Lundi - 03 Août 2020

Dominique Mazille / Commercial en matériel médical en Isère


Portrait Dominique

En lui attribuant le n°9 au sein de sa fratrie, les Dieux du Rugby, qui en ce début des années 60 rôdaient aussi aux alentours de Mâcon, ont voulu adresser un message fort à cet homme…

Et incontestablement, ce message, Dominique Mazille le reçut « 5/5 », car c’est bien au poste de demi-de-mêlée qu’il fit une carrière exemplaire, riche en trophées et en émotions. Quittant sa Bourgogne natale, c’est dans l’Isère voisine, d’abord à Grenoble, puis à Bourgoin-Jallieu, qu’il connut en « Rouge & Bleu » et en « Ciel & Grenat », ce qu’un joueur de rugby de haut niveau peut vivre de plus exaltant en club. Et aujourd’hui, c’est depuis le magnifique Plateau de Brié et Angonnes, à 2 pas de Grenoble, qu’il nous raconte sa très belle histoire avec le ballon ovale… Merci Dominique !

 

Envoyez un message à Dominique Mazille

 

Bonjour Dominique, un jour, tu es allé à ton premier entraînement de rugby… Tu peux nous raconter ?

logo as maconC’était à Mâcon, j’avais 10 ans, et c’est Jean-Jacques, un copain que je vois toujours aujourd’hui, qui m’a « amené » au rugby avec lui. Je suis le n°9 (c’était prémonitoire pour ma carrière rugbystique !) d’une fratrie de 10 enfants, et dans la famille il y avait déjà pas mal de sportifs. Notamment, beaucoup de mes frères et sœurs faisaient de l’athlétisme, mais comme j’étais un gamin plutôt hyperactif qui avait besoin de sensations fortes, j’ai demandé à ma mère si je pouvais aller jouer au rugby à l’AS Mâcon… J’étais le premier des Mazille à m’y mettre !

DM à Macon en 80

Dominique en 80, encore Junior, à Mâcon…

Je me souviens très bien de ma première paire de chaussures à crampons, et de leur marque… Resistex! A l’époque, on jouait presque tous avec des chaussures hautes, et les premiers souvenirs qui me reviennent de mes tous débuts, c’est surtout les premiers tournois, quand il fallait partir très tôt le dimanche matin, dans le froid, pour aller rejoindre les potes.

 

A partir de ce moment fondateur, quel a été ton parcours, ballon en main ?

DM à Bourg

… En 82, avec Bourg…

J’ai donc joué à l’AS Mâcon jusqu’en Juniors, après avoir fait toutes les catégories jeunes, ainsi que les Sélections Taddei avec le Comité de Bourgogne. Ce n’est qu’à partir des Cadets que je me suis vraiment spécialisé au poste de ½ de mêlée, après avoir aussi joué arrière.

A 20 ans à peine, je signe ensuite à l’US Bressanne pour ma première année en Seniors… Entraînés par Michel Greffe, nous jouons en 83 un 1/8ème de finale du Championnat de France contre le RC Nice (après avoir battu Aurillac en 1/16ème, ce qui avait somme toute constitué un exploit), qui cette année là tombera en finale contre Béziers.

logo fcg rugbyJe quitte ensuite les « Violets » Bressans au bout de 2 saisons, et je rejoins le FC Grenoble Rugby, coaché alors par Jean Liénard, et où je ferai 10 saisons… Une belle « tranche » de ma carrière rugbystique, au cours de laquelle nous gagnons le Challenge Yves du Manoir en 87 (victoire 26 à 7 contre Agen), nous jouons 2 finales de cette compétition en 86 et 90, une ½ finale du Championnat de France en 92 (défaite 13 à 9 contre Biarritz), et une finale en 93, perdue contre Castres, l’année où Jacques Fouroux est arrivé aux manettes du FCG.

victoire yves du manoir 87

1987 : le FCG remporte le Challenge Yves du Manoir face à Castres… Dominique a la main sur le trophée.

 

finale contre castres

1993 : le FCG, à quelques minutes de la finale contre Castres. Ballon en mains, on reconnaît Dominique avec son n°9

 

logo bourgoin rugbyA l’intersaison 93/94, j’ai 32 ans, 3 enfants, et alors que je pense plutôt me diriger vers une sortie « en douceur » en tant que joueur, je suis contacté par Michel Couturas qui vient de prendre en mains la destinée du CS Bourgoin-Jallieu. Avec son sens inégalable de la persuasion, Michel me convainc… Je quitte Grenoble et, en compagnie de Gilbert Brunat, je rejoins les « Ciel & Grenat » à Rajon, pour vivre avec eux une extraordinaire épopée… 5 saisons de folie, avec en point d’orgue une ½ finale et une finale du Championnat de France en 95 et 97, une finale du Challenge Yves du Manoir en 97, et un titre de la Conférence Européenne cette même année.

DM demi finale 95

1995 : Dominique lors de la ½ finale contre Toulouse.

Fidèle à ce que m’avait dit un jour Jean Liénard (« Tant que tu peux jouer, joue ! joue ! joue !… Il faut jouer le plus possible, car tu verras, le jour où tu arrêteras, ce sera plus pareil »), c’est finalement à 37 ans que je raccroche les crampons, à l’issue de la saison 97/98.

 

 

De toute ta riche carrière de joueur, si tu devais évoquer 3 ou 4 « moments », ou des personnages, qui t’ont particulièrement marqué et qui sont gravés en toi, ce serait lesquels ?

dapeau franceJe garde un magnifique souvenir de ma première sélection en Equipe de France Scolaire, j’avais 17 ans, j’étais Junior 1ère année et on jouait contre l’Ecosse à Niort. Je me souviens très bien de l’équipement « Bleu, Blanc, Rouge » qui nous avait été remis à cette occasion… Je crois que j’étais très fier en mon for intérieur d’avoir entre les mains et de porter cette tenue qui pour moi avait une valeur inestimable… A l’époque, c’était des choses rares, car tu ne trouvais pas ces shorts, chaussettes et autres maillots dans le commerce, comme maintenant !

yves du manoirLa victoire du Challenge Du Manoir avec Grenoble en 87 reste pour moi un moment magique, car, personnellement, c’est le premier « très grand titre » que j’ai remporté, et ça faisait très longtemps que Grenoble n’avait plus ramené de trophée à ce niveau là…

L’épopée avec Bourgoin… On était vraiment une bonne bande de copains, c’était l’époque où on commençait à mettre un pied dans le professionnalisme (dont c’était vraiment les grands débuts), mais où on avait encore un pied en dehors (en ce sens où les 3ème mi-temps et la convivialité entre nous existaient vraiment). Tous ensemble, on a construit quelque chose de très grand, pour nous et pour le club tout entier… Quelque chose de très solide au niveau solidarité et envie de jouer. Je me souviens de ces dimanches après-midi, où devant le magnifique public berjallien, toutes les grosses écuries du Championnat sont reparties vaincues de Rajon… Pour nous les joueurs, ressentir toute cette ferveur qu’il y avait autour du club, c’était quelque chose d’extraordinaire, dont le point d’orgue a été pour moi cette fameuse saison 96/97.

conf europeenne 97

1997 : Bourgoin remporte la Conférence Européenne… Dominique est au centre (légèrement à droite) de la photo.

 

Je me souviens qu’en 97, quand à peine arrivés de Béziers après avoir battu Perpignan en ½ finale, on a descendu la rue piétonne de Bourgoin en bus… Il y avait des gens de partout, on n’avançait plus et on était des héros… Le genre de liesse dont tu sais que tu t’en rappelleras toute ta vie !

Jean Liénard et Michel Couturas m’ont énormément marqué par leurs qualités de meneurs d’hommes et leur inébranlable conviction que rien n’est impossible, une conviction qu’ils ont si bien su transmettre… Rencontrer ces hommes là a été quelque chose d’important dans ma vie.

 

Tu n’es plus « actif » dans le monde du rugby, mais que te reste-t-il de lui aujourd’hui dans ta vie de « tous les jours » ?

Il me reste bien sûr énormément de mon passé de joueur, car il m’a permis de rencontrer quantité de personnes qui restent pour moi des contacts privilégiés… Le rugby a ça de magique : Tu ne vois pas les gens pendant 10 ans, et le jour où tu les revois, c’est comme si tu ne les avais jamais quittés !

Je n’ai jamais été « professionnel » à 100% dans le rugby, j’ai toujours eu la volonté d’avoir une autre activité à côté, et ça, pour moi, c’est quelque chose d’essentiel… Gérer de front 2 activités, celle de sportif de haut niveau, et une autre dans le monde de l’entreprise m’a permis, je crois, de développer un grand sens de l’organisation, et m’a donné des armes très utiles le jour où est venu pour moi le temps de la reconversion.

action finale castres site forum fc grenoble com

Dominique à la mêlée des « Mammouths » Grenoblois lors de la finale contre Castres en 93

Côté « terrain », même si je m’en suis un peu éloigné les week-ends (moment où je fais généralement beaucoup de vélo !), je regarde bien sûr avec attention les résultats de Grenoble et de Bourgoin, et je vais de temps en temps voir jouer mon fils, lui aussi un n°9, qui vient de signer à Saint-Etienne pour la prochaine saison.

Et enfin, il me reste surtout le fait d’appartenir à cette grande famille du rugby, qui fait que partout où tu vas, tu peux rencontrer des gens qui vont naturellement venir vers toi, ou vers qui tu vas tout aussi naturellement aller, parce qu’on se « reconnaît ». Quand parfois, il m’arrive de croiser à Bourgoin, à Grenoble ou ailleurs, des anciens supporters qui me disent : « Ah !… Vous nous avez fait vivre de sacrés moments ! »… Pour moi, ça n’a pas de prix…

 

Quelle est ton activité professionnelle ?

logo medtronicJe suis Ingénieur Technico-Commercial dans le matériel médical, et plus précisément dans le domaine des pacemakers et des défibrillateurs. Je travaille pour une société américaine leader dans ce domaine, Medtronic.

Mes clients sont en priorité les cardiologues, et les hôpitaux et les cliniques dans lesquels ils exercent, et mon secteur géographique couvre la Région Rhône-Alpes.

 

Tu vis en Isère, si on vient te voir là-bas, tu nous fais visiter quoi, et tu nous emmènes déjeuner où ?

Brié et Angonne - Wikipedia Patafisik

Le Plateau de Brié et Angonnes, à quelques encablures de Grenoble.

Je vis depuis très longtemps au Sud de Grenoble, sur le Plateau de Brié et Angonnes, ici c’est vraiment la campagne à côté de la ville… Situés un peu en hauteur, on y est très bien.

Si tu viens me voir ici, on ira faire du vélo et marcher en montagne, il y a quantité de coins magiques pour ça dans le coin (les massifs de Belledonne, du Vercors, de La Chartreuse,…).

Après ça on t’emmènera au « Comptoir de l’Amarcord », un restaurant grenoblois que j’apprécie particulièrement, tenu par Didier Nonnenmacher, que je salue !

 

Quand tu étais en « Ciel & Grenat » au CSBJ, avec le 9 dans le dos, tu as fait d’innombrables passes à Gilles Cassagne, posté en 10… Juste retour des choses, c’est lui qui t’a envoyé le ballon « Puissance 15 ». A qui le transmets-tu à ton tour ?

Je remercie Gilles pour cette belle passe croisée, et c’est avec plaisir que je transmets le ballon à 2 de mes anciens co-équipiers, Christophe Monteil et Jean-François Martin-Culet… Je suis certain qu’ils sauront le bonifier !


ICONE-WEB

Site Internet de l’AS Mâcon Rugby


ICONE-WEB

Site Internet du FC Grenoble Rugby


ICONE-WEB

Site Internet du CS Bourgoin-Jallieu


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : Photos de Une de Dominique : DM / Photo « rugby » de Dominique à Mâcon et Bourg, et photo victoire du Manoir FCG : Archives DM / Photos finale FCG vs Castres en 93 : site internet forum FCG / Photos « rugby » de Dominique au CSBJ : « Du Grenat dans le Ciel – 100 ans de rugby » & Yves Billet / Vue du Plateau de Brié & Angonnes : Wikipedia – Patafisik

 


ICONE-ESPACE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *