliment réceptionné, mais à qui vas-tu le transmettre à ton tour ?

JM Gros dernier tour de piste 2013

Le dernier « tour de piste » de Jean-Michel, en… 2013!!

Je remercie Edouard pour cette belle passe qui me touche beaucoup. Je me souviens du jour où, gamin, il est arrivé à l’école de rugby du club avec son frère Geoffroy vers la fin des années 70. Leur père s’est ensuite investi dans le club de façon très active, et au fil du temps, les 4 frères Alric sont un peu devenus mes « frangins »… J’étais très souvent fourré chez eux ! Et j’ai une grande nouvelle à t’annoncer, car Edouard, qui entraînait jusque là les avants de Bobigny, va rejoindre le RC Montreuil comme Manager Général du club, avec pour mission de superviser le sportif, depuis l’école de rugby jusqu’aux Seniors… C’est pour lui un « retour aux sources », et j’en suis particulièrement heureux ! Et Warda, son épouse, va également intégrer le staff du club, pour s’occuper, entre autres, du sponsoring.

 

florian gros en touche

Clin d’œil à Florian de la part du papa !

Je profite également de mon Portrait « Puissance 15 » pour saluer et remercier tous ceux dont j’ai croisé la route au sein du Rugby Club Montreuillois, depuis très longtemps pour certains, et j’adresse un clin d’œil particulier à Florian, mon fils, 3ème ligne aile et Capitaine des Seniors « Rouge & Vert »… La relève est assurée !

Et ce ballon, je vais maintenant le passer à Jacques Wolff, issu d’une grande famille de rugbymen (son frère Jean-Paul fut un pilier biterrois international). Il a joué et entraîné très longtemps à Montreuil, et il vit aujourd’hui dans le Limousin. Il a fait plusieurs films sur le rugby Montreuillois, dont un, magnifique, à l’occasion de mon jubilé… Il donne des conférences sur le rugby, il a fait du théâtre… Jacquot, c’est vraiment un personnage !

 

Et si tu souhaites qu’une chanson accompagne ton Portrait Puissance 15… C’est maintenant!

Alors, on va chanter “Asimbonanga” avec Johnny Clegg !


ICONE-VIDEOAsimbonanga – Johnny Clegg (With Nelson Mandela)


 


ICONE-WEB Site Internet du Rugby Club Montreuillois


 

ICONE-CREDITS

Interview : Frédéric Poulet

Photos : Photo de “Une” de Jean-Michel : JMG / Photos Rugby de Jean-Michel : Archives de Jean-Michel / Equipes I et Juniors du RC Montreuil : site Internet du RCM / Rue de Montreuil : Wikimedia – Olybrius – CC BY SA 4.0 / Murs à pêches : Wikipedia – Claude Villetaneuse – Domaine Public

Eu égard aux droits qui leur seraient associés, nous nous engageons à enlever les illustrations présentes dans cet article, sur simple demande de leurs auteurs.


ICONE-ESPACE

3 commentaires
  1. Jean-Michel Gros

    20/06/2016 à 22:19

    Merci en tout cas à Fred Poulet pour sa disponibilité, sa capacité d’écoute et son gout pour ce rugby qui relie les hommes, quelque soit l’endroit où on le pratique.

    Répondre
    • Frédéric Poulet

      21/06/2016 à 09:05

      Merci à toi aussi Jean-Michel de m’avoir confié ton histoire ovale… Le rugby est un magnifique moyen de partage… Un passeport pour la vie, où que l’on soit!

      Répondre
  2. Zuzu

    18/06/2016 à 09:37

    Jean-Mi, je l’ai connu quand toute l’équipe Minime/cadet de Pantin, une bonne douzaine de gamins (tous scolarisés au Lilas) est venu grossir le rugby à Montreuil.
    J’avais 12/13 ans, je suis resté joueur jusqu’a 38 ans, maintenant vivant en Bourgogne, je continue a voir mon équipe quand ils jouent pas trop loin de chez moi.
    Que de souvenir, les entraînements sous la pluie, sous la neige, dans la boue, les fins de match au club House ou chez Jean-Mi.
    Un club formidable, vivement 2020 pour le cinquantenaire du club.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *