Jeudi - 01 Octobre 2020

Johann Caron / Capitaine du Massy Essonne Handball


Il n’y a pas que le rugby qui joue en PRO D2 à Massy, non… Il y a le hand aussi ! Et comme hand et rugby sont souvent qualifiés de « sports cousins », nous avons voulu en savoir un peu plus sur le Massy Essonne Handball…

Et c’est avec la complicité de Mike Tadjer, le « lobo » du RCME, et de Bata Gluvacevic, le créateur de la plateforme « Essonne, la sportive », que nous sommes entrés en contact avec Johann Caron, le talentueux capitaine du MEHB, un club dans lequel il fait visiblement bon vivre. Nous avons grand plaisir à vous convier ici à cette « passe croisée » entre rugbymen et handballeurs Massicois… Avec un grand merci adressé à Johann !

Envoyez un message à Johann Caron

 

Bonjour Johann, un jour tu es allé à ton premier entraînement de hand… C’était où et quand ?

logo us palaiseauJe suis né à Longjumeau, en Essonne, mais j’ai grandi à Paris, dans le XIème, jusqu’à 8 ans. Puis quand mes parents ont déménagé à Palaiseau, ils m’ont demandé ce que je souhaiterais faire comme activité. J’ai essayé le hand, que je connaissais un peu pour en avoir fait à l’école, et c’est comme ça que je me suis inscrit chez les Poussins de l’Union Sportive de Palaiseau Handball.

Je me souviens bien de mon premier entraînement, dans un très grand gymnase. Je ne connaissais personne, mais on s’est trouvé plusieurs à commencer le hand en même temps, et très rapidement on a formé une belle équipe de copains, avec qui j’ai joué pendant des années. On était entraîné par Stéphane Vigouroux, qui nous a suivis dans toutes les catégories jeunes, je le salue ainsi que tous mes potes de Palaiseau.

 

Tu es aujourd’hui Capitaine du Massy Essonne Handball, qui évolue en PRO D2… Quel a été ton parcours ballon en main pour en arriver là, et quels bons souvenirs en gardes-tu jusqu’à présent ?

Logo MEHBJ’ai quitté Palaiseau à 16 ans, pour rejoindre le Massy Essonne Handball qui m’avait contacté. Ca a été pour moi une décision importante à prendre, car je quittais un club et des copains avec qui j’avais passé des années magnifiques. Dans ces moments-là, penser à soi avant de penser aux autres n’est pas chose facile, même si c’est l’exigence du sport de haut niveau. J’ai intégré une belle équipe en arrivant à Massy, et on a été Champions d’Ile de France en -16, une compétition qui est d’un très haut niveau, ce qui se fait de mieux dans cette catégorie d’âge.

J Caron Toujours plus hautJ’ai aujourd’hui 27 ans, ça fait donc 11 saisons que je joue sous les couleurs du MEHB, club à qui je suis resté fidèle et où, au fil des ans, je me suis spécialisé dans les postes de ½ centre ou d’arrière.

En 19 ans de pratique, des bons souvenirs de hand, j’en ai bien sûr des tonnes ! Je me souviens par exemple de mes sélections départementales en équipe d’Essonne en -14, j’étais encore à Palaiseau. Sur le papier, on n’était pas des « monstres » par rapport à d’autres départements, mais il y avait un tel esprit et une telle entente dans cette équipe, qu’on est arrivés à faire 4èmes du Championnat de France.

Avec le Massy Essonne Handball, il y a eu ces 2 montées en D2… Ca aussi ce sont des sacrés souvenirs : En 2007, la première montée s’était jouée contre Belfort, et pour la deuxième montée, en 2011, il fallait finir premiers du Championnat de N1. Et cette montée, on est allé la chercher (et la fêter !) à Nîmes, au cours la dernière journée du Championnat… De la folie !

Caron au tirUn autre souvenir marquant pour moi, c’est mon premier match en équipe première avec Massy. J’avais 17 ans ou 18 ans, c’était un match de Coupe de France, en déplacement, à Altkirch, et j’avais été repris au match suivant, contre Dunkerque. A l’époque, Massy était en Nationale 1, j’étais rentré pendant le match… Un moment inoubliable !

 

La France est quintuple Championne du Monde, double Championne Olympique… En tant que joueur de haut niveau et passionné de hand, comment vis-tu ça ?

logoFFHBTous ceux qui sont dans le milieu du hand savent que ça fait maintenant un bon bout de temps, plus de 20 ans, que l’Equipe de France est au plus haut de la hiérarchie mondiale du hand. Et pourtant, la reconnaissance à sa juste valeur de cet exploit par le grand public est très longue à venir, même si, heureusement, elle va en grandissant.

On parle de plus en plus du hand, et ça fait vraiment plaisir, et j’espère que notre sport va enfin bénéficier des retombées qu’il mérite compte tenu de ses résultats, car aucune autre discipline française de sport collectif n’a eu un tel palmarès, et sans doute aucune ne l’aura jamais. Cette performance est tout simplement… Exceptionnelle.

 

Tu évolues au MEHB depuis maintenant de nombreuses années et tu connais donc bien ce club… Qu’est-ce qui en fait sa « marque de fabrique » ?

L'equipe avec les supporteurs (3)Je dirai que c’est la proximité des gens entre eux, de toutes celles et ceux qui « font » ce club : les bénévoles, les dirigeants, les joueurs, les jeunes, les supporters… Tout le monde est abordable, quel que soit son statut, on est un club « famille ».

Même si nous, joueurs de l’équipe première, compte tenu des exigences dues au Championnat de Pro D2, on n’est pas toujours disponibles, on sent qu’on est soutenu par tout le monde. Par exemple, on est très heureux de voir les jeunes du club venir nous supporter pendant nos matchs, et dès qu’on le peut, on va aussi les voir à leurs entraînements, et faire des activités avec eux.

En incluant les jeunes que l’on intègre avec nous, l’équipe première regroupe une vingtaine de joueurs, dont environ 40% sont issus de l’école de hand massicoise… Ca aussi ça contribue à l’esprit « famille » du club.

Et puis dans ce club, à Massy, on a un public énorme. On joue toujours dans une salle comble, et nos supporters nous aident vraiment à nous surpasser, toujours.

 

Il y a à Massy un autre club qui évolue en PRO D2, le Rugby Club Massy Essonne, et on entend souvent dire, ici où là, que hand et rugby sont des sports « cousins »… Est-ce que c’est le cas à Massy ?

ballon de handOui je pense qu’on peut le dire ! Par exemple, l’an dernier, on a fait des entraînements communs : les rugbymen sont venus faire du hand avec nous, et nous on est allé faire du rugby avec eux. On a également fait des entraînements de boxe tous ensemble, en faisant 2 groupes (nos plus baraqués avec les avants du RCME, et nos moins grands avec leurs arrières), et c’était super sympa.

Ces entraînements ensemble ont permis de renforcer les liens entre nos clubs et de mieux nous connaître tous, c’est une excellente chose, même si certains d’entre nous, nous nous connaissions déjà bien. C’est mon cas par exemple, car je suis super pote avec pas mal de rugbymen ballon de rugbyMassicois, comme Mike Tadjer, Bakary Meïté, Mehadji Tidjini, Benoît Bonetti, Benoît Denoyelle… On habite tous à Massy ou juste à côté, et on a l’habitude de se retrouver très souvent, en ville (aux Terrasses de l’Opéra par exemple !), ou chez les uns ou les autres, on est très liés.

 

Tu vis à Massy, tu y joues à haut niveau, et donc, quelque part, on peut te considérer comme un « ambassadeur » de ta ville. Dis-nous ce que tu y apprécies.

panneau massyJe trouve que Massy offre un bon équilibre entre « mouvement » et « tranquillité » : il y a du monde ici, ça bouge pas mal et on a plein de choses à proximité (Paris est à 15 minutes), mais dans une dimension qui reste à taille humaine.

Au niveau transport, on est extrêmement bien desservis, et du coup on est relativement proche de tout. Bref, Massy, c’est une ville agréable à vivre, et qui connaît un beau développement.

 

En dehors du hand, quel a été jusque là ton parcours de formation et ton parcours professionnel ?

J’ai un bac scientifique, suite à quoi j’ai fait une licence STAPS « préparation physique et entraînement » à Orsay. Je me suis arrêté après la licence pour vraiment me consacrer au hand.

Actuellement, je donne des cours de tennis à des enfants, et je fais également du soutien scolaire en école primaire, pour aider des gamins à faire leurs devoirs.

Après le hand, je souhaite rester dans le monde du sport, et j’ai pour objectif de me reconvertir dans le métier de préparateur physique.

 


ICONE-WEB

Site Internet du Massy Essonne Handball


ICONE-WEB

Site Internet de « Essonne, la Sportive »


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : Bata Gluvacevic


ICONE-ESPACE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *