Mardi - 28 Septembre 2021

Armon Coupou / Président du Comité de Rugby de La Réunion


On nous a longtemps fait croire que jadis, le service militaire servait à former des jeunes au maniement des armes et à la défense de notre beau pays… Complètement faux ! Non, il avait une fonction beaucoup plus importante le service militaire : il transformait des footballers en rugbymen ! Et la recette était simple comme bonjour, jugez-en plutôt : vous prenez un footballer (s’il vient de l’hémisphère sud, comme l’Ile de La Réunion par exemple, c’est encore mieux), vous l’incorporez dans une piaule remplie de gars du sud-ouest, vous l’amalgamez bien avec quelques bières, puis vous le liez avec des chansons gauloises (ou autres… créoles par exemple), et enfin, vous le mettez à l’aile. Si après quelques crochets il marque des essais… C’est le signe que la recette est réussie… Vous en avez fait un rugbyman !

Et c’est sûrement un grand « Chef étoilé » qui était aux manettes le jour où Armon Coupou, Président du Comité de Rugby de La Réunion, est passé à la « moulinette » du rugby… Car le « cari » obtenu, bien des décennies plus tard, est toujours aussi savoureux. Rencontre avec un homme qui pourrait sans problème s’inscrire au concours, s’il y en avait un, de meilleur Ambassadeur de La Réunion… Merci Armon !

Envoyez un message à Armon Coupou

 


ICO-ville-2 Côté Rugby


Bonjour Armon, peux-tu nous dire dans quelles circonstances précises le rugby est apparu dans ta vie ?

ballon footOh… C’est une grande histoire ! A l’époque j’étais très sportif et je jouais ailier droit… Au foot !. Je pratiquais le ballon rond depuis l’âge de 7 ans, comme mes 4 frères d’ailleurs, et comme l’avait pratiqué avant nous notre papa… A La Réunion, le foot, c’est le sport roi.

 

QDrapeau 30e BC à pieduand j’ai devancé l’appel sous les drapeaux, j’ai rejoint le 30ème Groupe de chasseurs à pieds, à Luneville, près de Nancy, et là je me suis retrouvé dans une piaule avec 12 collègues dont plus de la moitié venait du Sud-Ouest. C’est comme ça que j’ai commencé à jouer au « ballon militaire », qui ressemblait beaucoup au rugby, et je me suis rendu compte que ma rapidité et mes crochets « gauche / droite », acquis grâce au foot !, me permettaient de marquer beaucoup d’essais… Car mes amis rugbymen avaient du mal à me plaquer.

 

rugby-ballonMais outre le jeu même, ce que j’ai découvert à cette occasion, et qui m’a enchanté, c’est que le soir, après les matchs, au réfectoire, on buvait des bières et on chantait… Et là je suis complètement tombé sous le charme du rugby, de cette ambiance de copains, de cette solidarité entre nous… Ca a été pour moi une révélation, qui ne m’a jamais quitté depuis.

 

Et ensuite, quel a été ton parcours en terre de Rugby ?

Lorsque je suis rentré à La Réunion au retour de l’armée, j’avais 20 ans, j’ai immédiatement pris une licence au… « Lion Rugby Club », à Saint-Denis, et j’ai joué… Trois-quart-aile ! J’ai joué au Lion une dizaine d’années environ, et puis avec une bande de copains, on a monté un club à Sainte-Marie, mais qui a l’époque n’a pas survécu suite à un changement de maire qui était un ancien footballeur… On est alors partis au CCSD, au Chaudron (ndlr : quartier de Saint-Denis), et je jouais toujours à l’aile…

Logo XV DionysienEn juillet 1986, avec quelques copains, nous avons eu envie de créer un nouveau club de rugby… Et c’est ainsi qu’est né le « XV Dionysien », dont les premiers Présidents ont été Dominique Follin (originaire d’Angoulême), puis Jacques Iribarne (originaire de Mauléon). J’étais Vice-président, et on m’a demandé de prendre la présidence du club en juillet 1991, j’étais toujours joueur à l’époque (ndlr : avec un glissement progressif de poste de l’aile vers le talonnage…). Grâce à nos nombreux et talentueux éducateurs et dirigeants, et soutenus par un très beau réseau de partenaires, nous sommes rapidement devenus à l’époque, le plus gros club de l’île, et le plus titré.

Et puis, en 2000, après avoir chaussé les crampons pendant 27 ans, j’ai été élu Président du Comité Territorial de Rugby de La Réunion, fonction que j’ai toujours l’honneur d’exercer, 14 ans après.

logo ffrEn 2004, Bernard Lapasset, alors Président de la FFR, m’a proposé d’être sur sa liste pour m’occuper des « Outre mer » (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Réunion, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna), et c’est ainsi que je suis devenu Président de la Commission des Outre Mer et membre du Comité Directeur de la FFR. Cela a été pour moi l’occasion de travailler avec Jean-Claude Skrela, qui était DTN à l’époque, et je crois que nous avons vraiment fait du bon boulot ensemble pour améliorer le Rugby ultramarin, avec notamment la création d’un CRT (Conseiller Régional Technique) pour chaque territoire, chose qui n’existait pas jusque là. J’ai une très grande reconnaissance vis-à-vis de Jean-Claude Skrela pour le chemin parcouru ensemble.

carte dom tom 3

Départements et Territoires de l’Outre mer français

En 2008, Pierre Camou, devenu Président de la FFR, m’a donné sa confiance pour continuer à travailler dans le même sens, et en 2012 j’ai à nouveau été réélu à la Présidence des Outre mer. Il faut bien avouer qu’il n’est pas toujours très facile de coordonner toutes ces terres françaises éparpillées aux 4 coins du monde, mais aujourd’hui, la Guyane compte 600 licenciés, la Guadeloupe 650, la Martinique 600, Mayotte 1.100, Wallis et Futuna 500, la Nouvelle Calédonie 700, et nous approchons les 3.000 licenciés à La Réunion, qui est de loin le territoire d’outre mer le plus dynamique en matière de rugby.

 

Si tu devais nous faire partager quelques moments les plus intenses pour toi de ce magnifique parcours, ce serait lesquels ?

En tant que joueur, entre autres, je garde par exemple en tête des moments magiques, à Madagascar, à Tuléar ou à Tananarive, où nous avons joué devant plus de 15.000 personnes, dans des ambiances de folie, car les Malgaches sont très « accrocs » de rugby ! A La Réunion, nous ne sommes pas habitués à avoir autant de public.

En tant que dirigeant, je garde un très bon souvenir de ma présidence au XV Dionysien, car « un club, c’est un club ! », une seule famille, et les choses sont plus faciles à gérer que dans d’autres contextes où il faut mettre plusieurs « familles » en musique…. Avec toutes les difficultés « politiques » que cela implique… Disons qu’il faut alors beaucoup de diplomatie !

Et puis, au-delà du travail accompli, je dois bien avouer que c’est avec beaucoup de plaisir et d’honneur que je préside la Commission des Outre Mer de la FFR, depuis 10 ans maintenant.

 

Dans les grandes lignes, peux-tu nous faire quelques « focus » du rugby à La Réunion ?

Logo Comité RéunionLe rugby réunionnais est officiellement né en 1966, grâce aux efforts conjugués de plusieurs personnes, dont un abbé, le Père Dattas, d’origine basque, qui a également amené la pelote basque sur l’île (ndlr : La Réunion compte d’ailleurs de nombreux champions dans cette discipline).

50 ans plus tard, il y a 16 clubs sur l’île, et nous avons actuellement 2.750 licenciés. Côté formation, nous avons pu développer un centre fédéral au CREPS de Saint-Denis, où nous hébergeons actuellement la 5ème promotion, des gamins qui ont de 14 à 16 ans. En sont sortis plusieurs jeunes qui ont intégré des centres de formation métropolitains : Nous en avons 4 au Pôle Espoirs de Tours, 1 à Grenoble, 1 à Béziers. Deux d’entre eux ont été sélectionnés en Equipe de France U16 : Kerry Techer, de Bras-Panon, et Benjamin Thazar, de Saint-Paul. Ces jeunes réunionnais sont détectés au Tournoi LLOZA auquel nous participons tous les ans, à Flers, tournoi qui est supervisé par la DTN.

logo saint-pierreEn Seniors, c’est le RC Saint-Pierre qui a actuellement le vent en poupe, car il est Champion de La Réunion depuis… 12 ans ! Et sur la même période il a battu 6 fois le Champion de Madagascar, ce qui confère chaque année au vainqueur de ce match le titre de Champion de l’Océan Indien.

 

Situés dans le sud-ouest de la Zone Océan Indien, nous ne sommes pas loin d’autres « terres de rugby » : l’Afrique du Sud, Madagascar (le rugby est extrêmement présent là-bas, c’est un rugby très vif, rapide, à la « Fidjienne »), l’Ile Maurice, pays avec lesquels nous avons beaucoup d’échanges, ce qui nous permet de nous confronter à d’autres cultures rugbystiques.

 

Et puis, je voudrais aussi saluer, et les remercier chaleureusement, les très nombreux partenaires économiques du Comité de Rugby de La Réunion, tous ceux qui, depuis 20 ans, nous ont soutenu ou nous soutiennent via le concept « Puissance 15 ». C’est une longue et belle histoire que nous vivons ensemble, et que beaucoup de disciplines sportives locales nous envient.

partenaires plage

Rencontre entre les partenaires du Comité de Rugby et ceux du R.C. Saint-Pierre – Photo : Telemag+ Réunion

 

Bon, et pour finir ce « Côté Rugby », Armon, si tu devais te sentir redevable de quelque chose envers le rugby, ce serait de quoi ?

Mon Dieu !… Je dois tout au rugby… Quand je suis rentré dans ce monde qui était nouveau pour moi, à La Réunion, à mon retour de l’Armée, j’ai fait une rencontre qui a bouleversé ma vie, celle de René Micaud, qui était le Président du « Lion Rugby Club », où j’ai signé. René m’a souvent dit que j’étais son « fils spirituel », car nous avions les mêmes valeurs, de respect, de bonheur, de convivialité, de chaleur humaine. Ancien prof de maths, il a été le créateur de plusieurs entreprises à La Réunion, dont, entre autres, Risscar (location de voitures) et AOM (Air Outre Mer). C’est lui qui m’a tracé la route sur le plan professionnel.

Alors oui, je lui dois beaucoup au rugby, il m’a permis une belle ascension sociale, et je suis toujours arrivé à concilier progression professionnelle et engagement dans le rugby au plus haut niveau. Pour moi, le rugby est une belle culture de vie, et plus que ça, c’est un mode de vie, qui ne m’a jamais quitté, ni sur le terrain, ni dans le travail.

 


ICO-ville-2 Côté Ville


Où es-tu né, et où as-tu grandi ?

maternité victoireJe suis né à Saint-Denis-de-La Réunion, à la maternité de la rue de la Victoire, en face de la cathédrale. Ma famille habitait Allée Magnan, au Butor, et c’est là que j’ai grandi.

 

 

Ceux qui disent que La Réunion est la plus belle île du monde ont-ils raison, ou ont-ils tort ?

SONY DSCOh oui, ils ont raison ! La Réunion est une magnifique région française, d’une très grande variété, dans laquelle tu peux retrouver des paysages et des climats identiques à ce que tu as dans différents coins de France, en bord de mer ou en montagne.

Notre île est vraiment belle, avec le soleil, la mer, le ciel bleu, les cascades, les cirques, etc… et, surtout, avec sa population, qui regroupe plusieurs ethnies qui s’entendent bien et qui vivent bien ensemble. Ici, nous avons les mosquées, les églises, les temples hindous, les temples chinois, qui cohabitent les uns avec les autres en parfaite harmonie. Il fait bon vivre à La Réunion, on y est très heureux.

Je ne peux que confirmer… Et toi qui la connaît par cœur ton île, quels sont précisément les endroits qui t’émerveillent le plus et dont tu ne te lasses jamais ?

Il y a tellement de coins magnifiques sur l’île ! Si je ne dois en citer que quelques uns, je citerai par exemple Cilaos. A ton réveil le matin, tu ne peux être qu’émerveillé par ces montagnes entourées de nuages bas, et la douceur du climat. Tu peux y manger de bonnes lentilles avec des petits salés, et y boire des bons vins, produits localement.

Le cirque de Cilaos

Le cirque de Cilaos

 

Et puis je citerai aussi le Piton de la Fournaise, notre volcan, qui offre une marche et un spectacle magnifiques, dans un univers « lunaire ». Et aussi Salazie, Hellbourg, avec le « Voile de la mariée », et toutes les randonnées que tu peux faire dans les cirques.

Le volcan et ses paysages lunaires

Le volcan et ses paysages lunaires

 

Et il y a encore des milliers de belles choses chez nous !

 

Quel a été ton parcours professionnel ?

J’ai commencé en 1974 chez Risscar (location de voitures), comme agent de comptoir et préparateur de voitures. J’étais seul au départ, avec une dizaine de voitures, et, 38 ans plus tard, j’ai terminé ma carrière professionnelle au poste de Directeur Général d’Europcar Réunion, avec 32 personnes et 500 voitures (Risscar a représenté Europcar à La Réunion à partir de 1982) ! Je suis aujourd’hui à la retraite, mais je continue une activité d’apporteur d’affaires.

Armon, je sais que tu aimes les chansons… Pour « Puissance 15 », tu vas chanter quoi, là, maintenant ?

Ah ! Ma chanson, la mienne, ça a toujours été et ce sera toujours « Tit fleur fanée », c’est l’hymne de La Réunion. Et puis je chanterai aussi « L’amour lé doux » !


ICONE-VIDEOJean Pierre Boyer – Tit fleur fanée


ICONE-VIDEOMax Lauret – L’amour lé doux

 


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : Portrait Armon : DMB Production / Photos paysages : Fotolia


ICONE-ESPACE

5 commentaires
  1. Daniel MERELLE

    21/12/2014 à 05:33

    Chers Amis
    Je n’ai été qu’un sympathisant pendant mes 2 séjours à la Réunion
    Mais pour avoir écumé les autres DOM TOM je confirme que c’est uniquement à la Réunion que cet esprit rugby existe.
    Les précédents Présidents y sont probablement pour quelque chose, mais il est certain que les impulsions données par Armon ont été décisives pour faire croître le nombre de licenciés et le faire vivre, avec l’idée géniale de Puissance XV en tant que support de comm.
    Longue vie au Rugby Rougail…
    De Nouméa, je vous adresse mes amitiés en fredonnant les 2 chansons favorites d’Armon et mes meilleurs souhaits pour cette année 20XV
    Daniel

    Répondre
    • Frédéric Poulet

      25/12/2014 à 19:56

      Merci Daniel pour ce clin d’œil depuis Nouméa (la France est aussi riche de son outre-mer…), et tous nos meilleurs vœux t’accompagnent également pour 2015 !

      Répondre
  2. MARTIN

    03/12/2014 à 18:28

    Félicitations à Armon pour son travail et sa longévité.Sa retraite professionnelle va lui permettre de se consacrer encore davantage au rugby réunionnais et ultramarin.Un petit regret:on a l’impression qu’il a été le premier et le seul Président du Comité de La Réunion
    Au passage,salut à Michel Hirigoyen…qui a aussi été mon capitaine au XV Dioysien!

    Répondre
    • Frédéric Poulet

      04/12/2014 à 13:40

      Oui, un complément d’information s’impose pour rendre hommage à tous les Présidents qui se sont succédés à la tête du Comité de Rugby de La Réunion depuis 1966, et qui ont donc précédé Armon Coupou, Président depuis 2000. Chronologiquement, sauf erreur de notre part, en voici la liste : Francis Corré, René Micaud, Michel Belou, Monique Cathala, Michel Pousse, et Daniel Martin. C’est d’ailleurs sous la Présidence de Daniel Martin que le concept de Partenariat Puissance 15 a été mis en place au niveau du Comité de Rugby de La Réunion.
      Je profite du moment pour saluer Daniel dans son pays Rennais, et j’adresse aussi un salut au Tyrossais Michel Hirigoyen à La Réunion…Michel qui a aussi été mon capitaine au XV Dionysien, et à qui nous devons la présence de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud dans le réseau Puissance 15!

      Répondre
  3. HIRIGOYEN

    03/12/2014 à 10:20

    Il était mon Président et j’étais son Capitaine. On s’est “chamaillé” souvent, nous nous sommes toujours réconciliés, et nous lui devons (ma femme et moi) beaucoup…
    Plus de 20 ans après il continue à me “fâcher”, ceci dit c’est très facile, et on continue à se réconcilier. C’est génial non ???
    Et puis le rugby réunionnais quoiqu’il en soit lui doit beaucoup, beaucoup, beaucoup…
    Un sacré personnage en somme.
    Bises Armon

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *