Mercredi - 25 Novembre 2020

Jérôme Flous / Directeur du Centre de Formation du Tarbes Pyrénées Rugby


C’est à l’Ile de La Réunion que je l’ai rencontré, il y a 23 ans. A l’époque, cet Agenais dirigeait de main de maître un complexe hôtelier à Saint-Gilles, sur la côte ouest de l’île. Rugbyman dans l’âme (peut-il en être autrement ?), Jérôme fut l’un des tous premiers partenaires « Puissance 15 » du Comité de Rugby de La Réunion, et les établissements dont il avait la responsabilité furent le théâtre heureux de multe rencontres données en l’honneur des entreprises soutenant le rugby local.

De retour en métropole voilà quelques années déjà, c’est à Tarbes qu’il a posé ses valises et qu’il continue, bien sûr, à œuvrer pour le rugby, dans un domaine qui lui est cher: la formation. Un domaine qui pour lui va bien au-delà du rugby, et dans lequel il agit au quotidien dans ses fonctions de Directeur du Pôle Formation de la CCI de Tarbes et des Hautes Pyrénées. Et puis, Jérôme est particulièrement heureux ces temps-ci… Son club de cœur, celui où il fit ses premiers pas, le SU Agen, renoue avec le TOP 14, et ça, voyez-vous, c’est vraiment top de chez top… Merci Jérôme !

 

Bonjour Jérôme, de quelle région es-tu originaire, quand as-tu séjourné à La Réunion, quelle y était ton activité professionnelle, et quel était ton « capital rugby » en arrivant là-bas ?

panneau ville agenJe suis originaire d’Agen, et c’est en 1988, à 24 ans, que je suis arrivé à La Réunion pour y diriger le Village Club « Le Récif », à Saint-Gilles. J’étais alors tout jeune diplômé de l’Ecole Hôtelière de Toulouse et du Département Tourisme de l’Université du Mirail.

logo le récifJ’ai séjourné 10 ans sur l’île, en développant autour du Récif une offre hôtelière complète avec la Résidence de tourisme « Les Brisants » (1989) et l’Hôtel « Les Créoles » (1996). A l’heure de mon départ, en 1998, cet ensemble comptait 450 lits et 80 employés… Ce fut pour moi une très belle « première » professionnelle !

logo su agenJ’ai débuté le rugby à 7 ans au SU Agen, « drivé » par mon beau-frère, Guy Pardiès, joueur emblématique des années 70. A l’adolescence, j’ai allègrement « zappé » entre rugby, basket et hand, pratiquant même les 3 logo caouletsports en même temps pendant mes années Lycée. Et puis, en 1985, « victime » d’études en hôtellerie très chronophages, j’opte définitivement pour le rugby en signant dans un petit club près d’Agen, l’AS Caoulet, qui m’autorisait à jouer sans (trop) m’entraîner… Nous serons vice champions de France 3e série en 1986.

 

Quel a été ton parcours en « terre de rugby réunionnaise » ? Quels sont quelques bons souvenirs que tu en gardes ?

logo rc saint paulA peine arrivé à La Réunion, je me rapproche bien entendu du réseau ovale local, et suite à un imbroglio « politico-stado-aperitivo-rugbystique » improbable, embarquant avec moi Stephan Arnoux et Jean Ducousso (amis gersois eux aussi récemment arrivés à la Réunion), croyant signer au Rugby Club de Saint-Paul, nous signons en réalité au RICAR (Rugby International Club Athletic Réunion) de Saint-Gilles… !!! Ce fut une saison très folklo, mais mémorable, avec quelques joueurs avec qui j’ai signé l’année suivante à Saint-Paul : « Mouche », Philippe Bassard, Tony Mendola, Eric Magnien, Patrick Florès… .

Je joue donc 2 saisons à la mêlée du RC Saint-Paul, où je rencontre le Montalbanais Yves Garrigue, que je suis ensuite au CS Saint-Denis (CSSD). Là, je passe 3 années extras, et, sous la houlette de Gérard Guidi (ex-Agen) qui co-entraîne l’équipe, nous obtenons le titre de Champion de La Réunion en 1992, et sommes finalistes en 1994.

Je retourne ensuite au RC Saint-Paul en 1995 et, sous la présidence de Jean-Pierre Plantey, nous gagnons à nouveau le bouclier local. Je finis ma carrière de joueur l’année suivante, en 1996, avec un titre de champion avec la réserve… Avant de prendre l’entraînement des Seniors avec Yves Garrigue. Au grand dam de Bernard Castellin, je fais venir Dominique Jeansou, avec qui nous avions joué au CS Saint-Denis… Nous jouons 2 demi-finales malheureuses, et obtenons un titre à 7, avant que ne sonne pour moi l’heure du retour en métropole.

Logo Comité RéunionEn parallèle à mon activité de joueur, puis d’entraîneur, j’ai été partenaire (un des tous premiers partenaires « Puissance 15 » !) et dirigeant du Comité Régional de Rugby de La Réunion. A ce titre, j’ai notamment accompagné la Sélection à 7 au Kenya, en 1998.

Compte tenu de mon activité professionnelle, j’ai également accueilli beaucoup d’équipes métropolitaines au « Récif » dont, bien entendu, Agen en 1994, et… Bourgoin, à 3 reprises !

 

Je retiens de tout ça de très grands moments, et des amis formidables, avec qui je reste toujours en contact.

 

Tu as découvert quantité de choses magnifiques à La Réunion… Si tu devais nous en faire partager quelques unes, ce serait lesquelles ?

Carte RéunionOui, j’ai passé à La Réunion 10 années formidables, au cours desquelles j’ai pu obtenir très jeune une riche expérience professionnelle. J’ai beaucoup (trop ?) apprécié la nourriture créole, les apéritifs avec la bière « Dodo », le punch planteur et les soirées Rhum…

J’ai également eu la chance de visiter de long en large cette île superbe, ainsi que quelques pays de la région : l’Ile Maurice, Madagascar, le Kenya, l’Afrique du Sud…

Je retiens de la Réunion que des personnes de couleurs, de cultures et de religions différentes peuvent vivre en harmonie sur un même territoire. Et puis, c’est là que je me suis marié avec Sylvie, qui m’avait accompagné, et nos 2 garçons, Jean et Antoine, sont nés là-bas… Nos 2 créoles préférés !

 

Revenu en métropole, quelle a été pour toi la « suite » en matière de rugby ?

Mon retour en métropole s’est opéré à Tarbes, où j’ai retrouvé Christian Paul et Thierry Janeczek, que j’avais accueillis au « Récif », à La Réunion, avec l’équipe de France à 7.

3 générations de la famille Flous sur cette photo !

3 générations de la famille Flous sur cette photo !

BALS rugbyPar leur intermédiaire, j’ai rapidement entraîné une équipe junior locale, le BALS (regroupement de Barbazan, Aureilhan, Laloubère et Séméac). Puis, en 2000, j’ai intégré le Stadoceste Tarbais, où j’ai successivement entraîné les Reichel, les Crabos, puis les Espoirs.

logo tarbesParallèlement, en 2001, le club m’a demandé de plancher sur la création d’un Centre de Formation, que nous avons ouvert en 2002, et dont j’assure la Direction. Il est aujourd’hui classé 2e de Pro D2., et en sont sortis quelques talents, dont certains évoluent en Top 14 : Fabien Fortassin, Thierry Lacrampe, Teddy Iribaren, Jean Pascal Barraque, Christophe André, Fabien Cibray. Aujourd’hui, c’est une grande fierté pour nous que 40% du temps de jeu des Seniors Tarbais soit assuré par des stagiaires ou ex-stagiaires de notre Centre de Formation.


ICONE-WEB

Lien vers Centre de Formation du TPR


 

Pensionnaires du Centre de Formation du TPR, avec Jérôme, 1er à gauche du rang du milieu

 

Quelle est ton activité professionnelle actuelle ?

logo cci tarbes pole formation

 

 

 

 

 

Je suis Directeur du Pôle Formation de la CCI de Tarbes, pôle qui comprend 5 départements :

– Tourisme Hôtellerie, avec l’IRTH (Institut Régional de Tourisme et d’Hôtellerie).
– Commerce, avec l’EGC (Ecole de Gestion et de Commerce) Tarbes Pyrénées.
– Langues, avec le Centre d’Etude de Langues
– Aéronautique, avec l’Aéro Training Center
– Sport, avec l’IRPS, Institut Régional de la Professionnalisation des Sportifs

 

Jérôme Flous bureauParallèlement, 20% de mon temps est mis à la disposition du Centre de Formation du Tarbes Pyrénées Rugby.

Comme à la Réunion, et finalement comme partout où je me rends, le rugby a très grandement facilité mon intégration à Tarbes. Il a toujours été pour moi un formidable tremplin professionnel, qui débouche en outre sur des liens d’amitié très forts.

 

Tu vis à Tarbes, qu’est-ce que tu apprécies particulièrement sur ce territoire ?

Blason de Tarbes

Blason de Tarbes

Tarbes est située au pied des Pyrénées, à 1 heure de route des stations de Saint-Lary et de Grand Tourmalet, à 1h30 de Toulouse, et à 1h15 de Biarritz… La situation « touristico-rugbystique » est donc idéale.

Le climat y est très agréable, plutôt doux l’hiver, avec « l’effet de Foehn », sans le brouillard de la vallée de la Garonne… Et respirable l’été.

Les Pyrénées, en hiver comme en été, permettent réellement de se régaler, y compris dans de bons petits restos ou pique-niques (de qualité !) après les balades. La vue de la chaîne depuis Tarbes est superbe, et tous les jours différente… Le Pic du Midi veille majestueusement sur la Bigorre !


Tarbes, Hautes-Pyrénées (65)


 

Alors, si on vient te voir là-bas, tu nous emmènes déjeuner où ? Pour y manger quoi ?

logo IRTHOn peut manger au restaurant d’application de l’IRTH (Institut Régional de Tourisme et d’Hôtellerie, que je dirige), ou à «l’Aragon» (formule Bistrot ou Gastro). La Halle Brauhauban, en plein cœur de Tarbes, superbement rénovée en 2013, affiche quant à elle des possibilités diverses, et toutes aussi agréables les unes que les autres: dégustation de fruits de logo l'aragonmer, de tapas, ou de produits locaux, parmi lesquels tu trouveras : le haricot tarbais, le Porc Noir de Bigorre (le jambon… C’est une « tuerie » !!), l’agneau de Barèges… Le tout arrosé d’un bon Madiran.

 

Bon, et toi qui est un ex ½ de mêlée… A qui fais-tu la passe pour l’inviter à entrer dans la « Mêlée Puissance 15 » ?

C’est avec grand plaisir que je fais la passe à celui à qui j’en ai déjà fait un grand nombre sur les terrains de rugby réunionnais (et qui m’a si souvent généreusement suppléé en défense !)… Alors il se doit d’être parfaitement servi : j’ai nommé Yves Garrigue bien sûr !

 


ICONE-WEB

Site Internet du Tarbes Pyrénées Rugby


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : JF et site TPR


ICONE-ESPACE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *