Lundi - 26 Octobre 2020

Benoît Pifféro / Talonneur à Blagnac et chez les Canucks !


Si vous voulez savoir quelle histoire cet homme est en train de raconter à ses 2 bambins sous l’oreille attentive de sa femme, vous allez être surpris car il y est question de Canucks et de Caouecs…

En effet, si c’est à Montréal que les Dieux du Rugby ont fait naître Benoît Pifféro en y envoyant Véronique et Jean-Paul, c’est qu’ils avaient une idée derrière la tête : donner dans les décennies suivantes un talonneur aux valeureux « Canucks », ceux qui ont l’honneur de porter le maillot du XV du Canada ! Quelle belle histoire de rugby que celle de Benoît, commencée avec « Papi » du côté d’Issoire… Une histoire qui, vous le constaterez en lisant ce qui suit, nous prouve que s’inscrire à l’IUT GEA de Montpellier et laisser traîner sur le web un vieux CV peut chambouler la vie d’un rugbyman… Un rugbyman qui aujourd’hui fait le bonheur des « Caouecs » du côté de Blagnac, et qui, on lui souhaite tous, est bien parti pour bientôt jouer sa 2ème Coupe du Monde… Merci Benoît !

 

Bonjour Benoît… Un jour, le rugby entre dans ta vie… Tu nous racontes ?

 

bébé cigogne Pixabay -220312_1280 - CC0 Public DomainMa mère, Véronique, est de Toulouse, et mon père, Jean-Paul, de Saint-Girons. Au temps de leur jeunesse, ils ont eu l’opportunité de partir au Canada avec Jessica, ma sœur, alors âgée d’un an. C’était en avril 87, et un mois plus tard, je naissais… à Montréal ! On a vécu 3 ans là-bas, avant de revenir en France, avec dans nos valises Nicolas, mon cadet d’une drapeau canadaannée, lui aussi né à Montréal… C’est donc en force que la famille Pifféro signe son retour au Pays, et s’installe d’abord à Aix-les-Bains, puis à la Motte-Servolex…

 

Wikipedia - Vue panoramique Montreal - DXR Travail Personnel - CC BY-SA 4.0

Vue panoramique de Montréal… Berceau de Benoît

 

Olivier Merle

Olivier Merle

Mes tous premiers souvenirs de rugby remontent à mes 5 ans… Je ne jouais pas encore, mais je me rappelle que mon père était allé au Parc des Princes avec mon oncle voir la finale de 92 (Toulon / Biarritz). Mon oncle, Jean-Jacques, tient un restaurant à Soueix, en Ariège, « Le Perroquet », et comme c’est un grand supporter de Toulon, il nous avait ramené un maillot du RCT qui venait tout juste d’être Champion de France. Je me souviens aussi d’un France – Pays de Galles où mon père nous avait emmenés, mon frère et moi, et d’un fameux essai que le grand Olivier Merle avait marqué à cette occasion… Sur un coup d’envoi, il avait traversé la moitié du terrain avec des Gallois sur le dos… Ca m’avait impressionné !

 

logo issoire rugbyJ’ai à peine 7 ans quand la famille quitte la Savoie pour s’installer dans le Puy de Dôme, à Issoire… C’est là que mon histoire personnelle avec le rugby va commencer, sous le maillot de l’U.S.I., l’Union Sportive Issoirienne, et que je vais choper la « maladie ovale »… Mon premier éducateur s’appellera Gianni Barbieri, que tout le monde à Issoire appelle « Papi »… Aujourd’hui encore, de sacrés liens nous unissent, Papi et moi… Il a un cœur gros « comme ça », il m’a appris la passion du jeu, du maillot, des copains, et j’ai vécu quantité d’anecdotes avec lui.

La première fois où mon père m’a emmené à l’U.S.I., j’y suis arrivé en même temps que 2 frères jumeaux, Pierre et Benoît Admirat… Depuis, on est toujours resté en contact, et leur père, Patrick, est devenu au fil du temps le meilleur ami de mon père !

 

Alors ensuite, le rugby et toi, vous avez fait quoi ensemble ?

 

panneau gerzat - annuaire mairie frJ’ai donc fait toute mon école de rugby à l’U.S.I., jusqu’à ma première année Cadets. Durant ce parcours, j’aurai la chance d’être entraîné par mon père, qui de « papa-suiveur-de-son-garçon-au-bord-de-la-touche » s’est rapidement fait happer par le terrain… Le coup de grâce fut donné lors d’un tournoi à Gerzat, à l’issue duquel le talentueux recruteur-de-papas « Papi » sut trouver les tous derniers bons arguments pour convaincre mon père de filer un coup de main au club, et le faire ainsi basculer de la touche au pré… Un pré qu’il fréquentera avec un compère nommé Bernard Ourseire, alias « Nounours ». C’est donc en compagnie d’éducateurs de choix comme Papi, Nounours, mon père, et quelques autres, que je traverserai les catégories de l’école Issoirienne avec de sacrés potes comme les frères Admirat, Quentin Cellerier, Julien Cottes, Vincent Pouderoux, Pierre Chalvignac (alias « Gallu »)… Mes premiers compères de rugby et de fêtes à l’âge de l’adolescence… Je salue ici tout ce beau monde !

En Cadets 1ère année, je fréquente la section Sports / Etudes du Lycée Murat à Issoire. Côté rugby, c’est à ce moment là que je passe un cap, et j’intègre les sélections départementales et régionales… Je suis repéré par René Larenne, alors Responsable de la Sélection, et je signe à Clermont, où je jouerai 4 saisons, jusqu’en Juniors Crabos.

centre de formation issoireGamin, j’ai débuté comme demi-de-mêlée (certes un peu gaillard !), et au fil des ans, j’ai joué 3ème ligne aile, ¾ centre, et même n°10 en Cadets !!! Comme c’était l’année où je savais que j’allais partir à Clermont et que là-bas je ne jouerais certainement pas à l’ouverture, j’ai demandé à passer au talon…

 

Benoît en Minimes

Début des années 2000 : Benoît (en haut entre les 2 deuxièmes lignes!) est avec les Minimes de l’Union Sportive Issoirienne… Sous le regard bienveillant du coach Achille !

 

 

logo asmQuand j’arrive à Clermont, je suis Cadet 2ème année, et il y a 2 équipes… Quand je joue avec l’Equipe 1, je suis talonneur, et quand je joue avec l’équipe 2, je suis… Centre… J’ai toujours aimé toucher le ballon ! Mais bien vite, c’est au poste de talonneur que je vais me fixer. Durant ces années Alamercery passées à Clermont, le scenario a été le même : on sort des poules, on sort ensuite le Stade Français… Et puis on se fait sortir par Massy !… A l’époque il y avait chez eux des gars qui, entre autres, s’appellent Mathieu Bastareaud ou Dug Codjo… Des sacrés joueurs !

En Crabos 1ère année, notre équipe est emmenée par Thomas Combezou, notre capitaine, et on va en ½ finale du Championnat de France, qu’on perd contre Lyon… Je me souviens que j’ai joué ce match avec le nez pété suite à une échauffourée avec des Tyrossais dans les tours précédents… Que de souvenirs !

L’année suivante, en 2ème année Crabos, je quitte la section Sport / Etudes d’Issoire, et Bertrand Rioux me propose d’intégrer le Centre de Formation de l’ASM. A l’issue de la saison, je ne suis pas sûr de rester à Clermont, car la concurrence au poste de talonneur est rude, et je prends la décision de partir à Montpellier. On est en 2008, et je rentre en même temps là-bas à l’IUT de GEA… Dans la promo je fais la iut montpellier sèteconnaissance d’une certaine Clara… Je ne sais pas encore à ce moment-là qu’elle sera ma future femme… Vraiment parfait Montpellier… On y fait de magnifiques rencontres !

 

Benoît à Montpellier

Benoît à Montpellier…

J’arrive donc le groupe Reichel montpelliérain, entraîné par Jean-Philippe Lacoste et Didier Bès (Il entraîne aujourd’hui la mêlée montferrandaise), entouré d’une belle génération dans laquelle je côtoie entre autres Geoffrey Doumayrou (qui vient d’être appelé en Equipe de France), et surtout un sacré trio composé d’Adrien Pratmarty, Adrien Munos et Maxime Castell… L’apogée sportive de mes 4 saisons passées dans l’Hérault sera une ½ logo montpellier rugbyfinale du Championnat de France Reichel, perdue contre Bayonne à… Blagnac, terrain que je découvrais pour la première fois de ma vie. Je me souviens que pour ce match, je joue n°8 et je fais les lancers en touche… Ce subterfuge n’a pas suffi pour déstabiliser les Bayonnais !

 

 

Benoît à Romans

…Et à Romans !

En 2010, j’ai 23 ans et je signe à l’US Romans, en Fédérale 1, où je rejoins mon ami Loïc Anne (ndlr : fils de François, ancien joueur et entraîneur du C.S. Bourgoin-Jallieu), que j’avais connu au Centre de Formation de l’ASM. Même si les résultats ne seront pas mirobolants, je passerai 2 belles années dans la Drôme. J’y ai rencontré des gens passionnés, et j’ai été frappé par l’engouement que les Romanais portent à leur rugby.

 

Et puis un jour de 2012, alors que je suis peinard à la maison et que j’ai oublié que j’ai un vieux CV qui traîne sur Internet…

 

Je reçois un mail de Simon Smoldon, Directeur du club de Rugby de Burnaby Lake, situé dans la banlieue de Vancouver et qui fait référence dans le Championnat Canadien de Colombie-Britannique (C’est notamment le club d’où est issu l’ancien international emblématique canadien Mike James). Il me dit : « J’ai trouvé ton CV, je sais que tu es Canadien… Est-ce que ça t’intéresserait de venir ? » !!??!? … On est en mai 2012, et banco… On prend la décision avec Clara d’aller vivre un an au Canada. On prend l’avion en compagnie de Loïc Anne et d’Alexia, sa compagne… Eux aussi ont envie de découvrir de nouveaux horizons !!

logo sainte anne de bellevueAu Canada, compte tenu des conditions météorologiques, tu joues au rugby d’octobre à avril si tu es à Vancouver, et de mai à septembre si tu es à Montréal. Donc avant de rejoindre Vancouver et Burnaby Lake, on décide de passer d’abord du temps à Montréal, histoire de profiter de l’été là-bas et de découvrir la ville où je suis né… Et puis, bien que j’ai « juré-craché » à Clara que je mettais le rugby entre parenthèse pour bien profiter de ce moment de vacances à Montréal, un « concours de circonstances » m’amènera à ne pouvoir tenir ma promesse que 15 pendant jours, suite à un contact fortuit (!!??!?) avec Saint-Anne-de Bellevue, un club de Montréal… Je fais un premier match, et puis j’en fais un deuxième… Et puis un troisième, et puis, et puis… C’est la spirale infernale… Surtout pour Clara et nos « vacances » à Montréal ! Moi par contre, je ne Logo CRC Canadapeux pas vraiment dire que je sois très mécontent d’être appelé par les « Atlantic Rock », une des 4 sélections canadiennes qui disputent le CRC (Canadian Rugby Championship), une compétition qui réunit les meilleurs joueurs Canadiens… Leur talonneur s’est blessé et… « Tu-comprends-Clara-c’est-pas-d’ma-faute-mais-là-j’ai-pas-l’choix-faut-vraiment-qu’j’aille-les-aider-sinon-comment-ils-vont-faire? » !!!

 

 

logo atlantic rockFinalement, je passe une grande partie des mois d’août et septembre 2012 en compagnie des « Atlantic Rock », avec qui je me frotte aux « British Columbia Bears », aux « Ontario Blues » et aux « Prairie Wolf Pack », les 3 autres sélections de la CRC… D’un point de vue logistique, j’ai la très grande chance d’être accueilli par Patrick Parfrey, un personnage incroyable… D’origine irlandaise, c’est un Professeur de médecine internationalement reconnu, et un passionné fou de rugby… Joueur, il a eu une cape en Equipe d’Irlande, puis il a entraîné les London Irish, les Montreal Irish, l’Equipe Nationale Canadienne qu’il emmènera à la Coupe du Monde de 1999. Il a aussi été Président de la Fédération Canadienne, et son fils, qui porte le même prénom que lui, est international canadien. Grâce à Patrick et à Benvon, sa regrettée épouse, tous deux d’une gentillesse absolue, cet « imprévu rugbystique de l’été 2012 » a été rendu beaucoup plus agréable pour Clara et pour moi… il nous permettra entre autres de découvrir la magnifique région de St John’s (ndlr : Saint-Jean de Terre-Neuve).

Une autre belle rencontre pour moi lors de mon passage au club de Saint-Anne de Bellevue, fut celle de Marty Silverstone, un dirigeant emblématique du club, qui après chaque entraînement fait un méga barbecue chez lui… Sa maison, c’est carrément un club house ! Ce sont des gars comme Patrick et Marty, des passionnés, qui font vivre le rugby au Canada, un sport qui n’a que peu de moyens par rapport à beaucoup d’autres.

Le 1er octobre 2012, on quitte Montréal et l’Est Canadien, pour l’Ouest du pays, direction Vancouver et Burnaby Lake, qui était la destination originelle de notre départ pour le Canada, et l’histoire continue…


Vancouver, Canada


adam pegg starchefs-com

Clin d’œil à Adam Pegg !

Un logement est mis à notre disposition pour un mois, et on se lance dans la quête d’un boulot… Avec Clara on fait le tour de Kitsilano, un quartier de Vancouver, et on dépose quelques CV dans les bars et restaus du coin… Clara est embauchée dans un restaurant italien dont le patron, Adam Pegg, a plusieurs affaires. Mais surtout… C’est un joueur de rugby… Talonneur qui plus est, comme moi ! Bonne pioche, quand on sait que le rugby est un sport très confidentiel au Canada… Il n’en faut pas plus pour me voir embauché à mon tour par Adam, solidarité entre « talons » oblige… Je suis affecté au service « petits-déjeuners » d’un hôtel-restaurant qu’il vient de racheter, et je bénéficie d’un emploi du temps taillé sur mesure, qui me permet d’aller aux entraînements le soir et de jouer le week-end… Magnifique ! Depuis on est bien sûr devenus amis avec Adam, on s’est revu à plusieurs reprises lors de mes déplacements au Canada, ainsi qu’à l’occasion de la Coupe du Monde 2015 en Angleterre.

restaurant adam pegg V2

2014 : Benoît (à droite au 1er plan)) est à Vancouver au restaurant « La Quercia » d’Adam Pegg (en haut à droite) en compagnie de ses potes de l’équipe du Canada, avec lesquels il participe à la Tournée d’été !

 

Burnaby lake 2012-2013

2013… Benoît sous le maillot de Burnaby Lake

Alors que je joue à Burnaby Lake, Mike Shelley, qui œuvrait au Centre de Rugby Canadien (l’équivalent de notre Marcoussis français) basé à Langford, sur l’île de Vancouver, me propose en janvier 2013 de venir m’entraîner avec les internationaux qui résident là-bas. C’est là que je commence à véritablement mettre un pied dans la maison « Rugby Canada », et quelques mois plus tard, je suis convoqué au Camp d’été de la Sélection Nationale pour effectuer les tests… Je me revois encore la première fois où je me suis retrouvé aux côtés de Jamie Cudmore… Là je me suis dit : « Hola… Là, c’est plus pareil… On monte d’un cran !!! ». Je ne serai pas retenu suite à cette première série de tests, mais ce ne sera que partie remise… Pour moi, c’était déjà tellement extraordinaire d’avoir pu participer à tout ça.

En août 2013, on rentre en France, dans un endroit où on est sûrs qu’on sera proches de la famille, et proches du rugby… Ce sera Toulouse ! Et me voilà en contact avec Blagnac, coaché par Fabrice Bassaber, où je signe. Je ferai 2 saisons de Fédérale 1 à Blagnac, puis la suivante (2015/2016) à Castanet, avant de revenir à Blagnac. Entre temps, j’aurai eu le privilège de participer à la Coupe du Monde 2015 sous le maillot Canadien, je t’en parlerai un peu plus loin.

 

Dans tout ce parcours réalisé sur la Planète rugby, si tu devais nous confier 3 ou 4 « temps forts », des moments ou des anecdotes qui t’ont particulièrement marqué, tu nous confies lesquels ?

 

Papi

Clin d’œil à Papi… 1er éducateur de Benoît !

Ah là, je ne peux pas ne pas te parler à nouveau de « Papi », mon premier éducateur à Issoire… On devait être en Poussins ou en Benjamins, je ne sais plus, et on participe à un tournoi à Cournon… On a une bonne génération, la journée est belle car on tape tout le monde, et on tombe en finale contre… Le Stade Clermontois… C’est un peu l’histoire du Petit Poucet qui affronte l’Ogre ! Papi est tellement stressé qu’il nous dit : « Je peux pas regarder la finale… Alors vous jouez… Moi je vais derrière la tribune et vous venez me chercher si vous gagnez » !!!… Alors on a joué, on était déchaîné, et cournon d'auvergne, 3D rendering, a red hanging signon est allé le chercher derrière sa tribune… J’ai encore cette image en tête, où dès le coup de sifflet final, on s’est tous précipité en gueulant vers cette tribune où on a retrouvé notre Papi en pleurs… C’est ça le rugby ! Des années plus tard, Papi, c’est le premier à qui j’ai offert un maillot de l’ASM quand j’ai été pris au centre de formation de Clermont.

 

logo narbonneUn autre très bon souvenir de ma jeunesse issoirienne est un ¼ de finale du Championnat de France Minimes, où on s’est retrouvé à jouer une triangulaire « Nîmes-Narbonne-Issoire » au Parc des Sports de Narbonne… Je revois encore ces Nîmois logo rc nimesdébarquer sur le lieu du tournoi, avec quasiment tous la barbe et la moustache… Petits Issoiriens que nous étions en furent impressionnés ! Et puis, rien que le fait de partager le repas de midi avec les prestigieux Narbonnais étaient pour nous déjà un exploit ! Sur le pré, on perd d’un essai face à Narbonne, par contre on charge un peu plus contre Nîmes…

 

Je garde aussi bien sûr de magnifiques images de mes passages aux Centres de Formation de l’ASM et de Montpellier dans mes années Crabos et Reichel, avec deux ½ finales du Championnat de France à la clé.

 

Canada Fidji 2015 avant CDM

Septembre 2015 : Benoît et les Canadiens contre les Fidji, avant la Coupe du Monde

Mais le clou de tout ça, c’est quand même la formidable épopée que je vis avec les « Canucks » (ndlr : nom donné à la Sélection Canadienne) : il faut remonter à la saison 2013/2014 qui, à mon retour de Vancouver, commence pour moi à Blagnac… Le dimanche 3 novembre 2013, le Canada joue contre les Maori All Blacks… Je regarde la première mi-temps à la télé, et puis je vais rejoindre des potes pour passer le reste de la soirée avec eux… On parle bien sûr des Canadiens, et l’un d’eux me dit : « Imagine Pif, si un gars de chez eux se pète… Ben… Si ça s’trouve, y t’appellent ! »… Paroles prémonitoires ou non, mais en tout cas, le lendemain matin, au lever, j’ai un message de Mikael Shelley sur mon téléphone… « Benoît, il faut que tu sois à Tbilissi dans 2 jours pour jouer contre la Georgie » !!!… Je devais commencer un stage professionnel le mardi chez le Président de Blagnac qui, bien sûr, compréhensif, me libère… Je reçois mes billets d’avion, et là, je constate que je suis sélectionné dans le XV Canadien non seulement pour la Géorgie, mais aussi pour la Roumanie et pour le Portugal… Bref, pour toute la tournée de novembre 2013 du Canada en Europe !!!

 


ICONE-VIDEOHymne Canadien – Ô Canada


carte géorgieJ’arrive donc en trombe à Tbilissi, je suis sur la feuille de match, mais il n’est pas prévu que je rentre… A la fois parce qu’il est prédit un climat « très chaud » autour de cette rencontre, ce qui n’est pas forcément un cadeau à me faire pour une « 1ère», et surtout parce que je ne maîtrise pas toutes les combinaisons de l’équipe… Effectivement, une partie de la prévision va s’avérer vraie : le climat à Tbilissi est « très chaud »… Grosse bagarre générale à la 36ème minute !!!… Mais l’autre partie de la prévision va s’avérer fausse : notre talonneur se blesse à la 37ème… Je suis appelé, je m’échauffe, et je rentre sur le pré à la 39ème… Ca y est, je vis ma première sélection sous le maillot canadien !!! Dès la première mêlée, Mamuka Gorgodze et Davit Kubriashvili, que j’ai tous 2 côtoyés à Montpellier, me glissent à l’oreille : « Mais kès tu fous là Piff ???!!! »… « Ben quoi les gars, j’suis Canadien !!! »… Et ce ne sont pas les seuls qui vont être surpris de me voir ici : la réception d’après-match a lieu dans une espèce de taverne géorgienne, où on arrive avant l’équipe de Géorgie qui se fait attendre… Et là, qui je vois arriver ???… Didier Bès !!! Didier avait été appelé par les Géorgiens pour les conseiller en mêlée… « Mais kès tu fous là Piff ? Il me semblait bien du haut de la tribune que c’était toi !!! »… « Ben quoi Didier, j’suis Canadien !!! »… Ca, je peux te dire que ce sont des super moments à vivre sur la Planète Rugby !

 

APC Canada Tonga 2014

2014 : America Pacific Challenge… Benoît est en première ligne avec les « Canucks » face aux Tonga

 

logo coupe du monde 2015Cette tournée de novembre 2013 me fera entrer de plein pied dans le groupe « Canada », que je ne quitterai alors plus, avec comme apogée, la participation à la Coupe du Monde 2015 en Angleterre et au Pays de Galles. Pour cette grande occasion, toute ma famille a fait le déplacement… Mes parents, mes grands-parents, mes beaux-parents… Premier match, contre l’Irlande, au Millennium Stadium de Cardiff… Je suis remplaçant… Je dis à Clara de venir absolument, Loïc et Alexia Anne sont là eux aussi, et d’autres amis… Moi je vis un rêve éveillé… Je suis interviewé par « Canal + » et Eric Bayle, que je vois à la télé depuis que je suis gamin… C’est dingue ! Je suis logé avec l’Equipe du Canada à logo irlande rugbyl’Hôtel Hilton à Cardiff, et Clara, qui arrive de Toulouse la veille du match après un voyage « avion-train-bus » de ouf, ne trouve à se loger que dans une auberge de jeunesse tant, dans la cité galloise, toutes les chambres d’hôtel sont bondées ! Le lendemain, 19 septembre 2015, j’entre 20 minutes contre l’Irlande pour mon premier match de Coupe du Monde… Une ambiance de folie… Un moment intense, extraordinaire, gravé en moi à jamais.

 

 

Benoit Parents et Grands Parents CDM 2015

Coupe du Monde 2015 en Angleterre : Marie-Claude et Fernand (les grands-parents), Véronique et Jean-Paul (les parents) et Clara sont venus soutenir « Benoît-le-Canuck »!

 

Tu joues à Blagnac Rugby… Que peux-tu nous dire ton club ?

 

logo blagnac rugbyIl y a quelque temps, Blagnac Rugby a connu des problèmes financiers, et a dû rechercher activement de nouveaux partenaires. C’est alors que Frédéric Michalak a décidé d’investir dans le club, autour d’une équipe présidée par Benoît Trey. Un projet est né, « Cap 2022 », qui avec également le concours de la municipalité, vise à installer Blagnac dans le sommet de l’élite amateur, en défendant une certaine idée du rugby. Il y a plusieurs volets dans ce projet : un volet sportif bien sûr, pour jouer les tous premiers rôles sur le pré, mais aussi un volet social, pour montrer que le rugby peut être un tremplin pour tous (pour les jeunes, les moins jeunes, les hommes, les femmes…). Sur le terrain, c’est Christophe Deylaud qui est le chef d’orchestre de cette ambitieuse aventure, et il est entouré d’une équipe de grande qualité, depuis l’école de rugby jusqu’à l’Equipe 1ère, dont il dirige l’entraînement avec Eric Escribano, originaire de Colomiers, et Romain Fuertes, un enfant du pays Blagnacais. Pierre Verdenal est notre préparateur physique, Benoît Lecouls vient conseiller notre mêlée, et Yannick Jauzion nos 3/4.

equipe blagnac

L’Equipe de Blagnac Rugby… Benoît est le 7ème à gauche rang du haut (photo P.C. site internet du club)

 

On est un club « riche d’idées », mais on n’est pas un club riche comparé à la plupart de ceux à qui on se frotte le week-end. Mais l’enthousiasme qui nous anime nous fait progresser semaine après semaine… Aujourd’hui, après 10 matchs, on est en tête de la poule 3 de Fédérale 1, et franchement, on a un bon groupe et on se régale… « Cap 2022 » est en marche… On a encore 5 ans pour être au top de la poule Elite de Fédérale 1. En tout cas, on est heureux de voir que grâce à nos résultats et au jeu qu’on produit, il y a de plus en plus de monde le dimanche au stade Ernest-Argelès, comme aux grandes heures du glorieux Blagnac Sporting Club Rugby ! Quand on connaît la concurrence rugbystique qu’il y a dans le coin, entre Toulouse, Colomiers, et tous les autres clubs environnants, c’est un bonheur pour nous d’être supportés le dimanche par des « Caouecs » (ndlr : nom donné aux anciens Blagnacais) de plus en plus nombreux à revenir dans les tribunes…

Benoît, au centre de la 1ère ligne Blagnacaise, ici contre Rodez ! (photo D.F. site internet du club)

Benoît, au centre de la 1ère ligne Blagnacaise, ici contre Rodez ! (photo D.F. site internet du club)

 

Je profite de ce Portrait Puissance 15 pour saluer tous ceux qui aujourd’hui œuvrent au sein du club, sans oublier le « BRF », Blagnac Rugby Féminin, né du rapprochement des équipes de Saint-Orens et de Blagnac, et qui évolue dans le TOP 8, le meilleur niveau du rugby féminin français… Dans ses rangs on compte pas mal d’internationales, comme Marjorie Mayans, Carla Neisen, Audrey Abadie… Le BRF, c’est une magnifique vitrine pour le club.

Les filles de Blagnac… Dans le TOP 8 du Rugby Féminin Français ! (photo P.C. site internet du club)

 

ICONE-WEB Site Internet de Blagnac Rugby

 

Quelle est ton activité professionnelle ?

 

logo 16 interimJe suis Responsable Commercial d’une société d’intérim basée à Colomiers, « 16 Intérim »… « 16 », comme le premier remplaçant dans une équipe de rugby ! Le dirigeant de « 16 Intérim » est Laurent Brennan, un homme de rugby qui a entraîné pendant 6 ans les Minimes du Stade Toulousain avec lesquels il a gagné 3 fois le Super Challenge. Il entraîne actuellement les Cadets de Colomiers, après avoir remporté avec eux le Super Challenge Minimes l’an dernier…
Nous sommes une petite structure, confrontée à tous les poids lourds de l’intérim, mais ce qui fait notre force et nous fait réussir, ce sont les valeurs humaines que l’on défend et notre proximité avec le terrain local… Bref, tout ce qu’on peut retrouver dans le rugby, qui n’est jamais bien loin dans nos discussions et nos relations commerciales !

 

ICONE-WEB Site Internet de « 16 Intérim »

 

Benoît… Depuis 2015, on peut dire que ta vie s’est quelque peu « accélérée »… Tu nous racontes ?

 

HeartAh ça oui, tu peux le dire !… Juin 2015, je me marie avec ClaraSeptembre 2015, je joue la Coupe du Monde avec le CanadaJuin 2016, c’est la naissance d’Arthur, notre premier fils (il travaille déjà sa passe des 2 côtés !), et depuis quelques semaines, la petite famille s’est agrandie avec la venue de Paul… J’ai aujourd’hui une vie bien remplie, bercée (!) entre famille, travail et rugby… Et ça oui… Mon temps est bien occupé !

famille piffero

Une nouvelle recrue vient tout juste de renforcer la « Team Pifféro »… De gauche à droite : Clara, Paul, Arthur et Benoît !… C’est le pied !

 

Et cerise sur le gâteau, je viens tout juste d’être à nouveau appelé en Equipe du Canada,

avec laquelle j’ai disputé 2 matchs en novembre, le premier contre l’Espagne (ndlr : victoire du Canada 37 à 27), et le second contre les Fidji (ndlr : défaite du Canada 17 à 57). C’est une grande fierté pour moi d’avoir été à nouveau sélectionné pour représenter le Canada. C’est en quelque sorte une nouvelle aventure qui débute, car nous avons un nouveau sélectionneur, en la personne de Kingsley Jones, ancien international Gallois, avec qui le feeling est très bien passé.

logo sélection espagneJoué à Madrid, le match contre l’Espagne ne s’annonçait pas aussi évident qu’il en avait l’air, car c’est un pack de Pro D2 que nous affrontions, la plupart des joueurs étant des français ayant des attaches espagnoles. Le score a été en notre faveur, à l’issue d’une rencontre accrochée où j’ai pu rendre une bonne copie durant la demi-heure que j’ai eu à disputer, ce qui m’a permis de gagner ma place de titulaire face aux Fidji.

Le match contre les Fidji s’est déroulé en France, à Narbonne, et je l’ai joué devant ma femme, mes enfants, ma famille et pas mal logo fidji rugbyd’amis. Le score est lourd, mais il reflète la différence de niveau entre eux et nous, physiquement surtout. C’est véritablement une chance de pouvoir se mesurer à de tels joueurs qui évoluent dans les plus grands clubs français. Pour l’instant, je n’ai pas eu de retour de la part du coach, mais je crois avoir répondu aux attentes. La déception du résultat final ne nous fait pas oublier l’objectif principal… La qualification pour la Coupe du Monde 2019, qui passe par une double confrontation avec l’Uruguay, fin janvier et début février 2018… On fera le bilan à ce moment là !

 

C’est Pierre-François Mergoil, qui depuis l’Ardèche, t’a envoyé le ballon « Puissance 15 »… Depuis quand vous connaissez-vous tous les 2 ? Et maintenant, à qui vas-tu le lancer à ton tour, ce ballon ?

 

pierre françois mergoil

Pierre-François Mergoil

Je connais Pierre-François depuis mon arrivée au Centre de Formation de Clermont, où il m’avait précédé, et je dois dire que depuis ce temps-là on a eu l’occasion de faire plus ample connaissance grâce à ma sœur… En se mariant avec lui, Jessica m’a donné plus qu’un beau-frère, elle m’a donné un ami, avec qui, comme tu peux l’imaginer, je parle souvent de rugby !

Alors maintenant, ce ballon « Puissance 15 » que j’ai en main… A qui vais-je le lancer ?… Bien sûr, il y a quantité de personnages à qui j’aimerais le passer… Comme à Nicolas, mon frère, qui joue au C.S. Annonay, ou à Clément Castets, mon cousin, jeune pilier du Stade Toulousain et ex-Capitaine des Bleuets Français… Mais je vais dépasser le giron familial, et faire une Video camera lenslongue passe à l’attention de Maxime Claux, un vieux pote originaire de Naucelles, que je connais depuis l’école de rugby à Issoire. Depuis toujours fervent supporter d’Aurillac, Maxime est aujourd’hui Analyste Vidéo à l’Union Bègles-Bordeaux… Ce sera l’occasion pour nous de mieux découvrir cette activité qui a pris aujourd’hui une place très importante dans le rugby moderne.

 

Je te propose de terminer ton Portrait Puissance 15 en chanson… Tu nous fais écouter quoi ?

On a la très grande chance à Blagnac d’avoir dans l’équipe un super chanteur, doté d’un magnifique organe… Bertrand Banière. Bertrand, c’est mon modèle de chanteur, et j’essaie d’être à sa hauteur (il est 2ème ligne !) quand on se met à chanter ensemble ! Une de ses chansons préférées dans son répertoire très fourni, c’est « Le Refuge »… Alors je suis heureux de la lui faire écouter ici, ainsi qu’à tous mes coéquipiers !


ICONE-VIDEO« Le Refuge »


Et puis, à titre plus personnel, et parce que compte tenu de la vie qui est la mienne aujourd’hui je le pense vraiment, j’aimerais qu’on écoute ensemble « C’est beau la vie », de Jean Ferrat…


ICONE-VIDEO


 

ICONE-CREDITS

Interview : Frédéric Poulet

 

Photos : Photo de « Une » et photos Rugby de Benoît : Archives Benoît / Cigogne : Cigogne : Pixabay -220312_1280 – CC0 Public Domain / Vue de Montréal : Wikipedia – DXR Travail Personnel – CC BY-SA 4.0 / Logo Gerzat : Site Annuaire Mairies / Panneau Cournon d’Auvergne : Fotolia_112375272_XS / Picto bière : Fotolia_119595584_XS / Picto Coeur : Fotolia_183222285_XS / Caméra : Fotolia_63409115_ Ivica NS / Portrait Adam Pegg : site starchefs.com

Eu égard aux droits qui leur seraient associés, nous nous engageons à enlever les illustrations présentes dans cet article, sur simple demande de leurs auteurs.


ICONE-ESPACE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *