Mercredi - 25 Novembre 2020

Johann Capdeville / 3ème ligne à l’Anglet Olympique Rugby Club


Allez savoir, c’est peut-être parce qu’il y a 11 plages à Anglet que cet Angloy a d’abord commencé sa carrière sportive par le foot, avant de suivre un jour ses copains de quartier, puis d’école, qui l’emmenèrent au rugby et lui firent changer de ballon…

Et si c’est en Cadet néophyte qu’il arriva jadis à l’Anglet Olympique Rugby Club, c’est en Senior aguerri que Johann Capdeville effectue aujourd’hui, 20 ans plus tard, sa dernière (?) saison de joueur dans son club de cœur… Pour rien au monde, lui et quelques uns de ses « vieux » compères d’Ovalie, gardiens des valeurs et de l’histoire du club, n’auraient en effet voulu quitter le navire « AORC », alors qu’il vient tout juste d’embarquer, pour la première fois de son histoire, sur les flots tumultueux de la Fédérale 1… Un navire AORC teinté de « Bleu & Blanc », à qui nous souhaitons bon vent et bonne route… Merci Johann !

 

Envoyez un message à Johann Capdeville

 

Bonjour Johann, ta rencontre avec le rugby, ça s’est passé où et comment ?


Anglet, Pyrénées Atlantiques (64)


foot genets d'angletJe suis originaire d’Anglet et issu d’une famille de footballeurs, et dès l’âge de 5 ans, j’ai d’abord tâté du ballon rond, aux Genêts d’Anglet… Mais à 14 ans, un jour, j’ai suivi mes voisins de quartier qui jouaient au rugby ! Ca faisait un petit moment que je voulais y aller, mais mon père avait réussi à me « retenir » un peu plus au foot, me disant que les anciens footballeurs faisaient d’excellents rugbymen…

logo aviron bayonnaisEt ce sera donc avec les Minimes de l’Aviron Bayonnais, où on me fait jouer en première ligne compte tenu de
mon gabarit à l’époque, que j’attaque le rugby. Venant du foot, les tous débuts furent bien sûr un peu difficiles, mais j’aimais le contact, et après avoir intégré les règles bizarres de ce sport nouveau pour moi, je me suis très vite adapté au maniement du ballon ovale. Et puis, mon vécu avec le ballon rond me permettait également de me voir confier le rôle de buteur de temps en temps…

 

Et ensuite, vous avez fait quoi ensemble, le rugby et toi ?

logo angletAprès une saison à l’Aviron, je rejoins l’Anglet Olympique Rugby Club en 1ère année Cadets avec tous mes copains d’école… Et on fait une ½ finale et un ¼ de finale du Championnat de France Teulière. Formé en 3ème ligne centre, mon premier entraîneur à Anglet a été Jean-Louis Lahargou, qui m’a entraîné ensuite à nouveau en Seniors, et avec qui j’ai entraîné la saison dernière les Balandrade. Jean-Louis est aujourd’hui le Responsable Sportif du club, depuis les Cadets jusqu’aux Seniors.

logo boucauEncore Junior, à 19 ans, je pars au Boucau Tarnos Stade, pour pouvoir intégrer une équipe Reichel, qu’il n’y avait pas à Anglet à l’époque. Je resterai 4 saisons au Boucau, où je jouerai une finale du Championnat de France Reichel B (perdue contre Graulhet), puis en Seniors, entre Fédérale 2 et Fédérale 1. Cette expérience Boucalaise a été humainement et rugbystiquement très importante pour moi.

johann montee defense

Johann, à droite, chasse le ½ de mêlée adverse

Je connais ensuite un problème de santé qui m’interdit de jouer pendant 4 ans, durant lesquels je reviens à Anglet pour y entraîner les benjamins, puis les minimes. Puis, pouvant enfin reprendre ma carrière de joueur, je rejoins l’Equipe Réserve du club, et je continue en parallèle d’entraîner les jeunes (les minimes, puis les cadets, puis les juniors Balandrade, que j’entraîne toujours actuellement). Je joue une ½ finale du Championnat de France avec la Réserve d’Anglet en 2011, perdue contre Saint-Paul-Les-Dax. Nous avions un super groupe, mêlant des jeunes qui montaient de Juniors avec des « anciens » dont, notre capitaine, Didier Hiriart, dit « Tintin », qui avait le double de leur âge et qui finissait sa carrière.

johann défense

Johann a attrapé sa proie…

Le club accède à la Fédérale 2 en 2011, et je monte de temps en temps en 1ère, jusqu’à l’année dernière où j’ai fait toute la saison en Equipe I, avec au bout une magnifique récompense… La montée en Fédérale 1, niveau auquel l’Anglet Olympique Rugby Club n’était jamais parvenu. Avec cette montée, je fais partie de quelques « anciens » du club qui ont décidé de continuer à chausser les crampons encore une saison pour garder intacte la dynamique dans laquelle nous sommes… Et j’ai donc rempilé cette saison avec la Réserve en Championnat de Fédérale B.

johann entraineur balandrade

Johann, coach des Balandrade de l’AORC

Et puis, outre mes activités de joueur et d’entraîneur, je fais également partie depuis 5 ans de la cellule Sponsoring du club. Je vais démarcher les entreprises du tissu économique local, que je connais bien, pour les convaincre de rejoindre l’Equipe des Partenaires de l’AORC. Je chapeaute dans cette démarche quelques juniors, afin de les sensibiliser au contact entreprise, et c’est surtout l’occasion de leur apprendre à s’investir plus profondément pour le club. On est un club très famille, et cela contribue à cultiver cet état d’esprit.

 

Dans tout ce chemin réalisé en Ovalie, si tu devais nous faire partager quelques « très grands moments », tu sélectionnerais lesquels ?

johann équipe groupe

Johann (accroupi, au centre), avec la Réserve de l’AORC en 2011

L’épopée avec les Reichel B du Boucau Tarnos Stade en 1999, qui nous a menés jusqu’en finale contre Graulhet est évidemment un super souvenir pour moi. C’était l’aboutissement d’une très belle saison, assez forte rugbystiquement, et qui était la 1ère pour moi sous le maillot Noir du Boucau.

L’autre épopée vécue en 2011 avec l’Equipe Réserve d’Anglet, alors en Fédérale 3, jusqu’en ½ finale du Championnat de France, est aussi un de mes « grands moments ». On avait du finir 2ème ou 3ème de la poule du Championnat, et on a réussi à maintenir un groupe très constant (ce qui n’est pas toujours évident pour une équipe Réserve), ce qui nous a permis d’aller loin… C’était la 1ère fois qu’une équipe Réserve allait aussi loin en Championnat de France à Anglet, c’était donc un moment important pour le club.

johann repli defensif

Johann en repli à droite… Et la défense Angloye en alerte !

Ensuite, j’ai vécu quelque chose d’extraordinaire la saison dernière, où à 34 ans, on me redonne ma chance en Equipe 1ère, avec, au bout, cette montée en Fédérale 1… Magique ! Ca a vraiment été l’histoire d’un groupe, car il y a eu pas mal de blessés durant la saison, mais nous sommes arrivés à faire quelque chose de très fort collectivement, et ce sont vraiment des moments qui te marquent. Le club évoluait depuis 4 ans en Fédérale 2 et se qualifiait régulièrement, et on a abordé cette saison un match après l’autre, en essayant toujours de se donner au maximum pour le maillot et les copains. L’objectif « montée » n’était pas inscrit dans le marbre en début de saison, mais les résultats venant, on s’est tous pris au jeu, même si on était tous conscients des difficultés
qu’impose le fait de grimper à l’étage supérieur… La Fédérale 1 est devenue aujourd’hui très compliquée avec logo federale 1l’avènement du rugby professionnel, et le fossé s’est grandement élargi avec la Fédérale 2. Mais on a fait aucun calcul, on s’est juste contenté de jouer au rugby… Et on est monté, après s’être incliné en ½ finale contre Lavaur, qui lui-même perdra en finale contre Strasbourg.

 

Tu entraînes les Juniors Balandrade de l’AORC depuis 3 saisons… Que retiens-tu de plus important de cette expérience, et quel message adresses-tu à tes joueurs au travers de ton portrait « Puissance 15 » ?

photo action balandrade 1J’entraîne effectivement les Balandrade en compagnie d’Emmanuel Saldou et de Xavier Laplace, et je leur adresse bien sûr un gros clin d’œil. A Anglet, comme je pense dans la très grande majorité des clubs, on a des jeunes qui sont passionnés par le rugby… Mais comme je leur dis souvent, les choses ont évolué par rapport à notre époque à nous, les « anciens ». Aujourd’hui, avec l’évolution de la société et de la technologie, les jeunes ont tellement de possibilités d’activités à côté (ce qui était beaucoup moins le cas pour nous), que certes, le rugby fait partie de leur vie, mais il y tient une place beaucoup plus « relative » que celle qu’il tenait pour nous à leur âge (hormis quelques exceptions bien sûr, pour qui le rugby est de l’ordre de la réelle passion).

balandrade toucheCes jeunes possèdent des qualités indéniables pour la pratique de ce sport, et ce qu’on essaie de faire, c’est de leur inculquer dès l’école de rugby les valeurs de solidarité, de respect et d’amour du maillot… Au final on a un bon groupe de garçons, dans lequel on n’a pas à se plaindre de problèmes de comportement.

Nous sommes arrivés l’an dernier en ½ finale du Championnat d’Aquitaine, contre le futur Champion, Nerac, et on a de bons arguments à défendre à nouveau à l’aube de cette nouvelle saison… Je leur souhaite surtout de prendre beaucoup de plaisir collectivement et de se donner à fond sur le terrain, et je suis sûr que les victoires seront au rendez-vous.

 

A 35 ans, tu m’as dit que cette saison était la dernière pour toi en tant que joueur, et que tu avais rempilé en grande partie parce que le club vient de monter pour la première fois de son existence en Fédérale 1… Que retiens-tu de plus important de toutes ces années passées à l’AORC ?

Johann banc

Johann (1er plan) coach des Cadets avec Florent Guillin en 2010…

L’Anglet Olympique Rugby Club, c’est vraiment mon club de cœur, c’est lui qui m’a inculqué dès mon plus jeune âge les valeurs du rugby, et ses propres valeurs à lui : un club « famille », où la plupart se côtoient au quotidien à l’intérieur mais aussi à l’extérieur… Un club où on essaie de se préoccuper de chacun, quelle que soit sa catégorie.

J’ai la grande chance de connaître l’AORC et de m’y être investi depuis de très nombreuses années, ce qui par exemple me permet aujourd’hui de jouer en Equipe Réserve avec des jeunes de 20 ans que j’ai entraînés quand ils étaient gamins… C’est bien sûr un immense bonheur ! Et voir certains d’entre eux aller le samedi matin donner un coup de main à l’école de rugby ne fait qu’ajouter au plaisir… Je me dis que le travail accompli depuis tout ce temps n’a pas été vain, et au-delà du seul rugby, ce club m’a beaucoup apporté d’un point de vue des rapports humains.

Johann equipe plage

Groupe Seniors de l’AORC saison 2014/2015… Johann est le 7ème assis en partant de la gauche

 

johann en duo

… Et avec Guillaume Raoux en 2011

Et donc je fais partie des « vieux » (comme on nous appelle ici !) du club, comme également Maxime Noblia, Joël Blaison (le capitaine emblématique de l’AORC), Baptiste Larrieste, qui eux jouent encore tous les 3 en 1ère, qui ont pris l’engagement de refaire une saison afin d’accompagner le club dans sa nouvelle ère en Fédérale 1. Avec Sébastien Fauqué, ancien joueur pro qui lui aussi apporte sa longue et riche expérience au club depuis 3 saisons, nous avons la mission de contribuer à faciliter la continuité du club, pour que le passage entre « hier, aujourd’hui et demain » se passe au mieux.

 

Quelle est ton activité professionnelle ?

logo ville angletJe travaille depuis 5 ans au Service Voierie de la Mairie d’Anglet, où nous intervenons pour tout ce qui concerne la réfection des voies, des trottoirs, des espaces publics etc… . Je fais partie d’une super équipe, dans laquelle on compte de nombreux rugbymen. Et l’été, je suis affecté au Service des Plages, où nous nous occupons de la gestion des saisonniers et de l’entretien des plages.

 

Tu es depuis toujours citoyen d’Anglet, ville des Pyrénées Atlantiques et du Pays Basque… Quand on vient te voir là-bas, tu fais visiter quoi en priorité ?

Le village d'Espelette

Le village d’Espelette

Les plages et le bord de l’Océan sont bien sûr parmi les endroits les plus attractifs d’Anglet. Ici, nous avons la chance d’avoir tout à côté : l’Océan, Bayonne, Biarritz, les montagnes, l’Espagne… J’aime faire découvrir tout ça aux amis d’ailleurs que je reçois ici, comme par exemple les magnifiques villages d’Espelette, célèbre pour son piment, ou d’Ainoha, frontalier de l’Espagne et point de passage du Chemin de Saint-Jacques qui va de Bayonne à Pampelune.

Il est vrai que nous avons la chance de vivre dans une région magnifique, et dès que je m’en éloigne un peu trop, je reviens vite chez moi !

 

Quand ils ne sont pas sur le pré, où a-t-on le plus de chance de rencontrer les joueurs de l’Anglet Olympique Rugby Club ?

lagunak ot angletIci, quand vient le moment de l’été, il y a tout un tas de petites « cabanes » qui fleurissent tout au long des 4,5 kms de promenoir qui s’étalent sur le bord de mer d’Anglet et ses 11 plages, depuis la plage de la Petite Chambre d’Amour (anciennement plage du V.V.F.) jusqu’à celle de la Barre… Un jeune du club, Paul Cordobes, a monté une cabane qui s’appelle « Lagunak » (ça veut dire « Les amis » en basque) et on a l’habitude d’y aller. Tu pourras aussi nous trouver à « La Case de l’Océan », chez Rico, un ancien joueur d’Anglet, sur la plage de l’Océan. Et puis on a bien sûr aussi en toutes saisons le bar « Choko Ona », collé au stade de Blancpignon, où on se retrouve régulièrement pour boire le café ou jouer aux cartes.

Sinon, on va souvent à Bayonne manger au « Blanc Bleu », un bar-restaurant tenu par Rob Linde, l’ancien joueur pro Sud-Africain qui a joué 7 ans à l’Aviron avant de terminer sa carrière chez nous à l’occasion de la saison 2013/2014, ou encore au « Xapatan », tenu par Cédric, qui est lui aussi sponsor chez nous depuis des années.

 

Le ballon « Puissance 15 » t’a été transmis depuis Capbreton par Pascal Pinsolle, ton cousin… Vers qui tapes-tu à suivre à ton tour ?

Je vais transmettre le ballon « Puissance 15 » à un personnage emblématique du club, quelqu’un que je connais depuis que je suis arrivé gamin à l’AORC, et au contact de qui j’ai énormément appris… Je m’inspire beaucoup de ses enseignements, à la fois dans ma vie de joueur et d’entraîneur… C’est avec grand plaisir que je fais la passe à Jean-Louis Lahargou.

Et puis, pour aussi faire voyager ce ballon au-delà d’Anglet, je vais taper à suivre en direction des terres, à 30 kms d’ici, à l’attention de Fred Canjouam, avec qui j’ai joué et qui m’a également entraîné à l’AORC, et qui est parti cette année entraîner le club de Bardos.


ICONE-WEB

Site Internet de l’Anglet Olympique Rugby Club


ICONE-WEB

Site Internet de l’Office de Tourisme d’Anglet


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : Photo « Une » de Johann: JC / Photos « rugby »: Archives JC, Site Internet AORC et Bruno Justes / Logo Fédérale 1 : Site Internet UCRAF / Cabane Lagunak: Office Tourisme Anglet / Village Espelette: Fotolia 18115185

 


ICONE-ESPACE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *