Vendredi - 25 Juin 2021

Jean-Louis Moro / Vice-Doyen de la Faculté des Sciences du Sport à Marseille


« Nous, gars de Montélimar ! » est une formule magique qui, lorsqu’elle est prononcée dans la ville des Portes de Provence par 15 hommes habillés en Rouge & Bleu, peut leur faire renverser des montagnes… Cet homme le sait, et certains Niçois en firent jadis les frais…

Jean-Louis Moro, Vice-Doyen de la Faculté des Sciences du Sport de Marseille et Président du SMUC, ne pouvait pas échapper au Rugby, car celui-ci le précédait dans la maison où il a grandi. Diplôme de Professeur d’EPS en poche, il a dû se plier, en homme du Sud, à la sempiternelle « 1ère affecation dans le Nord »… Mais n’allez surtout pas le plaindre, car il vécut à Arras une magnifique histoire humaine avec d’autres compagnons habillés eux-aussi en Rouge & Bleu. Et ayant depuis retrouvé le Sud, c’est à Marseille, en allant voir les minots du SMUC Rugby s’éclater ballon en main, qu’il constate avec bonheur que le plaisir qui les anime est exactement le même que celui qui l’animait à leur âge… Merci Jean-Louis !

 

Envoyez un message à Jean-Louis Moro

 

Bonjour Jean-Louis, c’est à Montélimar, la cité du nougat, que le rugby est entré dans ta vie… Peux-tu nous raconter quand, pourquoi et comment ?

nougat

Nous, gars de Montélimar !

La recette est très simple… Mon père, Jacques Moro, est un des rares internationaux à être sorti du club de Montélimar (il a été international militaire du temps des Guy Boniface et Jean Dupuy), et qui plus est, il s’est marié avec la fille du Président de l’époque, Louis Bruyère ! Chez moi, quand on était à table, on parlait de rugby à l’entrée, au plat de résistance et au dessert. C’était tout naturel, c’était mon milieu… Et d’ailleurs, je suis extrêmement reconnaissant à mes parents de s’être unis pour me guider sur ces pas là.

logo umsJe suis bien sûr allé à l’école de rugby de l’Union Montilienne Sportive dès que j’ai pu y aller. J’avais 6 ans, et je n’ai que des souvenirs positifs de ce moment… J’étais chez moi et ce n’était que du bonheur! Des décennies plus tard, je constate que beaucoup de mes meilleurs amis aujourd’hui sont des gars que j’ai rencontrés à cette époque là.


Montélimar, Drôme (26)


 

Et dès lors, originellement habillé de « Rouge & Bleu », quelle a été ta route sur la « Nationale Rugby » ?

J’ai fait toutes les catégories Jeunes à Montélimar, jusqu’en Equipe 1ère… J’avais à peine 18 ans quand j’ai fait mon premier match en « Une », à l’arrière, en 1ère division Groupe B. C’était contre Le Creusot, et dans notre équipe jouait Daniel Kaczorowski, l’ex-3ème ligne international Creusotin, que l’on venait de recruter à Montélimar !

logo rc nimesAprès 2 saisons en Seniors, j’ai signé au Rugby Club Nîmois, alors entraîné par André Buonomo, où j’ai fait quelques matchs en Groupe A, et où j’ai également eu la chance de côtoyer des personnes fantastiques comme Louis Gagnière, André Quilis, Daniel Saubier, Marc Andrieu, etc… Tous m’ont permis de grandir en rugby et sur bien d’autres aspects.

Je ferai 2 saisons à Nîmes, car, étant devenu jeune prof de gym, je reçois ma première affectation, direction… Amiens ! Au début de ma nouvelle vie dans le « Nord », j’avais décidé de me reposer un peu du rugby… Ca n’a pas duré longtemps, car 3 semaines après la rentrée, l’ASPTT d’Arras (devenu depuis le Rugby Club d’Arras), qui évoluait en Groupe B, m’appelle… J’y suis allé en courant, pour y vivre 8 belles saisons !

logo rc arrasJ’ai connu une très belle histoire avec le club d’Arras, très formatrice pour moi qui venait du sud, sur le mode de vie et la mentalité nordistes. J’arrivais d’un club de Groupe A, où les joueurs étaient « choyés » par tout le monde, et dans le Pas-de-Calais, j’ai appris ce qu’était une autre façon de faire fonctionner un club : Avant même que je puisse mettre un short et m’entraîner, j’ai dû m’acquitter de ma licence (je me rappelle même de son montant : 730 Francs)… Arras, c’était ça : les joueurs ne touchaient pas un Franc, et tout le monde payait sa licence.

Outre la qualité des relations humaines dont j’ai bénéficié au sein du club Arrageois, j’y garde de nombreux amis, et une chose m’a énormément frappé durant mon long séjour là-bas, c’est la relation très étroite qu’il y avait entre le club et le milieu scolaire et universitaire. Je me souviens que les mercredis après-midi, entre les équipes du club et les équipes UNSS, il y avait un trafic énorme sur les terrains de rugby.

En arrivant à Arras, j’ai très rapidement été joueur et entraîneur des lignes arrières et, mettant un terme à ma carrière de joueur à cause de multiples blessures, je finirai d’ailleurs entraîneur de l’ASPTT Arras avant de rejoindre à nouveau le sud.

jlouis prof de rugby à la fac (2)

Jean-Louis, Prof de rugby à la Fac de Marseille

C’est à la trentaine que j’ai eu ma mutation professionnelle pour le sud… Direction Marseille ! Dès mon arrivée, j’entraîne le SMUC Rugby (Stade Marseillais Université Club Rugby) pendant 3 saisons, où on fait l’ascenseur Honneur, 3ème division, Honneur.

Quittant le rugby « fédéral », je me suis par la suite consacré à la formation du rugby en milieu universitaire, à la Faculté de Marseille, où je suis toujours en poste aujourd’hui. Et puis en 2007, à l’occasion de la Coupe du Monde, dont une partition se déroulait à Marseille et dans laquelle la Faculté était impliquée au niveau de l’organisation, j’ai revu tout un tas de gens du rugby… logo smuc rugbyCa m’a profondément touché, et j’ai vécu un grand moment de « communion rugbystique » à cette occasion là.

Pour tout à fait compléter mon « curriculum rugby », j’ajouterai que j’ai également été Président du SMUC Rugby en 2010 et 2011.

 

 

Si tu devais nous faire partager quelques souvenirs et « grands moments » de ce parcours, tu choisirais lesquels ?

guidon véloChronologiquement, mon premier « grand bon moment », ce sont les côtés camaraderie et insouciance d’aller à l’école de rugby, en vélo… Le poser, et courir s’éclater sur le pré. C’était, trop bien, trop bon… Le bonheur à l’état pur.

 

 

JLouis en action

Jean-Louis à la relance !

Le second, c’est quand, alors que je passe des Cadets aux Juniors, l’UMS passe de la 2ème à la 1ère division… A cette époque là, quand un club montait, ses catégories Jeunes montaient de niveau aussi, et, alors que nous n’y étions pas du tout préparés, nous voilà inscrits en Juniors Reichel (qui couvrait 3 années), avec un effectif très jeune, à 90% des 1ère année. On est tombé dans la poule des Béziers, Narbonne, Perpignan, Nice, etc… et on a pris d’innombrables raclées, jusqu’au jour, où à force de volonté et d’une extraordinaire camaraderie entre nous, on a fini par gagner (les premiers à tomber furent les Niçois, qui lors de joutes précédentes nous avaient massacrés). La satisfaction et l’émotion qu’on a ressenties à ce moment là sont inimaginables.

 

Blason arras wikimediaLe 3ème moment dont je parlerai, c’est mon magnifique séjour à Arras. Comme je l’ai évoqué plus haut dans mon parcours, j’y ai pris une belle et saine leçon d’humilité. Et là aussi j’ai vécu d’extraordinaires moments de camaraderie : tous les mercredis, après l’entraînement, c’est l’un d’entre nous qui, à tour de rôle préparait la bouffe pour tous les autres.

 

ecole de rugby smuc site smuc

Avec l’école de rugby du SMUC !

Et le 4ème moment, pour que la boucle soit bouclée, c’est quand aujourd’hui, le mercredi après-midi, je vais au SMUC en simple « spectateur », et que je vois les petits jouer… Il y a 200 gamins à l’Ecole de Rugby du SMUC, et je constate qu’ils ont la même banane que celle que j’avais à Montélimar à leur âge. Alors je me dis que le rugby a un côté immuable, et ça, c’est tout simplement… Génial !

 

Tu es Vice-Doyen de la Faculté des Sciences du Sport à Marseille… Peux-tu nous dresser un « instantané » de cette institution ?

faculté sciences du sport site fss

La Faculté des Sciences du Sport de Marseille, à Luminy

Forte de 2000 étudiants répartis à Luminy et sur 2 sites excentrés, Gap et Aubagne (nouvellement créé), c’est une Faculté qui historiquement ne formait que des Professeurs d’Education Physique et Sportive. Aujourd’hui, elle est également réputée dans beaucoup d’autres filières liées au Sport. Au-delà de la formation de futurs profs d’EPS, nous avons en effet développé des filières d’avant-garde dans les domaines du Management, de l’Ergonomie et de l’Ingénierie, notamment celle adaptée aux fragilités. On est très bien classé parmi nos homologues français, et je suis fier d’être Vice-Doyen de cette Faculté.

techoSport Luminy site technosport

TechnoSport : des équipements à la pointe de la technologie…

On est actuellement en train de finaliser la construction à Luminy d’un « TechnoSport », dont une première tranche a déjà été inaugurée en décembre dernier. Il s’agit de réunir en un seul lieu chercheurs, plateau sportif et appareils de haute technologie, avec comme objectif l’étude du mouvement humain à travers la pratique sportive. Les domaines d’application de la recherche effectuée ici sur des équipements à la pointe de la technologie, sont multiples : le Sport, les Transports, la Santé. Des projets sont déjà menés dans le VTT, la voile, le basket, et d’autres sont en discussion, comme le rugby par exemple.

Nous sommes la seule Faculté de Sport en France à proposer un cursus « Master Ingénierie », un label européen qui forme des étudiants de haut niveau sélectionnés dès la 1ère année (entre 10 et 14 choisis parmi les 900 étudiants de 1ère année, c’est une sélection drastique…). Ils font un Master qui leur permet de sortir avec un diplôme d’ingénieur, reconnu au niveau européen.


ICONE-WEB

Site Internet de la Faculté des Sciences du Sport de Marseille


ICONE-WEB

Site Internet du TechnoSport


 

Et tu es aussi Président du Stade Marseillais Université Club Omnisports depuis 2011… Que peux-tu nous en dire ?

logo smucCréé en 1923, le SMUC, c’est le « grand » club de Marseille des années 50 à 80, parce qu’il compte à cette époque à son actif plusieurs titres de Champion de France en sports collectifs (hand notamment), et des sélectionnés olympiques, avec des sportifs, en majorité universitaires et qui pour la plupart ont très bien mené leur projet professionnel à côté du sport… Une tête bien faite posée sur un corps sain, c’est ça l’Esprit SMUC !

Et le fait que je sois Vice-Doyen de la Fac de Sports de Marseille et Président du SMUC Omnisports n’est pas un hasard, car depuis 1996, c’est toujours l’un des agents de l’Université qui a dirigé le SMUC, pour essayer de retrouver cet esprit là, qui s’était un peu étiolé au fil du temps. Notre mission, c’est de permettre à des gens de faire du sport à leur meilleur niveau, mais aussi d’aider ceux qui en ont besoin à s’épanouir au mieux dans leur vie professionnelle et leur vie de citoyen.

jlouis président du smuc

Jean-Louis avec JC. Gaudin, Maire de Marseille, et S. Gensollen, Responsable du Pôle Sport & Santé au SMUC

Le SMUC Omnisports compte une quinzaine de sections sportives (dont le rugby, qui est l’une des 3 disciplines « historiques » du SMUC avec le foot et l’athlétisme), 7500 adhérents (dont 3500 licenciés dans les fédérations sportives, les autres étant essentiellement des gamins qui pratiquent du sport multi activités) et nous avons récemment créé un Pôle Sport & Santé. L’objectif est de faire du SMUC le club sportif précurseur en matière de prise en compte de la santé de ses membres afin d’offrir une activité physique adaptée à chacun, quels que soient son âge et son niveau. Cette offre est destinée à tous, y compris bien sûr aux publics seniors, sédentaires ou encore fragilisés de tous âges (maladies, handicap, déficiences…).


ICONE-WEB

Site Internet du SMUC Omnisports


 

Tu vis à Marseille depuis longtemps et tu connais donc bien la Cité Phocéenne… Quels sont les 2 ou 3 endroits que tu fais visiter en premier aux amis qui te rendent visite ? Et tu les emmènes dîner où ?

mucem site mucem

Le MUCEM, au cœur de Marseille et de la Méditerranée

Après leur avoir fait faire un crochet au SMUC et sur notre campus universitaire à Luminy, je vais les emmener aux calanques, sur la Vieux Port, et au MUCEM… « Marseille, capitale européenne de la Culture » a redonné un formidable élan à la ville, symbolisé par le MUCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), qui est quelque chose d’unique.

Et pour le déjeuner, je les emmène au restaurant du SMUC, le « Bistro SMUC », tenu par des rugbymen, Bernard Fabre et Eric Zabotto.

 

Tu jouais à l’arrière… Pour qui tapes-tu à suivre pour l’inviter à te rejoindre dans la « Mêlée Puissance 15 » ?

J’ai reçu le ballon « Puissance 15 » des mains de Nicolas Charlet, que j’ai eu le plaisir d’entraîner à Arras et qui lui aussi, aujourd’hui, est Marseillais, et sans hésitation aucune, je le transmets à Riquet Bruyère, mon oncle, dirigeant emblématique de l’Union Montilienne Sportive Rugby. Je lui dois énormément de mon amour du rugby… Et il y a un truc assez drôle entre nous : quand il a arrêté de joué à l’arrière à Montélimar, c’est moi qui suis entré sur le terrain à sa place!

Et puis, puisque nous sommes à Marseille, je vais taper une chandelle au dessus du SMUC Rugby, que je connais bien… Je suis sûr que Fabien Gallion, le capitaine de l’équipe, se fera un plaisir de réceptionner le ballon !


ICONE-WEB

Site Internet de l’Union Montilienne Sportive Rugby


ICONE-WEB

Site Internet du SMUC Rugby


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : Photos de Jean-Louis: Archives JLM / Photo Faculté des Sciences du Sport : site internet de la FSS Marseille / Photo TechnoSport: site internet TechnoSport / Photo école de rugby SMUC : site internet du SMUC Rugby / Photo MUCEM : site MUCEM 

 


ICONE-ESPACE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *