Lundi - 03 Août 2020

Daniel Gaudin / Responsable Pédagogique du Centre de Formation Tyrossais


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En s’installant dans les Landes qu’il connaît maintenant par cœur pour les avoir depuis longtemps parcourues de long en large, y compris à pied et en vélo, ce francilien a fait coup double : Il est tombé sous le charme d’Azur (à tel point qu’il est devenu « Azurien »), et il s’est mis au service d’un certain rugby, celui qu’il aime par-dessus tout…

Daniel Gaudin, Responsable pédagogique du Centre de Formation de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud, a passé sa vie professionnelle à accompagner des jeunes pour les aider à trouver leur voie… Alors il n’y a rien d’étonnant à le voir aujourd’hui, en compagnie d’Adel Fellah et de beaucoup d’autres, veiller à l’avenir des 16 pensionnaires du Centre Tyrossais. Son désir le plus cher, c’est de voir le plus grand nombre possible de ces gamins, la tête bien faite, jouer un jour en Equipe I, avec le maillot « Rouge & Bleu » de la Fougère… Adishatz Daniel !

Envoyez un message à Daniel Gaudin

 

Bonjour Daniel, quand et dans quelles circonstances ta rencontre avec le Centre de Formation de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud s’est-elle effectuée ?

logo CDF USTAprès 5 riches années de bénévolat passées au sein d’une association humanitaire, j’ai eu envie de me rapprocher de nouveau des jeunes générations, car j’avais besoin aussi de retrouver un milieu « ordinaire ».

En 2007, j’avais vécu une première expérience avec le Centre de Formation de l’US Dax qui, à cette époque, m’avait sollicité pour être le tuteur d’un joueur du Centre : Jordi Rougé. Depuis, je suis toujours resté en contact avec Jordi, et vers le mois de mai 2014, il m’apprend qu’il viendra jouer la saison prochaine à… Tyrosse.

Les circonstances et mon envie de renouer avec le milieu rugbystique m’ont alors invité naturellement à contacter Adel Fellah, le responsable du Centre de Formation (CDF) de l’UST, dans le but d’échanger avec lui autour d’éventuels besoins pour lesquels je pouvais peut-être apporter mon expérience. Adel m’a proposé de prendre en charge l’accompagnement pédagogique des joueurs du CDF, et j’ai accepté.

 

Quel avait été ton parcours jusque là, et qu’est-ce qui a été décisif dans ton choix de t’engager dans cette nouvelle mission ?

panneau neuilly sur seineJe suis né à Neuilly-sur-Seine, et j’ai vécu ensuite dans le Val d’Oise et l’Oise, avant de venir dans les Landes, où j’ai mis un terme à ma carrière professionnelle il y a maintenant 7 ans. J’étais enseignant spécialisé auprès d’adolescents en difficulté, au sein des structures spécialisées de l’Education Nationale.

La réflexion sur les problématiques posées par la période de l’adolescence, l’accompagnement des jeunes majeurs, la recherche de solutions pour des parcours souvent chaotiques, ont été les fils rouges et la motivation de mon parcours professionnel.

 

Daniel à Ermont

Daniel à Ermont

logo Parisis rugbySur le plan rugbystique, j’ai commencé à jouer en cadets, en seconde ligne, à Ermont (ndlr: devenu en 1998 le « Parisis Rugby Club », réunion des clubs de Franconville, Taverny et Ermont), dans le Val d’Oise. Dans ce club, il y avait quelques joueurs qui auraient pu évoluer au plus haut niveau mais qui avaient fait le choix de l’amitié, de la famille, en restant fidèles à leurs couleurs d’origine. Cet esprit là m’a beaucoup marqué. A cette époque, j’ai aussi eu la chance d’être sollicité par quelques clubs prestigieux, mais ma « frilosité » ne m’a pas conduit à donner suite à leur demande.

 

logo soustons rugbyParallèlement, venant passer chaque année mes vacances à Azur, j’en profitais pour m’entraîner avec l’équipe de Soustons, (qui évoluait alors dans le groupe B de la première division nationale). Au retour, à travers les articles du « Midi Olympique », je savourais les compte-rendus des matchs de Soustons, du panneau azurBoucau et de…l’US Tyrosse !

 

Etre Responsable Pédagogique du Centre de Formation de l’UST, ça veut dire quoi ?

Daniel Gaudin réunion travailC’est d’abord essayer de s’assurer en permanence que chaque joueur du CDF réussisse à trouver un équilibre entre sa scolarité et ses ambitions sportives. Au cœur de ce schéma, avec Adel, nous avons choisi de donner la priorité à la scolarité.

En externe, mes interlocuteurs principaux sont les responsables des établissements secondaires et universitaires où sont scolarisés nos 16 « protégés », à savoir :

– Les Lycées Sud des Landes à Tyrosse, Paul Bert et Louis de Foix à Bayonne, Borda à Dax, Darmanté à Capbreton, Cantau à Anglet, Ambroise Croizat à Tarnos ;

L’IUT Techniques de Commercialisation à Bayonne

L’Académie Basque du Sport à Biarritz

L’antenne « Sud Soustons » du Creps Bordeaux / Aquitaine

La Maison Familiale Rurale d’Oeyreluy,

établissements avec lesquels nous sommes liés via des conventions qui sont élaborées pour chacun de nos joueurs. Ainsi, nous rencontrons périodiquement les professeurs principaux et les conseillers d’éducation de ces établissements pour le suivi des jeunes, et nous sommes, avec bien sûr l’accord des joueurs et de leur famille, destinataires des bulletins scolaires. On a ainsi un droit de regard très précis, très « intrusif », sur les résultats scolaires… Ca fait partie du deal !

jeunes du centre en amphiEn interne, mes principaux interlocuteurs, ce sont bien sûr les joueurs, leurs représentants légaux, et surtout Adel, avec lequel nous formons un binôme très complémentaire. Avec lui, plusieurs fois dans la saison, nous recevons individuellement chaque joueur afin de faire un point précis sur sa scolarité et son orientation.

 

 

Nous intervenons donc dans le cadre d’un projet individuel global, à la fois scolaire, sportif et personnel.

Ainsi, avec le staff sportif du CDF, je suis présent lors des bilans sportifs de chaque joueur. Enfin, dans un cadre plus confidentiel, il m’arrive de proposer un lieu d’écoute à des joueurs pour lesquels nous pensons que cette proposition peut les aider. Tout cela ne peut s’instaurer sans la mise en place progressive d’une relation de confiance avec les joueurs. Grâce à l’environnement particulier de ce club, cette tâche est relativement facile : la cohérence de notre discours, notre engagement et la parole donnée nous aident à atteindre ces objectifs.

Au quotidien, je reste attentif aux résultats scolaires afin d’éviter un éventuel décrochage qui pourrait compromettre, par exemple, une réussite à un examen. J’essaie également d’être en lien avec les joueurs blessés. Enfin, avec Adel, nous restons proches des joueurs pouvant traverser des périodes délicates sur le plan social, familial et personnel.

 

Dans ton rôle d’encadrant de jeunes joueurs de rugby talentueux, quel est le message le plus important que tu essaies de leur faire passer ? Et après un peu plus de 7 mois de collaboration avec le CDF de l’UST, quels sont tes principaux points de satisfaction, et les défis qu’il reste encore à relever ?

SONY DSCJ’essaie de participer modestement à la mise en œuvre de leur choix de vie actuelle en les accompagnant afin qu’il puisse atteindre leur objectif scolaire et leur objectif sportif : jouer en équipe senior à l’UST.

Mon principal message est donc orienté prioritairement vers la réussite d’une formation qualifiante à travers un épanouissement personnel et sportif. A l’UST, ce discours passe bien.

Pour moi, c’est un grand plaisir d’avoir été adopté au sein du CDF de l’UST. Les principaux points de satisfaction sont liés aux 16 parcours scolaires qui se passent plutôt bien dans l’ensemble, et le principal défi à relever sera de réussir à accompagner un ou plusieurs joueurs jusqu’à ce qu’ils intègrent l’effectif de l’équipe première de l’UST !

 

En entrant par la porte d’entrée « Centre de Formation », tu es du coup entré dans la grande famille du rugby tyrossais… Est-ce que ce fut une belle rencontre ?

Oui… Enorme ! Je n’en suis pas encore revenu, et cela m’étonne chaque jour ! L’US Tyrosse, c’est un club « magique » : de par son stade de la Fougère qui me fascine, de par son Histoire (je viens de me régaler avec le « Livre du Centenaire »), de par la modestie de ses joueurs actuels et anciens, de par ses internationaux, de par ses présidents, de par ses entraîneurs, de par ses dirigeants, de par ses bénévoles, de par ses permanents, de par ses partenaires, de par ses supporters… Un club qui fait battre beaucoup de cœurs !

Tyrosse-rugby-logoCe club, classé n°33 des clubs français (!) à la fin de la saison passée, m’a réservé un accueil qui me donne encore des frissons… Du même ordre que ceux que j’ai ressentis à la Fougère lorsque l’UST à disputé les phases finales la saison dernière ! Du coup, j’ai le sentiment d’avoir toujours appartenu à cette famille tyrossaise. Dans ce club, je ne ressens pas de différences entre les personnes, nous sommes tous viscéralement liés… C’est assez inexplicable, mais à Tyrosse, il se passe quelque chose de magique qui nous fait nous surpasser, et je crois profondément que c’est lié à toute l’Histoire de ce club… Demande à La Seyne, à Nevers et même à… Massy, ce qu’ils en pensent !

Ainsi, alors que je viens à peine d’arriver à l’UST, j’ai le sentiment de faire partie « des meubles », des Anciens. Avec un tel état d’esprit, on ne peut pas s’étonner des résultats de ses équipes, de l’engouement partagé par les joueurs du CDF… Quel enthousiasme ! C’est magnifique et de bon augure, car la réalité et l’évolution de la Fédérale 1 sont loin d’être de tout repos !

 

Ce pays de Tyrosse, entre terre et mer, cette Côte Sud des Landes, ces Landes… Tu pourrais nous en dire quoi ?

Etang Soustons - Wikipedia - Havang(nl)

Lac d’Azur / Soustons

A peine âgé de 18 ans, je suis venu à Azur passer mes premières vacances avec deux copains … rugbymen. Et je suis tombé amoureux de ce village ! Amour indéfectible puisque j’y suis revenu en vacances pendant… 29 ans ! Ma femme et mon fils m’ont suivi avec le même regard, jusqu’à une installation définitive dans ces magnifiques Landes.

Ce que j’aime ici, c’est le lac d’Azur (bien sûr !), la forêt et ses « tucs » (dunes) qui nous font batailler en VTT (non les Landes, ce n’est pas si plat !), la mer bien sûr et le port de Capbreton (qui porte vraiment bien son nom ! ), la gastronomie (je « fais » tous les ans mes canards avec mon voisin agriculteur qui m’invite aussi sur sa chasse aux alouettes où je viens surtout me … restaurer !) et… Le Rugby !

Port de Capbreton

Port de Capbreton

Mon lien « historique » avec Tyrosse, ça a d’abord été la course pédestre des fêtes de Tyrosse, dans laquelle je me suis retrouvé un jour à courir aux côtés de François Gelez, qui était à l’époque international, et qui était là, lui l’enfant prodige du pays, en toute simplicité, parmi la multitude des concurrents « lambda » dont j’étais… C’est ça Tyrosse !

Maintenant c’est plutôt le café du matin chez « Papy » où l’on prépare la journée avec Adel, et de temps en temps une pause repas à « La Gargouille ». Tous les deux encadrent le Siège du club… Difficile de les manquer à Tyrosse !

 

Et puisqu’on doit terminer ce moment en musique ou en chanson, tu nous as choisi quoi ?

« Jumpin’ Jack Flash », des Rolling Stones (1969)… Je classe ce morceau dans le top 5 des mes meilleures musiques. Un morceau qui traverse les âges et ne vieillit pas… Bonne écoute et bonne découverte pour ceux qui ne le connaissent pas… Enjoy !!!


ICONE-VIDEOJumpin’ Jack Flash – The Rolling Stones


ICONE-WEB

Site Internet de l’US Tyrosse Rugby Côte Sud


ICONE-CREDITSInterview : Frédéric Poulet
Photos : Portrait « Une » de Daniel : FP / Photos CDF UST : Site UST / Lac d’Azur : Wikipédia / Port Capbreton : Fotolia


ICONE-ESPACE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *